Connectez-vous S'inscrire






Hijab and the City

Ô Douce France !

Rédigé par Khadija Tighanimine | Lundi 21 Décembre 2009



Sébastien Grosjean porte toujours la casquette à l’envers et parle verlan : est-il musulman ?, s’interrogent les Français. (Photo : © DR)
Sébastien Grosjean porte toujours la casquette à l’envers et parle verlan : est-il musulman ?, s’interrogent les Français. (Photo : © DR)
« J’aime pas les Noirs ! » C’est là le genre de propos que l’on peut aujourd’hui tenir sans crainte d’être taxé de raciste, d’avoir des blâmes, surtout quand on est en charge d’un cabinet ministériel, que l’on est un personnage public.

Le verlan, la casquette à l’envers sont autant de stigmates que l’on impute aujourd’hui sans souci à une catégorie de la population sur laquelle on ne cesse de déverser toute la haine jusque-là enfouie dans les bas fonds du politiquement correct.

Aujourd’hui, plus de diplomatie, plus de protocole ! On parle franchement et on ne s’interdit plus rien.

Alors que les frontières s’effacent et que le tiers monde monte en puissance, en France, les raccourcis intellectuels vont bon train. Prenons l’exemple du verlan. Il fait partie de ces évolutions linguistiques, des argots que les jeunes utilisent beaucoup et ce, quelles que soient la classe sociale, l’origine ethnique ou encore la religion.

Pour le coup, Nadine s’est bien fourvoyée, la malheureuse !, et l’on peut être sûr que ses propres enfants ont un registre de langage verlanesque, d’autant qu’elle est issue de la banlieue, elle. Et chassez le naturel, il revient au galop, la Nadine qui ne fait pas dans la dentelle, dont les prouesses oratoires n’ont rien à envier à la marchande de poissons de la Beauce, n’hésite pas à fustiger une catégorie de la population tout en jouant la bonne samaritaine parce qu’elle vient en aide aux petits Tchadiens. Si c’est pas de la philanthropie, ça !

Et la casquette à l’envers, symbole de la wesh wesh attitude et de la délinquance arabo-musulmane s'il en est, relève aujourd’hui d’autre chose que d’un simple effet de mode, inspiré par les joueurs de base-ball américain, pour qui la visière était gênante parce qu’elle empêchait de bien voir le batteur.

Prêtons-nous alors à un petit exercice de style, ou pour être plus précis à un syllogisme : les musulmans portent la casquette à l’envers, or les joueurs de base-ball portent la casquette à l’envers, donc les joueurs de base-ball sont musulmans.

Les plus insurgés ont parlé d’amalgame, mais non, n’ayons pas peur des mots !, et des gros mots même : il s’agit bien de racisme. Bienvenue en France, pays des droits de l’homme et du saucisson, halal s’il vous plaît !, où la xénophobie prend du terrain et sans retenue aucune.


Ô Douce France !
En partenariat avec





Loading














Recevez le meilleur de l'actu