Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

#NoHateSpeech : une journée d’action européenne contre l’islamophobie

Rédigé par Linda Lefebvre | Jeudi 21 Septembre 2017



#NoHateSpeech : une journée d’action européenne contre l’islamophobie
La plateforme européenne No Hate Speech Movement organise une journée d’action européenne contre l’islamophobie jeudi 21 septembre, également décrétée Journée internationale pour la paix.

Le mouvement « appelle à l’engagement d’un dialogue constructif en vue de faire disparaître les clichés et les préjugés et de renforcer les contre-discours et les discours alternatifs qui battent en brèche le discours de haine et le discours xénophobe sur lequel il repose, dont sont victimes les musulmans ». à A cette occasion, les initiateurs de cette journée appellent le grand public à diffuser des messages bienveillants contre les discours de haine et à organiser des activités avec les jeunes autour de cette thématique.

L’initiative est notamment rejointe par le Collectif contre l’islamophobie en Belgique (CCIB), qui demande des actions concrètes en vue de « construire une société véritablement inclusive » telles que, dans le plat pays, « l'établissement d'un plan interfédéral contre le racisme et les discriminations, notamment avec un chapitre spécifique sur l'islamophobie », « l'amélioration des dépôts de plainte dans les commissariats de police avec la possibilité d'enregistrer une plainte en tant qu'acte de haine islamophobe » ou encore le soutien à « des projets culturels et artistiques visant à déconstruire les préjugés envers les personnes musulmanes ».

Lire aussi : Les musulmans d'Europe confiants dans les institutions malgré les discriminations

Une amélioration encore insuffisante de la situation en France

A l'échelle française, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a publié le 11 septembre son rapport semestriel et rapporte des améliorations.

Sur la période de janvier à juin 2017, une « stabilisation arithmétique avec 253 actes islamophobes (-4,5 % par rapport au 1er semestre 2016) » est constatée ainsi qu’une « baisse des discriminations enregistrées : 173 dossiers, soit -10,8 % ». Le début de l’année 2017 voit également un « recul massif des dégradations visant des lieux de culte » (4 enregistrés en 2017, soit -66,7 % par rapport au 1er semestre 2016). Le rapport souligne également que « l’élection présidentielle n’a pas donné lieu à une surenchère de discours identitaires et islamophobes ».

Pour autant, le CCIF recense une progression des agressions violentes interpersonnelles et de leur gravité qui s’élèvent à 23 (+43,8 %). « Les sanctions et décisions de justice rendues ne sont pas assez dissuasives pour enrayer cette violence », constate l'association, qui note une « émergence d’un grand nombre de signalement abusifs sous couvert de lutte contre la radicalisation ». Le CCIF précise aussi que la prolongation de l’état d’urgence « met en péril les libertés individuelles et fait basculer la France dans une société de la suspicion ».

Lire aussi:
Une journée européenne contre l'islamophobie à l'agenda
Islamophobie et droit : une journée d'étude internationale en vidéos

Hatem Bazian : «Les musulmans n’ont pas à se faire beaux pour les racistes»
Royaume-Uni : un rapport alerte sur l'islamophobie dans le marché du travail





Loading












Recevez le meilleur de l'actu