Connectez-vous S'inscrire






Société

Ni putes ni soumises s'inscrit dans la lutte contre la violence faite aux femmes, cause nationale 2010

Rédigé par Haroun Ben Lagha | Mardi 8 Décembre 2009

Pour l'année 2010, le combat contre les violences faites aux femmes est déclaré cause nationale.
Ni putes ni soumises a réuni, la semaine dernière, plus d’une centaine de représentantes de la gent féminine, venues de tous les horizons, lors de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Nadine Morano et Xavier Darcos sont allés à la rencontre des militantes, réaffirmant ainsi la volonté du gouvernement de donner des réponses concrètes face à un fléau frappant toutes les couches de la société.



Ni putes ni soumises s'inscrit dans la lutte contre la violence faite aux femmes, cause nationale 2010
Mercredi 25 novembre, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a accueilli l’association Ni putes ni soumises pour une série de débats. Plus d’une centaine de participants, très majoritairement des femmes, ont échangé autour de sujets aussi variés que l’éducation, le travail ou encore le sport, pour un seul but : la fin des violences faites aux femmes.

Le débat s’ouvre sur un message vidéo du président du CESE, Jacques Demargne, qui lance à l’assistance : « Votre cause, c’est la mienne. »

Des milliers de femmes en détresse

« Encore aujourd’hui, il y a des femmes qui brûlent dans notre pays. Pourquoi ? » La question posée par Sihem Habchi, présidente du mouvement Ni putes ni soumises, fait très vite entrer les participants dans le vif du débat. La référence à l’actualité dramatique de ces derniers jours interpelle l’hémicycle sur la détresse profonde dans laquelle se trouvent des milliers de femmes.

Plusieurs témoignages se succèdent. Nadia, maman de 4 enfants et ancienne victime de violence conjugale, rencontre depuis trois ans de grandes difficultés pour se loger. C’est elle qui a dû, malgré sa position de victime, abandonner le domicile conjugal pour fuir la violence. « Je suis obligée de mentir à mes enfants et de leur dire que peut-être, demain matin, M. Nicolas Sarkozy va nous trouver un logement. » Nadia attend des mesures concrètes de la part du gouvernement et demande que 10 % du parc de logements sociaux soient mis à la disposition des femmes victimes de violences.

Le témoignage de Mariama est stupéfiant. C’est une femme diplômée, qui gagne très bien sa vie. Elle nous rappelle que la violence ne se limite pas à certains milieux sociaux mais que celle-ci est présente dans toutes les couches de la société. Aujourd’hui, elle est en colère contre l’État, la police et les pouvoirs publics. Mariée de force à 15 ans et victime de violences conjugales, Mariama, malgré 12 plaintes déposées auprès des services de police et un cauchemar qui aura duré 15 ans, sera mise à la porte par son propriétaire après avoir passé 21 jours dans le coma.

Une militante venue de Moselle s’insurge et qualifie de « double peine » la perte d’un logement faisant suite à des violences conjugales.

Un combat contre les stéréotypes

Il apparaît très vite évident qu’en France, quand il est question de violences faites aux femmes, seule la partie émergée de l’iceberg est visible.

Hélène Orain, membre du mouvement Ni putes ni soumises, rappelle qu’en effet seuls 10 % des viols et agressions sexuelles font aujourd’hui l’objet d’une plainte et que 50 % des victimes de ces violences connaissent leur agresseur.

Selon les militantes, un soin tout particulier doit être apporté au traitement des plaintes consécutives à des violences sexuelles et les stéréotypes doivent être dépassés, y compris dans les rangs des services de police. « Elle était habillée de façon provocante », « qu’est-ce qu’elle est allée traîner là bas ? » sont des phrases qui seraient devenues trop courantes dans les commissariats.

Des services publics à l’écoute

Ni putes ni soumises ne se limite pas à dénoncer les dysfonctionnements internes aux services publics, elle entend être aussi force de propositions.

Loubna Ahmed El Hussein à la tribune du CESE.
Loubna Ahmed El Hussein à la tribune du CESE.
Le mouvement exige que soit ouvert dans chaque département un commissariat de police référent pour les violences faites aux femmes. Des fonctionnaires spécialement formés à l’accueil des victimes d’agressions sexuelles pourraient de cette façon mieux rassurer et mieux écouter les femmes en situation de détresse.

La jeune Sherazade, brûlée vive en novembre 2005, était également présente lors du colloque. Elle a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence, en soutien à Kavidah, maman de 29 ans, brûlée par son mari, sous les yeux de sa fille, en pleine journée, la semaine dernière, dans un quartier de Meaux.

Symbole de la lutte pour les droits des femmes dans le monde, la venue dans l’hémicycle de la journaliste soudanaise Loubna Ahmed El Hussein, incarcérée début septembre dans son pays pour avoir porté un pantalon. Pour la journaliste, « c’est une véritable chance d’habiter un pays comme la France. »

Des mesures économiques et sociales pour enrayer les violences

Les pouvoirs publics et tout particulièrement le gouvernement semblent avoir entendu le message des femmes présentes lors du colloque.

Nadine Morano, secrétaire d'État chargée de la Famille et de la Solidarité, souligne le caractère « intolérable » des chiffres de la violence faite aux femmes. Près de 160 femmes sont mortes en 2008 sous les coups de leur compagnon tandis que près de 700 000 ont été victimes de violences en deux ans.

Xavier Darcos souhaite que l'État et les entreprises engagent le dialogue autour des violences faites aux femmes.
Xavier Darcos souhaite que l'État et les entreprises engagent le dialogue autour des violences faites aux femmes.
La ministre reconnaît en outre la nécessité de développer l’initiative du téléphone d’urgence qui équipe plus de 13 000 femmes en Espagne.

Xavier Darcos, arrivé en fin de séance, s’accorde avec le discours de Nadine Morano, sur l’importance de l’accès à l’emploi pour toutes les femmes.

Le ministre du Travail, des Relations sociales et de la Famille soutient que l’indépendance financière des femmes aujourd’hui victimes est l’un des ressorts permettant de sortir de l’engrenage de la violence. Pour le ministre, le dialogue doit s’amorcer entre les entreprises, les préfets et les élus.

Si, pour M. Darcos il est vrai que c’est une chance d’habiter un pays comme la France, il est également intolérable, au vu des drames qui ont touché Kavidah, Shérazade et tant d'autres femmes, d’avoir « encore des horreurs de cet ordre. »

Lutte contre les violences faites aux femmes : cause nationale 2010

Le même jour était annoncé par le gouvernement une série de mesures destinées à mieux protéger les femmes contre les violences, notamment la création d'un délit de violence psychologique ou l'expérimentation du bracelet électronique pour éloigner les conjoints violents.

Campagnes de communication, colloques, débats devraient être organisés tous azimuts l'année prochaine afin de sensibiliser l'opinion publique et de renforcer la lutte contre la violence faite aux femmes déclarée « grande cause nationale 2010 ».






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu