Connectez-vous S'inscrire






Livres

'Ne leur dites pas que je suis Français, ils me croient Arabe'

Le communautarisme en question

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Mardi 31 Octobre 2006

Sus aux communautarismes ! Vous me direz, c’est une évidence. On nous agite tellement cet épouvantail sous le nez qu’à la longue, ça finit par rentrer. Et pourtant, à l’approche d’échéances électorales cruciales, ce thème se retrouve partout et sur toutes les bouches. Encore faut-il le voir. Mourad Ghazli, lui, a choisi de le coucher noir sur blanc. Dans son dernier ouvrage au titre évocateur et superbe de défi, « Ne leur dites pas que je suis Français, ils me croient Arabe », c’est tout un système visant à « organiser le communautarisme » que dénonce l’auteur.



'Ne leur dites pas que je suis Français, ils me croient Arabe'
Logement, emploi, éducation, partis politiques, tout y passe : « Les élites politiques organisent le communautarisme pour séduire et faire passer un minimum de réponses à un maximum de personnes. » Mourad Ghazli, membre du bureau exécutif du parti radical, n’y va pas par quatre chemin. Violent sans être excessif, incisif sans tomber dans la caricature, le champion du monde de jujitsu a commis un ouvrage instructif, édifiant.

Avant d’aborder un à un les grands thèmes de société et de pointer leurs failles, Mourad Ghazli revient d’abord sur son parcours. Malicieux, il truffe sa biographie et son texte dans son entier d’expressions à l’emploi décalé. Lisez plutôt : « Je m’appelle Mourad Ghazli et, comme mon nom l’indique, je suis né à Aubagne. » Mais derrière cette apparente bonhomie, c’est le sportif de haut niveau qui pointe et assène les coups. « Je suis français et voilà qu’on me force à être arabe » écrit-il avant de poursuivre : « […] j’ai compris que, si je voulais réussir, je devais devenir un racoleur d’Arabes. » La parade, Mourad Ghazli la trouve en devenant « autonome économiquement afin d’éviter de dépendre de la politique et d’aliéner les idées auxquelles [il] croit. »

Le « communautarisme à la française » est fabriqué de manière « tout à fait consciente » par les politiques. Et pour Mourad Ghazli, Nicolas Sarkozy en est le prophète. Un exemple ? Le CFCM ! « […] la grande majorité des représentants de l’islam de France sont des étrangers ! » s’insurge l’auteur, avant de s’élever contre ce qu’il considère comme une organisation « propre au chiisme » imposée à 95% de musulmans français sunnites.

Bref que ce soit au sein des partis politiques, avec leur « réseau « beur » et harki », ou dans le sport avec la technique du « racolage », « c’est une victoire du communautarisme d’en haut », voulu et organisé, qui fait de « l’idéologie victimaire » son « principal levier ». Ce communautarisme « n’épargne personne : ni la gauche ni la droite, ni même le centre. » Car « tous recherchent l’assentiment d’une communauté. »

Afin d’aborder les échéances qui arrivent avec le maximum de cartes en main et le plus de lucidité possible, il faut se pencher sur cet ouvrage, pour savoir que la « vision de la société française » qu’ont les politiques est celle d’autant de « tribus à satisfaire », et qu’ils sont secondés en ce sens « par des intellos de comptoir et des médias friands de raccourcis ». A bon entendeur, salut !





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu