Connectez-vous S'inscrire






Société

Michèle Alliot-Marie pour un renforcement de la vidéo-surveillance

| Jeudi 16 Août 2007

Présente hier à Antibes, dans les Alpes-Maritimes pour une rencontre avec les forces de l'ordre mobilisées durant l'été, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie est revenue sur l'agression mardi d'un journaliste italien dans le métro de Paris, à la station Bir-Hakeim. Selon la ministre, cette station serait une des dernières à ne pas être équipée de caméras de vidéo-surveillance, que ce soit sur les quais ou dans les couloirs du métro.



Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur
Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur
"Dans un cas comme celui-ci, nous ne savons pas ce qui s'est passé exactement", a déclaré à la presse hier Michèle Alliot-Marie, estimant que "ce drame plaide donc pour un renforcement du maillage de vidéo-surveillance en France où nous sommes encore loin de celui existant en Grande-Bretagne".

"Ce qui s'est passé à Londres est l'illustration de l'utilité de ce système, c'est un moyen de protection important et efficace contre le terrorisme, le banditisme et les violences contre les personnes", a par ailleurs précisé la ministre, qui précise qu'"il n'est pas question de vouloir tout couvrir. La vie privée et les libertés individuelles doivent être protégées, mais dans un certain nombre de lieux, il faut pouvoir savoir ce qu'il s'y passe".

A Antibes, Michèle Alliot-Marie a aussi plaidé pour le maintien de la gratuiité des secours apportés aux personnes en dangers, que ce soit en mer ou en montagne.

"Lorsqu'il y a des vies en jeu, il est normal de garder un principe de gratuité. Cela n'empêchant pas, quand il y a des fautes avérées, que la responsabilité de ceux qui ont provoqué le déploiement de moyens de secours importants et mis en jeu la vie de ceux qui viennent les sauver, puisse être retenue" a-t-elle estimé.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu