Connectez-vous S'inscrire






Politique

Ménard veut imposer une charte aux mosquées de Béziers

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 26 Novembre 2015



Ménard veut imposer une charte aux mosquées de Béziers
Robert Ménard ne manque jamais d’occasion pour matraquer les musulmans. Cette fois, en plein état d'urgence, le maire de Béziers formule le vœu d’imposer aux responsables cultuels musulmans de sa commune une « charte des mosquées ». Celle-ci, présentée jeudi 26 novembre, énonce six engagements auxquels les imams devraient se plier, afin de « rassurer l’ensemble des habitants de la ville ».

Dans une déclaration liminaire, le maire justifie sa démarche en ces termes :

« Alors que l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement français pour trois mois suite aux attentats de Paris du 13 novembre,

Alors que les forces de police ont perquisitionné plusieurs mosquées et notamment celle de Brest dont l’imam entretient des liens avec certains responsables de la communauté musulmane de Béziers,

Alors qu’un imam de Montpellier ayant déjà tenu des conférences dans une mosquée de Béziers vient d’être assigné à résidence par l’État,

Il apparaît que s’impose une clarification des activités des mosquées de Béziers. Dans ce but, la Ville de Béziers soumet aux imams et présidents des mosquées une charte en six points. L’approbation sans réserve de cette charte sera de nature à rassurer l’ensemble des habitants de la ville. »


Les condamnations unanimes et publiques du terrorisme des organisations musulmanes et des mosquées, qui se sont aussi bien traduites par des discours que par des actes, ne suffisent pas à Robert Ménard, souhaitant de leurs représentants un engagement dont les termes ont été élaborés unilatéralement par la municipalité proche du Front national.

Une charte déconnectée de la réalité

Les imams et les représentants des mosquées de Béziers doivent à ses yeux s’engager :

« à ne prêcher qu’en français et en toutes circonstances » ;
« à ne faire aucun appel public à la prière, notamment dans la rue, sous quelque forme que ce soit » ;
« à ne pas poursuivre d’activités et à entretenir des liens avec des associations ou des mosquées, en France ou à l’étranger, appartenant aux courants les plus extrêmistes salafiste et Frères musulmans » ;
« à ne pas diffuser les discours ou faire la promotion des cheikhs ou «savants» saoudiens wahhabites, des cheikhs des Frères musulmans de tous les pays » ;
« à ne pas promouvoir les textes et livres qui prescrivent le jihad ou la peine de mort pour, entre autres, les apostats, les athées ou les homosexuels » ;
« à ne recevoir aucun financement d’un Etat étranger, d’une collectivité d’un Etat étranger ou d’une association étrangère ».


Cette charte appelle à souscrire à des propositions qui ne tiennent compte d'aucune réalité puisqu’aucune mosquée à Béziers n'est connue pour propager un discours de haine, ni ne fait d'appel public à la prière. L'initiative a le don d'exaspérer les musulmans de la ville, une nouvelle fois confrontés à une outrance de Robert Ménard à leur égard.

Lire aussi :
Karim Benzema et la honteuse polémique du crachat
Encadrer l'état d'urgence, c'est urgent !
Pourquoi l’état d’urgence inquiète les musulmans




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu