Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mali : Aminata Traoré, féministe contre l’intervention militaire

Rédigé par La Rédaction | Lundi 14 Janvier 2013



La situation au Mali a pris une autre dimension. La France a officiellement apporté son aide aux militaires maliens, vendredi 11 janvier. Les forces africaines devraient également prochainement intervenir pour contrer l’offensive des islamistes qui ont avancé vers le sud du pays.

Cependant, l’intervention armée, rendue possible après le vote, le 20 décembre dernier, du Conseil de sécurité de l'ONU en faveur d’un déploiement, pour un an, d'une force internationale, ne fait pas l’unanimité au Mali.

Ainsi, pour la féministe Aminata Traoré, une intervention militaire n’a aucune légitimité. Dans une tribune intitulée « Femmes du Mali: Disons "NON !" à la guerre par procuration » et publiée sur Slate un mois avant le vote de l’ONU, elle s’y oppose vigoureusement.

« La demande de déploiement de troupes africaines au nord du Mali, transmise par la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Union Africaine (UA) aux Nations Unies, repose sur un diagnostic délibérément biaisé et illégitime », jugeait-elle alors.

S’appuyant sur les propos de l'international Crisis Group, une organisation non gouvernementale, œuvrant pour la prévention et la résolution des conflits armés qui estime entre autres qu’une intervention armée provoquerait « davantage de victimes civiles au Nord », elle redoute le sort qu’une telle situation pourrait réserver aux femmes.

« Rappelons que les cas de viols que nous déplorons dans les zones occupées du Nord de notre pays risquent de se multiplier avec le déploiement de plusieurs milliers de soldats », souligne ainsi Mme Traoré. « Rappelons également que sur l'ensemble du territoire les sanctions économiques imposées par la communauté internationale au peuple malien au nom du retour à un ordre constitutionnel discrédité affectent considérablement les groupes vulnérables. »

« La guerre est une violence extrême contre les populations civiles, dont les femmes », met encore en garde la féministe dans sa tribune, qui a été signée par plusieurs personnalités maliennes. Mais leur appel pour trouver une sortie de crise par la voix du dialogue n’a pas été entendu et l’intervention étrangère vient d’être précipitée après l’offensive des islamistes vers le sud.

Pour Jean-Yves Le Drian, c’était une nécessité car « sans intervention extérieure, les rebelles islamistes auraient fait tomber la capitale malienne en deux ou trois jours ».

Reste que cette contre-offensive militaire a déjà causé la mort de civils, comme le craignait Aminata Traoré. Dix personnes dont trois enfants sont décédées pendant les combats, rapporte Human Rights Watch, samedi 12 janvier.

Lire aussi :
2012 : année tourmentée pour le Mali
Mali : le Premier ministre contraint à la démission
Mali : un coup d’Etat militaire renverse le président Touré
Mali : les islamistes saccagent le patrimoine musulman





Loading












Recevez le meilleur de l'actu