Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Lille : l'extrême droite dans le métro pour « chasser la racaille »

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 21 Mars 2014



Une vingtaine de membres du mouvement d'extrême droite Génération identitaire ont patrouillé dans le métro de Lille, vendredi 14 mars, dans le cadre du lancement de leur campagne intitulée « Génération Anti-Racailles ».

D'autres actions dans les transports en commun sont prévues par la branche jeunesse du Bloc identitaire, qui propose en parallèle des stages de self-défense à ces jeunes recrues.

« Prenant acte de l’incapacité de la mairie de Lille et des pouvoirs publics à endiguer la montée fulgurante de l’insécurité et l’explosion des violences dans les transports en commun de la métropole lilloise. (...) Génération Identitaire Flandre-Artois-Hainaut a décidé de lancer des tournées de sécurisation dans les lignes de bus et de métro de la métropole afin de remédier à l’inaction de Transpole et des forces de l’ordre », écrivent les jeunes gens sur leur page Facebook. Leur objectif est de « chasser la racaille », expliquent-t-ils.

Le caractère provocateur et raciste de la démarche de Génération Identitaire est plus que perceptible comme l'illustre une photo publiée sur leur page Facebook. On y voit les membres du groupuscule vêtus de manteaux jaunes au milieu d'usagers dans le métro lillois avec un zoom sur un plan mettant face à face les visages d'un membre de la milice et d'un jeune usager arabe. Ce dernier, qui écoute tranquillement de la musique avec ses écouteurs, est clairement apparenté à une racaille.

Lille :  l'extrême droite dans le métro pour « chasser la racaille »
Cette première « patrouille de sécurisation » à Lille a été immédiatement dénoncée. « L’objectif est simple et fait froid dans le dos : faire le lien entre immigration et délinquance et chasser les racailles. Une honte », ont réagi Mathieu Bayart, le porte-parole lillois de l'Union des étudiants communistes et Quentin Le Matt, secrétaire de la Fédération du Nord du Mouvement Jeunes Communistes de France, qui ont appelé Martine Aubry, la maire de Lille, a condamné ces actions, dans un communiqué du 17 mars.

Le même jour, la municipalité a condamné l'initiative du groupe d'extrême droite par la voix d'Eric Picquet, l'élu en charge des Transports à la communauté urbaine de Lille, qui a demandé aux autorités d'empêcher à l'avenir ce type de patrouille. « On n'a pas besoin d'une bande de guignols pour sécuriser le réseau de transport public. Certains se font des mauvais films. Jouer avec les peurs, jouer avec les fantasmes, c'est le métier de l'extrême droite. Donc, l'insécurité c'est eux, avant tout », a vilipendé l'élu au micro d'Europe 1.

Sur les réseaux sociaux, la page Facebook Lille : pas de porcs dans nos transports a également été lancée pour demander l'arrêt des patrouilles des jeunes identitaires. Elle a été likée par plus de 3 000 internautes à ce jour.

Après que des membres de Génération identitaire eurent occupé la mosquée de Poitiers en octobre 2012, Manuel Valls avait indiqué étudier la possibilité de leur dissolution. Sans effet. Les jeunes militants extrémistes continuent de diffuser sans mal leurs idées nauséabondes.





Loading












Recevez le meilleur de l'actu