Connectez-vous S'inscrire






Société

Le ministre n’a pas atteint l’objectif des 25 000 expulsions

| Mardi 8 Janvier 2008

Le ministre de l'Immigration Brice Hortefeux a annoncé lundi que le nombre d'expulsions d'immigrés en situation irrégulière se situerait entre 23 et 24.000 en 2007, soit le même niveau que l’année précédente. Le ministre n’a pas atteint l’objectif des 25 000 fixé par Nicolas Sarkozy.



Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration
Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration
Un chiffre pas atteint

Dans sa lettre de mission à Brice Hortefeux, le président Nicolas Sarkozy lui avait demandé de procéder à 25.000 expulsions du territoire pour 2007.

Lundi, le ministre de l’Immigration Brice Hortefeux a annoncé que le chiffre de 25.000 expulsions d'immigrés en situation irrégulière ne sera pas atteint.

"Les chiffres ne sont pas encore connus à l'heure qu'il est (...) mais je pense qu'on se situera au niveau global de l'année dernière", à savoir, "entre 23 et 24.000", a expliqué le ministre sur France-Info.

Un écart justifié par le ministre en invoquant l'impact de l'élection présidentielle et des législatives de 2007, "parce que traditionnellement lorsqu'il y a des périodes d'élection, les services lèvent un peu le pied, donc il y a une période d'attente au premier semestre".

"Et puis, il y a aussi la situation des Bulgares et des Roumains qui sont entrés dans la communauté européenne et dont la situation juridique a évolué", a-t-il ajouté.




Objectif contesté

Le ministre de l'Immigration a vu , dans cette fourchette de 23 à 24.000, la démonstration que les services de police ne s'étaient pas livrés à une "politique du chiffre" à outrance, comme l'affirment des associations.

"Face à ceux qui dénonçaient une chasse accrue, des violences exacerbées, la réalité est simple : le chiffre sera globalement celui de l'année dernière", a ajouté le ministre.

Quelque 300 à 400 personnes ont manifesté samedi à Paris pour demander la régularisation de tous les sans-papiers et la fermeture des centres de rétention. Ils protestaient contre le "harcèlement et les rafles" dont sont victimes, selon eux, les sans-papiers et demandaient la fermeture des centres de rétention.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu