Connectez-vous S'inscrire






Economie

Le halal relance les abattoirs en crise

Rédigé par Pauline Compan | Vendredi 27 Mai 2011

10 % de croissance annuelle, 5 milliards d’euros de chiffres d’affaires potentiels. Le marché du halal français a de quoi aiguisé tous les appétits. Producteurs et abattoirs l’ont bien compris et le halal devient même une solution pour donner un nouveau souffle à un secteur en crise. Saphirnews revient sur l’exemple de l’abattoir Gauthier, dont la moitié des emplois ont été sauvés par le halal, et l’abattoir Gourault, dont la moitié de l’activité dépend de ce secteur.



La consommation de viande a baissé de 10 % en 2010 en France. Le phénomène n’est pas isolé : dans toute l’Europe, les industries agro-alimentaires constatent ce ralentissement. Dans ce contexte et sur fond de crise des éleveurs, dont certains se retrouvent dans des situations financières de plus en plus dramatiques, le marché de la viande halal apparait comme un moteur de croissance, d’autant plus que les musulmans sont souvent considérés comme d'importants consommateurs de viande par rapport à la moyenne française.

Le halal relance les abattoirs en crise

Des emplois sauvés

L’abattoir Gauthier à Choue, dans le Loir et Cher, était en proie à de grosses difficultés économiques. Malgré le rachat de la société en 2010 par la CAFO (Coopérative agricole des fermiers de l’Orléanais), l’activité de l’abattoir, spécialisé dans la volaille, ne décolle pas. Mis en vente au mois de février 2011, l’abattoir Gauthier ne va trouver qu’un seul candidat à la reprise : l’entreprise Atlas Distrib, spécialisée dans la viande halal et basée à Bagnolet en Seine-Saint-Denis.

« 77 emplois étaient en jeux depuis le placement en redressement judiciaire de l’entreprise », explique Jean-Luc Ferrière, président de la communauté de communes locales au journal La Nouvelle République . Ainsi, Atlas Distrib entend conserver près de la moitié des emplois alors que les 40 salariés licenciés devraient bénéficier d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Un compromis intéressant pour le tissu local de cette commune et une bonne affaire pour Atlas Distrib : l’entreprise dispose, avec le rachat de l’abattoir, d’une filière complète halal, du producteur au consommateur. Il est désormais question de déplacer le laboratoire de fabrication des charcuteries de Bagnolet à Choue : une perspective de recrutement pour les salariés de la région.

Un marché dynamique

Pour certains abattoirs, le halal est déjà intégré dans leur processus de production, une stratégie porteuse. La société Gourault à Blois (41) abat toutes les semaines 350 bovins ; près de la moitié sont halal, certifiés par l’entreprise AVS. Un secteur d’activité qui représente 70 % des parts de marché de la société comme le révélait Saphirnews en juillet dernier.

Si ces abattoirs montrent la dynamique du secteur halal sur les volailles ou la viande de bœuf, il est un autre secteur où les attentes du consommateur musulman sont une préoccupation croissante : la filière ovine.

Longtemps sinistré et grand oublié de la PAC (Politique Agricole Commune), l’agneau a désormais le vent en poupe. Serge Préverau, président de la Fédération Nationale Ovine, le confiait à Saphirnews ; « il y a un véritable travail à faire pour nous imprégner plus efficacement des besoins et des habitudes du consommateur musulman ».

Un exemple : un abattoir de Poitou-Charentes sort habituellement 1800 ovins par jour, un chiffre qui grimpe à 5 000 agneaux au moment de l’Aïd. Ces perspectives pour la filière ovine ainsi qu’une revalorisation des aides dans le cadre de la PAC, ont permis d’augmenter le prix de vente de la viande. Un éleveur vend 6,4€ le kilogramme de viande ovine au mois de mai 2011. En 2010 à la même période le kilogramme se monnayait à 5,8€.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu