Connectez-vous S'inscrire






Religions

Le Mouloud Nabawi pour garder le souvenir vivant

Rédigé par Lazrak Jihen | Samedi 1 Mai 2004

Ce dimanche 2 mai 2004 correspond au 12 rabi’ al-awal de l’année 1425 de l’Hégire. Cette date marque l’anniversaire de la naissance du prophète Muhammad. Instituée bien des siècles après le prophète de l’Islam, ce jour n’est pas considéré comme une fête canonique pour les Musulmans. Les deux fêtes étant l’Aïd El-Saghir qui marque la fin du Ramadan et l’Aïd El-kébir qui commémore le sacrifice d’Abraham. Néanmoins pour le souvenir de la vie du Prophète et de son modèle qui traverse les générations, de nombreuses mosquées et associations musulmanes de France organisent des veillées nocturnes, des conférences dont l’exemple de l’Envoyé de Dieu est au cœur des programmes.



Ce dimanche 2 mai 2004 correspond au 12 rabi’ al-awal de l’année 1425 de l’Hégire. Cette date marque l’anniversaire de la naissance du prophète Muhammad. Instituée bien des siècles après le prophète de l’Islam, ce jour n’est pas considéré comme une fête canonique pour les Musulmans. Les deux fêtes étant l’Aïd El-Saghir qui marque la fin du Ramadan et l’Aïd El-kébir qui commémore le sacrifice d’Abraham. Néanmoins pour le souvenir de la vie du Prophète et de son modèle qui traverse les générations, de nombreuses mosquées et associations musulmanes de France organisent des veillées nocturnes, des conférences dont l’exemple de l’Envoyé de Dieu est au cœur des programmes.

 

Le modèle prophétique à l’honneur

 

La naissance du prophète Muhammad n’est pas une date anodine pour les Musulmans. Ce n’est pas la naissance en elle-même qui suscite l’intérêt. Car « Qui aurait pensé, le jour où naquit notre maître Muhammad - paix et bénédictions sur lui - que ce nouveau-né orphelin et pauvre allait devenir le réformateur de l’humanité ? » écrit le Sheikh Ahmad Ash-Sharbâsî. L’essentiel pour l’Islam et les Musulmans est de savoir que cet enfant deviendra l’envoyé  et le porteur du message divin. Il sera l’exemple et le modèle par excellence de tous les Musulmans. Ses paroles, Ses actes et approbations seront consignés et répertoriés pour constituer les célèbres « recueils de hadiths » ou tradition du prophète. Ils constitueront la deuxième source de la révélation musulmane après le Coran.  Les hadiths sont appris par cœur, récités et mis en pratique encore aujourd’hui, 15 siècles après la vie du Prophète.

 

En ce 12 rabi’ al-awal, les Musulmans de France s’organisent, comme chaque année, à cette occasion. Le centre culturel Tawhid (39, rue de la boulangerie, Saint Denis -93-), organise  une veillée spirituelle  sous le thème « Le Prophète, le Modèle ». Au programme, lecture du coran, allocution sur la vie du Prophète, invocations, prière nocturne et discussions fraternelles.

L’association Al-Kahf, affiliée à la mosquée Asahaba ( les compagnons) de Créteil (94), propose un cours sur le Mouloud-Nabawi, donné  par Hichem El’Arafa, directeur du centre de recherche sur l’Islam, CERSI. Ce cours sera suivi d’un « Ikram », un repas en guise d’aumône, offert par les Musulmans de Créteil.

 

Une « célébration » qui se veut sans excès

 

Le jour de Mouloud-Nabawi n’est pas une fête en soi. Il n’a pas été institué en tant que tel dans la pratique du Prophète. Cette « célébration » n’était pas connue dans les premières ères de l’Histoire Islamique. Elle le devint avec la dynastie des Fatimides,  qui l’initièrent au quatrième siècle de l’Hegire.

Nombre de savants musulmans se sont prononcés contre toute attitude excessive qui tendrait à instituer ce jour en jour de fête. Une volonté de se démarquer de la fête de Noël, qui commémore la naissance du prophète Jésus, mais aussi une manière de prévenir les risques de manifestations publiques qui peuvent donner lieu à des dérives incontrôlables, au motif de l’amour du Prophète. En parlant du Mouloud, le Sheikh Ahmad Ash-Sharbâsî explique qu’ « Il faut que la célébration de ce noble événement soit dépourvue de toute chose blâmable, des péchés et également des innovations familières à beaucoup de gens et que ni Dieu - Exalté Soit-Il - ni Son Prophète n’agréent. ». Il indique aux Musulmans que la meilleure chose à faire pendant cette célébration « c’est l’étude de la vie du noble Prophète - paix et bénédiction de Dieu sur lui - en saisissant les leçons et les exhortations qu’elle recèle, puis de cheminer selon la voie de cette noble religion que constitue le Message du Prophète et dont Dieu dit : ' [...] Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus d’Allah ! Par ceci, Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit'. » Coran: Sourate 5, Al-Mâ’idah, la table servie, versets 15 et 16.)

 

 

 

 






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu