Connectez-vous S'inscrire






Société

Le MIB, les voix des banlieues !

Rédigé par Nadia Sweeny | Mercredi 19 Avril 2006

« Il n’y a pas de dépolitisation des banlieues ! ». Le message est clair, le Mouvement de l'Immigration et des Banlieues (MIB) en est la preuve. Créé il y a plus de dix ans par le rassemblement d’une quarantaine de groupes et d’associations venant de divers quartiers de France, le MIB tente aujourd’hui de « désenclaver, soutenir et rassembler les acteurs » de ces banlieues défavorisées et isolées de la place publique nationale.



Le MIB, les voix des banlieues !

Le mouvement

Le Mouvement de l’Immigration et des Banlieues est né officiellement lors de La Convention Nationale de Mai 1995 à la Bourse du travail de Saint Denis, dans la région parisienne. Réunissant aujourd’hui plus de 500 personnes, le MIB est né du regroupement de quarante à cinquante associations venues de toute la France. Ainsi, de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise, à Mantes-la-jolie, en passant par Châtenay-Malabry, Sartrouville, Goussainville, Nîmes, Montpellier etc., le MIB milite pour la reconnaissance et l’égalité des habitants de ces quartiers. Son but : « régénérer un mouvement social d'expression et d'action politique avec une véritable assise dans les quartiers. Un mouvement autonome de citoyens actifs regroupant les " Cartes de séjour ", les " Cartes d'identité nationale " et les " sans papiers". »
Plusieurs combats les ont ainsi rassemblés. Issus pour la plupart des luttes pour l’égalité des immigrés et pour leur reconnaissance durant les années 70 / 80, ils suivent la lignée des associations telles que l'Étoile Nord Africaine, le MTA (Mouvement des Travailleurs Arabes) ou encore le MTI (Mouvement des Travailleurs Immigrés), qui ont milité lors du massacre des Algériens du 17 octobre 1961 dans les rues parisiennes, participant aussi aux grèves lancées en 1973 et 1976 pour lutter contre les crimes racistes , pour les droits et la dignité des immigrés en France. Eprouvant le besoin de se regrouper en i[« Mouvements autonomes pour mieux se défendre dans les bidonvilles, les cités de transit et sur les lieux de travail. […]Ces luttes pour les droits et la dignité seront durement réprimées par les pouvoirs publics (arrestations, expulsions du territoire, en avril 1976). » ]i
Suite à cette histoire chaotique, le MIB s’impose comme l’héritier « légitime » de ces luttes pour le droit et la reconnaissance des populations dites « issues de l’immigration ». Rassemblé lors de combats ponctuels pour une justice équitable, notamment lors des nombreuses morts suspectes de différents jeunes issus des quartiers, le MIB « est l'émanation des acteurs qui luttent sous différentes formes, localement et quotidiennement auprès des populations concernées. Il a pour fonction de désenclaver, de soutenir et de rassembler les acteurs qui, souvent, sont isolés et très peu épaulés, mais aussi de " regrouper " sous un même chapitre les différentes questions relatives au vécu des habitants, que les médias, la justice et la police essaient de renvoyer dans le particularisme ou dans la rubrique des faits divers. Il s'agit de transformer notre exigence de vivre dignement, en stratégie d'action politique durable et non plus au coup par coup. »

C’est ainsi que ce samedi 14 avril, à la bourse du travail de Saint Denis fut organisé le forum de débats du MIB. Pour fêter ses dix ans d’existence officielle, des militants d’associations de quartiers de toute la France se sont réunis et ont partagé leurs expériences. « NON, il n’y a pas de dépolitisation des quartiers, simplement un isolement » affirme Mognis, l’un des co-fondateurs de ce mouvement. Il précise : « Nous n’avons pas souhaité nous exprimer lors des émeutes de novembre 2005 car nous ne voulions pas apparaître comme un porte parole de ces jeunes, nous ne sommes pas là pour parler à leur place, d’autant plus que la tranche d’âge concernée n’est pas encore représentée au MIB. Nous ne sommes pas du genre à profiter de la situation. »

Pierre Didier, Militant de l'association Agora, Vaulx-en-Velin
Pierre Didier, Militant de l'association Agora, Vaulx-en-Velin

Terrain

Suite à cette mise au point, plusieurs acteurs ont donc pu, lors de cette rencontre, témoigner de leurs expériences et de leur connaissance du terrain. Chose qui manque cruellement aux politiques d’aujourd’hui. Un militant de l’association Agora, créée à Vaux en Velin en Octobre 1990, suite à la mort suspecte de Thomas Claudio, s’est exprimé. En 1990, cette « bavure policière » débouche sur des émeutes, qui ont rendu célèbre cette ville de la banlieue lyonnaise.

Pierre Didier témoigne qu’au-delà des émeutes et de la réaction en chaîne des jeunes de cette cité, une réponse civique a tenté d’être donnée par la création de cette association qui a voulu, dans un premier temps, étudier la manière dont la police menait son enquête sur la mort de Thomas Claudio. Au fur et à mesure, la lutte s’est élargie, « il fallait que les gamins ne dérivent pas » explique-t-il. Des solutions, des projets ont donc été mis en place et proposés aux politiques, aux maires et adjoints. Mais la municipalité a récupéré ces projets et se les est appropriés en dénaturant et en déviant les propositions faites. « Nous voulions faire de vraies propositions économiques, sociales, d’aménagements urbains à notre image, nous, habitants du quartier.» Suite à cette frustration ils ont décidé d’agir en autonomie et ont commencé à militer politiquement, à présenter des listes indépendantes aux élections cantonales et régionales. « Nous avons été taxés de communautaristes, de liste ethnique » mais peu importe, le succès est là, aux dernières cantonales, ils ont remporté 10% des votes. Leur but est de créer un véritable rapport de force politique afin de faire entendre leurs voix et leurs positions quand aux sujets et aux changements qui les touchent directement. « La question de la reconstruction de ces quartiers est centrale, c’est comme si on nous disait « vous êtes tellement pourris qu’il faut vous séparer et vous « diluer » dans une classe moyenne. C’est tout simplement de l’épuration sociale et ethnique ». Conclut Pierre Didier.

Samir, pour sa part, milite dans une association qui fut détruite par la municipalité. « Bouge qui bouge » est issue du quartier de Dammarie-les-Lys, créé lors de la mort suspecte d’Abelkader Bouziane, 16 ans, décédé en décembre 1997 d’une balle tirée derrière la tête par un policier. S’en suivent quatre jours d’émeutes et la mise en place d’une association d’aides aux victimes, puis, petit à petit, d’aide et d’encadrement des jeunes du quartier.

Cette association faisait du soutient scolaire, de l’animation et mettait à la disposition des jeunes, un studio d’enregistrement. C’est alors qu’en mai 2002, en moins de 48h, Mohammed Berrichi, 28 ans, le frère du président de l’association, est tué « le crâne explosé sur le trottoir » suite à une chute en scooter apparemment provoquée lors d’une course poursuite avec la Brigade Anti Criminalité (BAC) et Xavier Dem, 23 ans, est tué d’une balle dans la tête par les forces de l’ordre. Malgré la victimisation des policiers et la criminalisation de ces quartiers par les médias, et notamment grâce à cette association, la colère des jeunes est contenue et aucune émeute n’éclate.
Cependant, s’étonne Samir, « La répression policière a été bien plus forte en 2002 qu’en 1997. Ils nous ont envoyé plus d’un millier de policiers, même le RAID (ndlr : Recherche Assistance Intervention Dissuasion, spécialisé dans la lutte antiterroriste) s’est déplacé ! Ils nous ont même envoyé l’imam de la mosquée d’Evry. Pourquoi ? Je ne sais pas. On n’a pas compris!! Bref, le quartier n’a pas débordé, alors, ils ont dit qu’en fait on était des dealers de drogue et qu’on ne voulait pas que la police entre dans les locaux et que ce fût la raison pour laquelle ça n’avait pas pété ! »
Après cette expérience, l'association « bouge qui bouge » a été décimée par les partis politiques de la ville. « Lundi 24 juin 2002, notre local a été perquisitionné et dévasté. Notre association est victime d'une décision politique du tribunal de Melun complètement arbitraire : sur demande de l'office départemental des HLM, le local a été fermé ». Cette association voulait rester indépendante politiquement mais apparemment c’est interdit dans ces quartiers. « Il n’empêche que c’est pas du bleuf, à Dammarie en 2002, on a réussi à tenir les cités » affirme Samir.

De gauche à droite : Samir, Tarek, Abdennour, Pierre Didier et Mognis
De gauche à droite : Samir, Tarek, Abdennour, Pierre Didier et Mognis

Autonomie à tous prix

Ces témoignages décrivent une cassure évidente entre les pouvoirs publics et la réalité de la vie quotidienne de ces quartiers. « Y en a marre de pleurnicher sur notre sors, essayons de porter ses luttes nous-mêmes. » s’exclame Tarek, cofondateur et militant du MIB, prônant ainsi l’autonomie et l’indépendance et dénonçant les négociations clientélistes entre certaines associations et les partis politiques.

« Le dialogue est très difficile avec les mairies et les pouvoirs publics, car ils ne se rendent pas compte que ces quartiers regorgent d’histoires d’hommes ; c’est pénible de ne pas avoir de discussion d’égal à égal avec les institutions. » précise Abdennour, militant de la cité du « petit bard » à Montpellier. « Ils veulent nous isoler. Lorsque la Mairie dit non, tous les partis politiques vous lâchent, même ceux d’extrême gauche. Un jour il faudra leur dire qu’ils ont une fonction aliénante. »conclut-il.

Sakina, militante à DiverCité insiste sur le fait i[« que nous avons intériorisé leurs discours et oublié que nous avons la légitimité pour parler de notre histoire et de nos quartiers. […] Nous devons penser par nous-mêmes et nous réapproprier la place politique.»]i

Les banlieues sont « des miroirs grossissant de la société. Nous voulons articuler ces expériences locales sur un mouvement national autonome. C’est pourquoi nous allons mettre en place une université d’été et un forum social des quartiers populaires » , affirme Pierre Didier.

Le défi est ainsi lancé : créer et rester sur le long terme, un mouvement autonome au service des habitants des quartiers défavorisés ; les aider à s’organiser et les impliquer dans la gestion de leur ville.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu