Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le FN échoue à former un groupe au Parlement européen

Rédigé par La Rédaction | Mardi 24 Juin 2014



Contrairement à ce qu’elle avait annoncé, Marine Le Pen ne sera pas en mesure de former un groupe au Parlement européen, a-t-on appris lundi 23 juin par Geert Wilders, l’allié néerlandais de la présidente du FN. Du moins pas pour la première session du Parlement européen, qui se tiendra le 1er juillet prochain.

« Nous n’avons malheureusement pas réussi à former une fraction au Parlement européen avec six autres partis », a déclaré le député islamophobe, cité par l’agence de presse néerlandaise ANP. Le FN ne siégera donc pas à la conférence des présidents de groupe qui fait l’agenda du Parlement, ne touchera aucune subvention et ne prendra la tête d’aucune commission ou sous-commission. Les opposants à l'extrême droite peuvent être soulagés.

Ce n’est pas tant le nombre de députés qui a fait défaut : la victoire du FN aux élections européennes lui a permis d’obtenir à lui seul plus de 20 sièges. Mais les parlementaires qui composent le groupe doivent être issus de sept pays différents. L’affaire était entendue avec le PVV néerlandais, le Parti de la liberté autrichien (FPÖ), la Ligue du Nord italienne et le Vlaams Belang flamand (Belgique). Un accord de principe avait d’ailleurs été conclu avant les élections.

Mais l’entente n’a par exemple pas été possible avec le parti polonais Congrès de la Nouvelle droite (KNP), dont les positions homophobes dérangent notamment Geert Wilders. « Le PVV a vraiment envie de former une fraction, mais pas à n'importe que prix », a soutenu son président. Florian Philippot, le bras droit de Marine Le Pen, a dans le même esprit expliqué sur Europe 1 avoir fait le choix de « la cohérence politique ». « Pas un groupe à tout prix, mais un groupe à condition que ça ait un sens politique. Et nous privilégions la qualité à l’idée d’avoir un groupe pour simplement avoir un groupe », a-t-il insisté.

Un double échec pour Marine Le Pen, à la fois en terme d’image et de capacité politique à former ce groupe dont elle assurait qu’il verrait le jour. Mais la présidente du FN a tenu à relativiser dès le lendemain, se disant dans une interview au Figaro « absolument convaincue que ce groupe existera à court terme. »

Lire aussi :
Jean-Marie Le Pen, le « handicap » du FN qui valorise sa fille
Européennes 2014 : l'extrême droite islamophobe conquérante
Européennes 2014 : le parti islamophobe néerlandais en échec
Européennes 2014 : le parti islamophobe néerlandais en échec
Européennes 2014 : ce que l'extrême droite anti-islam prépare comme projet




Loading












Recevez le meilleur de l'actu