Connectez-vous S'inscrire






Monde

La tournée diplomatique d’Obama en trois temps

Politique internationale

Rédigé par Sonia Carrère | Mercredi 15 Juillet 2009

Depuis son investiture, le président des États-Unis rend visite aux chefs d’États du monde entier et annonce des décisions capitales pour tous. Du 6 au 11 juillet dernier, il s’est rendu en Russie, en Italie et au Ghana pour affirmer haut et fort sa politique étrangère. Retour sur les moments clés de ce voyage diplomatique.



Barack Obama a choisi le Ghana pour sa première visite en Afrique en tant que chef d'Etat.
Barack Obama a choisi le Ghana pour sa première visite en Afrique en tant que chef d'Etat.
La semaine passée, alors que l’Amérique enterrait et pleurait son King of Pop, le président américain parcourait le monde pour exposer sa politique. D’abord l’Europe, puis l’Afrique, c’est un Barack Obama tourné vers l’avenir qui s’est adressé au peuple et aux chefs d’État, le tout, en six jours.

Première destination : la Russie, où il arrive le 6 juillet. Au regard du passé entre les Soviétiques et les Américains, le président Obama cherche à améliorer les relations et à laisser à Guerre froide au rang des mauvais souvenirs. Barack Obama succédant à George Bush, et Dmitri Medvedev, l’actuel président de la Russie ayant remplacé Vladimir Poutine, les deux nouveaux chefs d’État n’ont pas d’anciens conflits communs, si ce n’est ceux de leurs prédécesseurs.

Moscou, 7 juillet : poignée de mains chaleureuse entre Obama et Medvedev, signe du réchauffement des relations diplomatiques ? (Photo : © Pete Souza / Maison-Blanche)
Moscou, 7 juillet : poignée de mains chaleureuse entre Obama et Medvedev, signe du réchauffement des relations diplomatiques ? (Photo : © Pete Souza / Maison-Blanche)
S’allier aux Américains face à l’enjeu nucléaire de l’Iran et de la Corée du Nord, voilà ce que venait proposer Barack à un Dmitri réticent : « Si la menace du programme nucléaire et balistique de l’Iran est éliminée, la raison motrice de la défense antimissile en Europe le sera aussi », a-t-il déclaré. Pas facile pour Obama de convaincre quand ses relations avec le Premier ministre russe demeurent toutefois tendues.

La veille de son arrivée, le président des États-Unis l’avait critiqué, en le condamnant à avoir « un pied dans la vieille manière de conduire les affaires ». Mais pour M. Obama, ce qui compte, c’est de parler avec son homologue, qui avait l’habitude de traiter avec l’ancien président américain, qu’il jugeait en ces termes : « Parler avec George Bush fils est un vrai plaisir, c’est une personne sincère, à l’esprit vif, mais malheureusement cela ne se répercutait pas dans nos relations. Pour parler franchement, cela avait des répercussions négatives. »

La politique étrangère d’Obama au G8

Après la Russie, c’est au tour de l’Italie de recevoir le Président, au sommet d’Aquila, le 8 juillet.

Alors que quelques jours auparavant, il avait tenté de s’allier au président de la Russie pour contrer l’Iran dans ses menaces nucléaires, Medvedev projette finalement de régler le problème à sa façon, jugeant la méthode Obama dangereuse. La Russie lancerait des missiles de courte portée près de la Pologne, si l’accord d’un bouclier antimissile avec les États-Unis ne s’avérerait pas satisfaisant. Ces désaccords ont alors été bénéfiques à l’Iran – qui devait être sanctionné selon la décision du G8, mais qui verra son cas examiné lors du prochain G8, en septembre prochain.

Parmi les autres mobilisations de Barack Obama : l’action contre la faim. Ce sera non plus 15 mais 20 milliards de dollars qui seront dédiés à la sécurité alimentaire dans le monde. « Les actions irresponsables de quelques-uns ont engendré une récession qui a balayé le globe. Les prix de la nourriture ont augmenté et 100 millions de personnes vont tomber dans une extrême pauvreté », a-t-il expliqué.

Côté relations diplomatiques, au cours de son périple, le président des États-Unis n’a cessé de marquer encore des points à l’échelle monde. Quoique… Pendant le dîner, on l’a vu serrer la main au président libyen Mouammar Kadhafi, alors qu’il ne l’avait jamais rencontré.
Une petite poignée de main pour l’homme, un grand pas pour les relations Lybie-États-Unis, diront les commentateurs, puisque, à cause de la proximité de la Libye avec des organisations que beaucoup qualifient de terroristes, rien n’allait plus entre les deux pays.

L’Afrique, le retour aux sources

« Vous pouvez vaincre la maladie, mettre fin aux conflits, changer fondamentalement les choses. Vous pouvez faire ça. Oui, vous le pouvez », a déclaré Barack Obama aux Ghanéens.

Une foule en liesse, bardée de tee-shirts à l'effigie d'Obama et de drapeaux américains, accueillait le locataire de la Maison-Blanche, le 11 juillet au Ghana.
Une foule en liesse, bardée de tee-shirts à l'effigie d'Obama et de drapeaux américains, accueillait le locataire de la Maison-Blanche, le 11 juillet au Ghana.
Dès la fin du G8, le 10 juillet, il s’est ainsi envolé pour le Ghana – ce pays d’Afrique de l’Ouest qui portait au temps des colonies le nom de Gold Coast pour ses fabuleuses richesses en or. Si Obama s’est rendu au Ghana, ce n’est pas un hasard. Pour délivrer son message d’espoir et exposer sa politique concernant le continent noir, il a choisi un pays qui avait un bon bilan démocratique, dû au déroulement pacifique des dernières élections présidentielles de janvier dernier, et une certaine stabilité politique.

Alors qu’il est accueilli très chaleureusement par des foules entières portant des tee-shirts à son effigie, pour sa première visite officielle en Afrique, Barack Obama n’a qu’un seul mot d’ordre : elle doit se prendre en main. Il refuse le prétexte des colonies pour justifier les pratiques antidémocratiques, les conflits et la maladie.

Côté Ghanéen, c’est beaucoup d’espoir reçu, de rêve. Il faut dire que le président américain cherche à s’impliquer en Afrique, ému par ses origines kenyanes. Et de l’émotion, il n’était pas le seul à en avoir. Son épouse Michelle l’avait accompagné avec leurs filles au fort esclavagiste de Cape Coast.

Pendant son séjour en Afrique, Barack Obama a aussi rappelé la situation de l’Afghanistan – où sont décédés huit soldats britanniques en 24 heures, le vendredi 10 juillet – et précise que l’engagement militaire est nécessaire pour la sécurité de l’Europe et des États-Unis : « Nous ne pouvons pas laisser l'Afghanistan et le Pakistan être un refuge pour Al-Qaïda, pour ceux qui font sauter des gares à Londres ou des tours à New York. »

Le 11 juillet, la famille Obama est rentrée aux États-Unis, d’où le Président pourra peut-être faire changer les choses. Yes, he can ?





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu