Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La campagne de Sarkozy en 2007 financée par Kadhafi ? Le président dément

Rédigé par La Rédaction | Mardi 13 Mars 2012



Selon le site d'information Médiapart, le colonel Kadhafi aurait participé au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Une révélation relié avec l'enquête sur l'attentat de Karachi, instruite par le juge Renaud Van Ruymbeke.

Selon le médecin de Ziad Takieddine, marchand d'armes mis en cause dans l’affaire Karachi, ce dernier aurait obtenu une commission de 50 millions d'euros à l'époque où il négociait le marché libyen de sécurisation des communications des armées.

Cet argent aurait transité par une banque suisse afin de financer la campagne présidentielle de l'UMP en 2007. Il a été soutenu dans ses négociations par Nicolas Sarkozy en 2006 et ses deux futurs successeurs à l'Intérieur, Brice Hortefeux et Claude Guéant.

Aujourd'hui lâché par ses anciens amis, Takieddine menace ces deniers : « Je les tiens tous dans ma main », a-t-il déclaré.

En mars 2011, Seif al-Islam Kadhafi menaçait, lui aussi, de révéler des documents prouvant le financement de la campagne de Sarkozy par l'argent de Tripoli. Le fils du colonel n'avait jamais révélé ces preuves et est aujourd’hui emprisonné à Zentane, en Libye, dans l'attente de son jugement.

Face à ces accusations, il a tenu à y répondre lundi soir sur TF1 devant Laurence Ferrari : « Je suis désolé pour vous que vous soyez la porte-parole du fils de Kadhafi, franchement, je vous ai connue dans un meilleur rôle. (…) Quand on cite M. Kadhafi, qui est mort, son fils, qui a du sang sur les mains, qui est un régime de dictateurs, d'assassins, dont la crédibilité est zéro, (…) franchement, je pense qu'on est assez bas dans le débat politique. » Toutefois, les accusations, qu'il qualifie de « grotesques », se précisent, et met le président dans une bien mauvaise posture.

Lire aussi :
Seïf al-Islam Kadhafi bientôt jugé à Tripoli
Libye : le fils Kadhafi charge Sarkozy
Visite de Kadhafi: Sarkozy signe des contrats et fustige ceux qui 'donnent des leçons'




Loading












Recevez le meilleur de l'actu