Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La France déroule le tapis rouge pour les Casques blancs syriens

Rédigé par Saphirnews | Jeudi 20 Octobre 2016



La France déroule le tapis rouge pour les Casques blancs syriens
Une délégation venue d'Alep et constituée de médecins et de Casques blancs syriens, un groupe de secouristes bénévoles qui viennent en aide aux victimes des bombardements en Syrie, a été ovationnée à l’Assemblée nationale mardi 18 octobre.

Le Premier ministre Manuel Valls, précédé par le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, leur a rendu hommage au sein de l’hémicycle, jurant que « la France ne vous abandonnera jamais, elle sera toujours à vos côtés, au nom de la liberté, au nom de la conception des droits de l'Homme, au nom des combats que la France a toujours menés ». Il a également exprimé son « respect » et son « admiration » pour les Casques blancs dont le représentant Rahed al-Saleh était accompagné de membres de l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) qui agit en Syrie. La délégation a ensuite été reçue à l’Elysée mercredi 19 octobre.

Les Casques blancs syriens interviennent principalement dans les zones tenus par l’opposition à Bachar al-Assad. Ils doivent faire face aux bombardements du régime mais aussi de l’armée russe.

« Vous pouvez compter sur la France pour exiger un cessez-le-feu, et pas une trêve de quelques heures », a promis Manuel Valls alors que la Russie annonçait le même jour une pause dans les attaques sur Alep afin de permettre l’évacuation de civils. « Les Casques blancs et le Comité civil d’Alep font chaque jour l’impossible dans cette ville martyre, face au déferlement de violence. Leur action a permis de sauver des dizaines de milliers de vies », souligne pour sa part l'Elysée.

Si l’organisation a été pressentie pour le prix Nobel de la Paix, sa réception en grande pompe par la France ne fait pas que des heureux. La quinzaine de députés français, qui ont été à Damas pour rencontrer Bachar Al-Assad en plein conflit, grince des dents. L’élu PS Gérard Bapt a déclaré qu’il « vit très mal » ce qu’il juge comme « une opération de communication » ayant pour objectif de faire oublier les souffrances des quartiers ouest d’Alep tenus par le régime. Le député LR Jacques Myard a, quant à lui, remis en cause l'impartialité des Casques blancs.

blob blob  (28.77 Ko)






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu