Connectez-vous S'inscrire






Archives

L’Iraq et ses défenseurs de l’UMP

Rédigé par Colin Mohammed | Lundi 16 Septembre 2002

Du non respect de la minute de silence à la désobéissance au quai d’Orsay de parlementaires. Des élus républicains veulent rompre l’insoutenable silence autour de la question iraquienne. Trois députés de la majorité parlementaire se sont rendus en Iraq pour protester contre les menaces américaines.



Du non respect de la minute de silence à la désobéissance au quai d’Orsay de parlementaires. Des élus républicains veulent rompre l’insoutenable silence autour de la question iraquienne. Trois députés de la majorité parlementaire se sont rendus en Iraq pour protester contre les menaces américaines.

 

Trois députés français en Iraq

Trois députés de la majorité présidentielle, Thierry Mariani, Lionel Luca et Eric Diard se sont rendus dès samedi à Bagdad et se sont rendu dimanche sur un lieu que Washington et Londres soupçonnent d’avoir une activité nucléaire. Le gouvernement désapprouvant cet acte a déclaré que « Nous avions d'ailleurs fait savoir aux intéressés le caractère inopportun, dans le contexte actuel, de ce déplacement » Mais les trois parlementaires issus de l’UMP ont annoncés à la presse : L'opinion publique française ne veut pas la guerre. Le but de notre visite n'est pas officiel, mais simplement de discuter avec des responsables politiques iraqiens (...) pour essayer d'éviter ce qui nous semble une aberration, à savoir un conflit armé »

Tarek Aziz, le vice-Premier ministre irakien ayant accueilli samedi les trois parlementaires, a affirmé que son pays examinerait la proposition du président Jacques Chirac concernant un retour en Iraq des inspecteurs de l'ONU si ce dernier se portait garant pour empêcher une attaque américaine. Il n’a pas manqué de lancer ces interrogation : «Est-ce que M. Chirac peut donner des assurances qu'il préviendrait l'agression ? Va-t-il nous aider à défendre notre souveraineté contre l'agression ?»


Vive le peuple Iraquien !

 En France, c’est un adjoint au maire qui en plein recueillement lors de la minute de silence à la mémoire de ceux qui ont péri durant les inondations du sud de la France et de ceux morts dans les attentats de New York,  que l’élu de Valenciennes rompt le silence par un cri : « Vive le peuple iraquien ! »  Pétage de plomb pour certains, Olivier Marlière justifie cet acte par ces propos : « Dans le contexte actuel, toute manifestation spectaculaire de solidarité envers les Etats-Unis ne peut que renforcer M. Bush dans sa volonté évidente de déclencher une guerre en Iraq dans des conditions que, à ce jour, le président de la République française déplore avec fermeté. Le maire Dominique Riquet (UDF) écrit à son adjoint : « Je suis extrêmement scandalisé par votre comportement écrit il, Il est inadmissible qu’un élu de cette ville ne respecte pas la mémoire des victimes, à la fois des récentes catastrophes naturelles du Midi et des actes terroristes de l’année dernière. » Il offre deux choix à son adjoint : promettre de ne plus recommencer ou démissionner. Avec répartie, l’adjoint au maire écrit : « Cette minute de silence, inopportune, était organisée par un club de football et non par une autorité de la République » Il ne voit donc aucune raison de démissionner.

 

 

Les sanctions économiques qui frappent l’Iraq depuis plus de dix ans plongeant la population civile iraquienne dans un marasme aux conséquences humanitaires dramatiques et l’obsession belliqueuse des Etats-Unis contre le berceau de la civilisation exaspèrent l’opinion publique française jusqu’à faire apparaître des failles au sein de l’UMP sur ce dossier.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu