Connectez-vous S'inscrire






Société

L'Aïd : une fête pas comme les autres

Rédigé par Lazrak Jihen | Jeudi 5 Décembre 2002

Aujourd’hui, jeudi 5 décembre, les musulmans célèbrent l’ « Aid-el-Fitr », fête qui parachève le mois du jeûne de Ramadan et le clôture. Elle est un moment de joie, de convivialité, de bonne humeur, et de rassemblement des musulmans. C’est un jour où les jeux, les festivités sont à consommer sans modération. C’est l’une des deux fêtes qui existent en Islam, avec l’ « Aid el adha », fête du sacrifice.



Aujourd’hui, jeudi 5 décembre, les musulmans célèbrent l’ « Aid-el-Fitr », fête qui parachève le mois du jeûne de Ramadan et le clôture. Elle est un moment de joie, de convivialité, de bonne humeur, et de rassemblement des musulmans. C’est un jour où les jeux, les festivités sont à consommer sans modération. C’est l’une des deux fêtes qui existent en Islam, avec l’ « Aid el adha », fête du sacrifice.

 

 l’Aid el fitr : jour - 1

On pourrait croire que la fête de l’Aid commence en début de journée, mais pour la plupart des musulmans, elle se prépare dès la veille. Eh oui ! c’est le moment de faire les gâteaux pour les retardataires. Et en général, toute la famille s’y met, afin d’être prêt pour le lendemain. Les gâteaux sont aussi divers que variés, selon les familles et les origines. La soirée peut se terminer très tard, pas de place pour le sommeil. Il faut s’occuper des habits que l’on va porter ou encore se mettre un peu de henné sur les mains, que ce soit pour les femmes ou les hommes. Souvent, les jeunes femmes préfèrent se faire des dessins, et les jeunes garçons faire un petit rond, pratique particulièrement courante dans les familles maghrébines.

Le lendemain, la journée commence très tôt, dès la prière de Fajr (7h05 selon le calendrier de l’UOIF). Il est temps ensuite de prendre un bon petit déjeuner pour faire une véritable rupture entre le jeûne du mois de Ramadan et la fête de l’Aid.

 

La prière à la mosquée

Puis vient l’heure de la prière de l’Aid, en tout début de matinée. Chacun se presse pour ne pas arriver en retard et pouvoir trouver une place dans la mosquée.  Des Mosquées qui sont généralement trop petites pour accueillir le nombre de fidèles élevés pour cette prière de fête. Mais pour les plus chanceux, certaines municipalités acceptent de prêter aux mosquées, un gymnase ou une salle. Contrairement à la prière du Vendredi, l’office commence par la prière (2 raka’at) puis par le prêche de l’imam.

Une fois cette célébration religieuse terminée, les fidèles se congratulent, et accompagnent le traditionnel « Salam alaikoum » d’un « aidek mabrouk! », ou encore « aidek moubarak! », « mabrouk al aid !», bref on ne s’en sort pas entre les différents dialectes. Le plus simple pour certains est de dire « bonne fête de l’Aid. »

 

Une journée en famille

Par la suite, chacun essaye de se frayer un chemin dans la foule des fidèles, pour sortir et retourner au domicile familial. Avant le déjeuner, c’est l’occasion de se distribuer entre voisins les gâteaux faits la veille. Pour les plus petits, ils reçoivent un peu d’argent. Vient ensuite l’heure du déjeuner.

Pour le reste de la journée, c’est bien simple, c’est journée familiale : visite aux amis et à la famille. Excepté, certains jeunes qui se dérobent à leurs parents et préfèrent passer une après-midi entre amis, soit au cinéma, soit au grec… Pratique courante chez certains des jeunes musulmans qui ne savent peut-être pas apprécier l’esprit de l’Aid.

 

Fête de l’Aid, fête aussi des enfants

Aucune activité particulière n’est véritablement organisée par les associations ou les mosquées. Seule exception pour les enfants, qui ont la chance de fêter l’Aid, quelques jours, plus tard à travers des jeux, des chants religieux. A la mosquée de Créteil, cette journée est prévue pour ce samedi. L’association « Femme culturelle loisirs » de Villeneuve-la-Garenne la retarde à mercredi prochain, journée traditionnel des enfants. C’est l’occasion pour les enfants de connaître leur religion à travers la joie et la bonne humeur.

De quoi faire languire nos petits chérubins, qui souvent esquissent leurs premiers ramadans à travers quelques jours de jeûne. Pour la plupart d’entre eux, l’Aïd est un jour sans école, ce qui les rend peut-être doublement heureux qui sait.

 

Au prochain Ramadan

Le soir venu, les musulmans se couchent avec des souvenirs pleins la tête et attendent l’année prochaine pour un nouveau mois de Ramadan et une nouvelle fête de l’ « Aid el fitr. » En espérant, que d’ici là, ils pourront vivre d’autres moments de joies comme pendant l’ « Aid-al-Adha ». Ils pourront aussi apprécier d’autres journées de jeûnes non obligatoires, comme les six jours du mois de « Chawal. »





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu