Connectez-vous S'inscrire






Société

Islamophobie : une élue poursuivie pour son tweet citant l'Hitler de Birmanie

Rédigé par Samba Doucouré | Jeudi 4 Août 2016



Islamophobie : une élue poursuivie pour son tweet citant l'Hitler de Birmanie
L’Observatoire national contre l’islamophobie, rattaché au Conseil français du culte musulman (CFCM), annonce jeudi 4 août qu’il a déposé plainte auprès du tribunal de grande instance de Compiègne (Oise) contre Arielle François pour provocation à la discrimination à la haine ou à la violence.

Cette action en justice fait suite à un tweet de l’adjointe au maire de Compiègne daté du 23 juillet où elle reprend une citation du moine extrémiste bouddhiste birman Ashin Wirathu, considéré à ses yeux comme un modèle de « sagesse » : « Vous pouvez être plein de gentillesse et d’amour, vous ne pouvez pas dormir à côté d’un chien enragé. Si nous sommes faibles, notre pays deviendra musulman. » Le leader du mouvement islamophobe 969 est connu pour ses appels réguliers à la haine contre les musulmans de Birmanie.

L’Observatoire met en exergue le caractère dangereux du tweet qui assimile les musulmans à des chiens enragés, « un appel à la haine inadmissible ». « Dans un contexte national extrêmement tendu, il est incontestable, tant par son sens que par sa portée, que cette publication suscite un sentiment d’hostilité et de rejet envers la communauté musulmane de France », déclare Abdallah Zekri, le président de l’Observatoire. Il estime qu’Arielle François, permet, par son tweet, « d’asseoir la principale volonté des extrémistes islamistes et des intégristes de tous bords (…), celui de semer la terreur et la division ».

La Licra et le CCIF, qui ont dénoncé la publication de l’élue compiégnoise, réfléchissent encore à une éventuelle plainte formelle. Arielle François avait rapidement retiré son tweet, déclarant qu'elle ne connaissait pas Ashin Wirathu, surnommé le Hitler birman. En revanche, elle ne s'était alors pas prononcée sur la gravité de la phrase relayée.

Lire aussi :
Thierry Mariani banalise l'esclavage pour « déculpabiliser » l'Occident
Un enfant mort comparé à de la viande halal : un élu au cœur du scandale
Malika Salim enflamme Twitter avec ses « Bamako-sur-Seine » et « Ghaza-sur-Marne »





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu