Connectez-vous S'inscrire






Religions

Islamophobie néo-nazie

Rédigé par Zaïri Rachid | Mardi 15 Juin 2004

Les hitlériens ont encore frappé. Alors que la France et les alliés organisaient une semaine auparavant le soixantième anniversaire de la libération, soixante tombes du carré musulman de la Meinau, au sud de Strasbourg, ont été profanées et dégradées dans la nuit de dimanche à lundi par des malfaiteurs appartenants à une organisation nazie. Des croix gammées ont été tracées à la bombe de peinture noire sur plusieurs dizaines de stèles, parfois accompagnées d'inscriptions 'HH' (pour 'Heil Hitler') et '88' (signe néo-nazi). Ces actes ont été condamnés par le Président Jacques Chirac et son Ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin. Depuis plusieurs mois, les citoyens musulmans de la capitale alsacienne sont victimes de nombreuses agressions islamophobes : menaces de mort, dégradation de Mosquées et de commerces tenus par des musulmans…



Les hitlériens ont encore frappé. Alors que la France et les alliés organisaient une semaine auparavant le soixantième anniversaire de la libération, soixante tombes du carré musulman de la Meinau, au sud de Strasbourg, ont été profanées et dégradées dans la nuit de dimanche à lundi par des malfaiteurs appartenants à une organisation nazie. Des croix gammées ont été tracées à la bombe de peinture noire sur plusieurs dizaines de stèles, parfois accompagnées d'inscriptions 'HH' (pour 'Heil Hitler') et '88' (signe néo-nazi). Ces actes ont été condamnés par le Président Jacques Chirac et son Ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin. Depuis plusieurs mois, les citoyens musulmans de la capitale alsacienne sont victimes de nombreuses agressions islamophobes : menaces de mort, dégradation de Mosquées et de commerces tenus par des musulmans…

Dans la nuit de dimanche à lundi…

Une soixantaine de tombes ont été profanées par des inscriptions néo-nazies dans le carré musulman d’un cimetière de Strasbourg. Des croix gammées et quelques croix celtiques ont été tracées à la bombe de peinture noire sur plusieurs dizaines de stèles, parfois accompagnées d'inscriptions 'HH' (pour 'Heil Hitler') et '88' (signe néo-nazi désignant à deux reprises la huitième lettre de l’alphabet : HH).

Sur un mur placé derrière des tombes profanées a également été découvert un appel au meurtre contre le président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Abdelhaq Nabaoui, accompagné des inscriptions 'Zieg Heil', 'race blanche', 'white power' et 'Adolf'.

De nombreuses enquêtes ont été ouvertes en milieu de journée afin de découvrir les auteurs de ces actes dénués de toute morale.

Vives réactions et condamnations

Le président Jacques Chirac a exprimé sa 'consternation', son 'horreur' et son 'indignation devant ces actes intolérables' qu'il a condamnés 'avec la plus grande fermeté'. Il a affirmé que 'ces gestes de haine' seraient 'combattus avec la plus grande résolution' et a assuré les familles ainsi que 'toute la communauté musulmane de France et ses responsables de la pleine solidarité de la nation'. 'Je veux leur dire la détermination absolue des pouvoirs publics à poursuivre sans répit les auteurs de ces ignominies pour qu'ils soient jugés et condamnés avec toute la rigueur des lois de la République', a précisé le chef de l'Etat.

Le ministre de l'Intérieur, Dominique de Villepin, qui s'est rendu sur place, a demandé au préfet du Bas-Rhin d'organiser un 'comité des cultes contre l'intolérance'. Ce comité, qui réunirait les représentants des différents cultes présents en Alsace et des élus, 'permettra de mobiliser l'ensemble des parties prenantes avec des actions concrètes'.

'Climat inquiétant d'islamophobie'

Lors d'une manifestation le 24 avril, le président du CRCM d'Alsace avait fustigé un 'climat inquiétant d'islamophobie et de racisme qui menace notre région'.

La communauté musulmane de Strasbourg a fait l'objet depuis début avril d'une série de dégradations et graffitis à caractère raciste : croix gammées et inscription 'mort aux Arabes' sur un magasin d'alimentation tenu par un musulman, mosquées dégradées par des croix gammées et des tags racistes, entreprise de pompes funèbres musulmane profanée. Des inscriptions à caractère raciste ont également été taguées sur la maison d'un membre du CRCM tandis qu'une poubelle était incendiée contre un mur de son domicile à Strasbourg.

 





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu