Connectez-vous S'inscrire






Société

Islamophobie au volant : un moniteur d’auto-école condamné

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 12 Juin 2013

Un moniteur d’une auto-école parisienne a été condamné définitivement, mardi 4 juin, pour avoir refusé une leçon de conduite, en juillet 2012, à une jeune femme musulmane.



Islamophobie au volant : un moniteur d’auto-école condamné
L’islamophobie n’est pas une opinion mais un délit. Toute personne ou entreprise qui refuse de fournir un service à une personne en raison de son appartenance supposée à une religion se rend coupable d’une discrimination caractérisée. Mais dans les faits, peu d’entre ceux qui marginalisent volontairement les femmes voilées sont condamnés, par manque de preuves, de témoins ou même de détermination des victimes.

Asma S. n’a pas manqué de volonté et a réussi à faire condamner définitivement, mardi 4 juin, un moniteur d’une auto-école parisienne pour lui avoir refusé une leçon de conduite en juillet 2012.

Irritée par ce refus injustifié, cette brillante étudiante en médecine de 26 ans, qui s’est spécialisée en neurosciences en vue de devenir médecin-chercheur, n’a pas hésité à signaler les faits au commissariat : elle dépose plainte le jour même et prend un avocat par ses propres moyens sans aide juridique extérieure.

Des témoins pour renforcer son témoignage

Retour aux faits. Son moniteur habituel n’étant pas disponible le 20 juillet, Asma demande à prendre une leçon avec un autre moniteur M. Vincent* et avec qui l’étudiante a déjà conduit une première fois sans problème en septembre 2011, près de 10 mois avant l’incident.

« Lorsque je me suis présentée à l’auto-école, M. Vincent s’est adressé à ses collègues en leur disant qu’il n’allait pas me prendre en leçon et demandait à ses collègues de me prendre à sa place. (…) Il est sorti de l’auto-école. Ses collègues paraissaient choqués par ses propos », explique-t-elle aux policiers, sur la base du dépôt de plainte que Saphirnews a consulté.

Refus par « principe de laïcité »

« Il est entré de nouveau dans l’auto-école. Il m’a dit : ''J’ai des principes de laïcité alors je ne vais pas vous prendre comme ça'' (en lui désignant son voile, ndlr). Je lui ai répondu qu’il n’avait pas été gêné la première fois et il m’a alors répondu que sa femme était musulmane et qu’elle ne portait pas le voile en ajoutant : ''Concernant la dernière leçon, je vois que rien n’a changé alors je ne vais pas vous prendre en leçon'' », lit-on par la suite.

Elle est choquée par sa réaction d'autant qu'« aucune remarque ne m'a été faite la première fois avec lui. C'est pourquoi j'ai repris des heures de conduites avec lui. Je ne comprends pas qu'on puisse me refuser des services que j'ai payé et pour lesquels je me déplace », nous raconte-t-elle.

Asma reçoit aussitôt le précieux soutien de deux moniteurs, des témoins de la scène qui ont décidé de l'épauler pour défendre son cas. Et elle en avait bien besoin. Lors de la confrontation avec l'accusé quelques semaines plus tard, la version de M. Vincent change face aux enquêteurs: il dit alors qu'elle était habillé « différemment » qu'à son habitude - décrivant alors un sorte de jilbeb envahissant, voile ample qui recouvre les épaules - alors même que le voile d'Asma est des plus classiques.

Islamophobie au volant : un moniteur d’auto-école condamné

Un problème de sécurité... pour lui seul

Avec cette explication, raconte l'intéressée, il lui reproche alors une tenue « irresponsable » : son habit aurait représenté un danger pour lui car il ne pouvait manipuler le volant si un problème survenait. Justifier son refus en brandissant l'étendard de la laïcité n'aurait pas tenu face aux policiers. L'argument de la sécurité, une nouvelle ligne de défense jamais évoquée avec Asma lors de l'incident. « Si c'était bien un problème de sécurité, pourquoi a-t-il alors proposé que les autres moniteurs me prennent? La sécurité vaut pour tous ! », indique-t-elle.

Les témoins ont appuyé le fait que sa tenue a toujours été correcte, sans danger pour autrui, et qu'ils ne comprenaient pas la réaction de leur collègue. La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a ainsi donné raison à Asma et a condamné le moniteur, à l'issue de son procès le 23 mai, à 1 500€ d'amende avec sursis. Elle n'a pas réclamé de dommages et intérêts, l'essentiel pour elle étant qu'il soit condamné pour les faits qui lui sont reprochés, dit-elle, d'autant satisfaite que M. Vincent n'a pas fait appel de la décision.

Asma, parce que musulmane, a déjà eu des remarques désobligeantes dans sa vie mais c'est la première fois qu'elle subit un tel traitement : « J'ai été humiliée. Je veux qu'il se rende compte que son geste est grave ».

Qu'en est-il de son permis depuis ? Finalement, Asma l'a obtenu quelques semaines après cet incident, sans avoir perdu de temps et d'argent avec l'auto-école qui lui a assuré un « soutien moral ». « Que ceux se sentant tout permis y réfléchissent à deux fois avant d'humilier les musulmanes voilées, et que ces dernières aient le courage de faire respecter leurs droits », conclut-elle.

Une discrimination décomplexée

Les affaires similaires deviennent de plus en plus courantes, de l’aveu même du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). En décembre 2012, une jeune musulmane s’est ainsi vu refuser de passer son examen de conduite avec l’inspectrice, qui jugeait que l’élève ne pouvait entendre les consignes en raison de son voile.

Dans son dernier rapport annuel, le CCIF indique que « 16,8 % des actes islamophobes visant à exclure les femmes voilées se déroulent au sein d’entreprises de services » comme des auto-écoles, salles de sport, cabinet médicaux, restaurants ou centres de formation professionnelle. « Le passage à l’acte islamophobe se fait de manière décomplexée », estime l’association. C'est sans complexe que les victimes de discriminations doivent signaler leur cas, envers et contre tout.

*Le nom a été volontairement changé.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu