Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

François Fillon à la rencontre des musulmans à La Réunion

Rédigé par Imane Youssfi et Samba Doucouré | Lundi 13 Février 2017



François Fillon à la mosquée Noor-al-Islam à Saint-Denis de La Réunion - © Guillaume Daret
François Fillon à la mosquée Noor-al-Islam à Saint-Denis de La Réunion - © Guillaume Daret
En déplacement de campagne sur l’île de La Réunion, François Fillon s’est rendu lundi 13 février à la Grande Mosquée de Saint-Denis, la plus vieille de France, inaugurée en 1905.

Le candidat de la droite et du centre a été accueilli par Iqbal Ingar, le président de la mosquée, qui, en discours d’introduction, a souligné qu’ « une parole raciste s'est libérée dans le pays et il appartient à nos dirigeants de montrer l'exemple ». « Faites en sorte que dans cette campagne les discours soient équilibrés, apaisés, à la hauteur des enjeux, non stigmatisants » a-t-il ajouté.

Pour sa part, Houssen Amode, président du Conseil régional du culte musulman (CRCM), n’a pas caché son scepticisme concernant le rapport de l’ancien Premier ministre à l’islam. « Nous sommes atterrés par le qualificatif d'islamique accolé au terrorisme » a-t-il expliqué, précisant que « cela n’a rien à voir avec l’islam ».

Une nouvelle injonction lancée aux musulmans

« Je comprends que vous soyez choqués quand on parle de "totalitarisme islamique" », a déclaré François Fillon, auteur du livre Vaincre le totalitarisme islamique. « Il vaudrait mieux dire que ce sont des totalitaires qui se réclament de l'islam, qui brandissent le drapeau de l'islam, qui essaient de s'accaparer l'islam » a-t-il concédé.

Le candidat de la droite a dit souhaiter voir « monter du fond même des citoyens français de confession musulmane ce cri de colère et de protestation contre les extrémistes, pas seulement contre les terroristes », mais « contre ceux qui déforment le message de l'islam et appellent à la division à l'intérieur de la communauté musulmane ».

Dans le même temps, François Fillon a tenté de rassurer la communauté musulmane, en faisant comprendre qu'il serait opposé à de nouvelles lois contre les signes religieux : « Je me bats pour la liberté religieuse, pour la liberté de toutes les religions. Je me bats contre ceux qui pensent qu’à chaque fois qu’il y a des débordements, de l’intégrisme qui monte au sein de la communauté musulmane, il faut durcir les lois de la laïcité et qu'il faut progressivement au fond réduire les libertés religieuses. Oui, je suis opposé à cette philosophie-là. Je suis opposé à ceux qui disent qu'on ne veut plus voir de signes religieux dans l’espace public. Mais ce n’est pas ma conception de la République, ce n’est pas ma conception de la liberté. Ceux qui réclament cela mettent en péril le pacte républicain ».

Avant la primaire le sacrant vainqueur, François Fillon avait été bien moins tendre avec la communauté musulmane. « Il n'y a pas de problème religieux en France. Il y a un problème lié à l'islam », affirmait l'ancien Premier ministre en septembre 2016.

Un CFCM qu'il souhaite voir transformer

Il a réclamé « l'interdiction de tous ceux qui sont en contradiction permanente avec les valeurs de la République » car « la République a le droit de se défendre contre ceux qui appellent à sa destruction ». Il a précisé que « la coexistence entre religions est exemplaire » à La Réunion, mais qu’elle « ne l’est pas partout sur le territoire national ». L’île de La Réunion compte 850 000 habitants dont 5 % de musulman et 85 % de chrétiens.

Il a proposé sa vision de l’organisation du culte musulman en France, souhaitant un autre rôle du CFCM. « Il faudrait un conseil français du culte musulman en tant qu'autorité religieuse », indique-t-il. « Nous avons besoin de religieux qui soient capable d’influencer la communauté musulmane. La deuxième chose dont nous avons besoin c’est d’un islam qui soit dégagé des influences étrangères. Vous avez évoqué La Réunion en expliquant que les imams sont salariés, en expliquant qu’il n’y a pas de financement étranger mais, monsieur le président, c’est exactement le modèle dont je rêve pour mon pays, pour la France tout entière ».

La veille de son déplacement à la mosquée, François Fillon a assisté à la messe dominical à Notre-Dame de la Paix de Saint-Gilles. Souligné par de nombreux journalistes sur place, le prêche du prêtre Russel Torpos a fait écho - hasard ou pas - aux affaires dans lesquelles l'ancien Premier ministre est empêtré : « Accorde-toi vite avec ton adversaire tant que tu es en chemin avec lui pour éviter que ton adversaire ne te livre aux juges, le juge aux gardes et qu’on ne te jette en prison ». Un extrait du chapitre 25 du livre 5 de l’Evangile de Saint Matthieu tout choisi, qui s'est poursuivi un moment : « Amen, je te le dis, tu ne t’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. »

Lire aussi :
Fillon Gate : ces révélations qui font vaciller François Fillon
« Ali Juppé », une intox de l’extrême droite qui favorise François Fillon
Islam, laïcité, famille, diplomatie... Ce qu'il faut retenir du programme de François Fillon
L’islam de La Réunion : une caution pour le gouvernement ?




Loading













Recevez le meilleur de l'actu