Connectez-vous S'inscrire






Société

Fès : « ville zéro alcool »

Rédigé par Leïla Belghiti | Samedi 27 Mars 2010

La ville de Fès, haut lieu de la spiritualité au Maroc, entend purifier son âme en lançant une offensive d'interdiction totale de la consommation d'alcools et de spiritueux en son enceinte.



Fès : « ville zéro alcool »
Le conseil de la ville de Fès a décidé la semaine dernière d'interdire la vente d'alcool dans tous les établissements et supermarchés, voulant faire de Fès une ville modèle, « à l'image de La Mecque ». L'alcool au Maroc est officiellement interdit de consommation (sauf aux chrétiens et aux juifs). Mais il est bien connu que les spiritueux se promènent plus ou moins librement dans le pays...

Les Marocains consommeraient ainsi près de 50 millions de litres de boissons alcoolisées par an. Le marché représente près de 130 millions d'euros de chiffre d'affaires (chiffres 2006).

Populisme ?

Fès, ville impériale du Maroc, haut lieu touristique, est aussi surnommée la « capitale spirituelle », en raison de son historique tradition soufie, qui fait d'elle une ville incontournable du paysage musulman.

Pas question donc d'en faire une ville de buveurs alcoolos, selon M. Chabat, maire de Fès, accusé par les opposants de verser dans le populisme à l'heure où son parti, Al-Istiqlal, serait en perte de vitesse.

Quoi qu'il en soit, les buveurs de Fès trouveront bien leur bonheur dans les villes voisines. Et, faute de sensibilisation sur ce sujet tabou, l'alcool continuera de faire ses ravages sur la santé comme sur les routes.

Tolérance

Petit bond dans l'histoire, la production par fermentation de boissons alcoolisées remonte à près de 6 000 ans, et ironie du sort, on donne aux Arabes la découverte de sa fabrication. La dénomination « alcool » provient de al-kohol, qui signifie « subtil ». Cependant, le Coran interdit aux musulmans sa consommation. Alors que l'alcool est formellement interdit en Arabie Saoudite, la plupart des pays musulmans, tels que dans les pays du Maghreb, le tolèrent plus ou moins, dans les coulisses...

Fès serait ainsi la première ville arabe, outre les villes saintes, à en interdire et sa vente, et sa consommation, aux musulmans comme aux non-musulmans.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu