Connectez-vous S'inscrire






Arts & Scènes

F(l)ammes - Ahmed Madani : « Mon théâtre est poétique et politique »

Rédigé par | Mardi 10 Janvier 2017



F(l)ammes - Ahmed Madani : « Mon théâtre est poétique et politique »
Dix jeunes filles qui vous happent par leur récit de vie, dont une grande part est issue de leur propre histoire familiale, de leur vécu au quotidien. Dix jeunes filles à l’énergie folle pour nous dire la racisation de la société, elles qui sont de culture française mais enracinée dans des origines multiples. Mais elles ne sont pas de celles qui se laissent enfermer dans des carcans : chacune, avec sa personnalité, a tant d’espoirs doublés de revendications à faire valoir au monde. Et toutes voient finalement « La vie en rose », que chantait Édith Piaf : « Il me dit des mots d’amour / Des mots de tous les jours / Et ça me fait quelque chose… »

Non-professionnelles, elles sont devenues comédiennes grâce au magicien du théâtre Ahmed Madani qui les a fait travailler deux mois et demi durant pour créer la pièce F(l)ammes, deuxième volet de sa trilogie « Face à leur destin ».


« Chaque personnage a une part de réalité », « On est devenues une sororité », « C’est une libération de raconter l’histoire d’une grand-mère », « Ce n’est pas une peur de faire de la scène, c’est une délivrance ! », raconteront successivement les comédiennes invitées à débattre à l’issue de la représentation donnée le 24 novembre 2016 à la Maison des Métallos. « On te donne le micro et on t’offre la chance de prendre la parole », « En tant que fille d’immigrés, on ne se sent pas légitime pour faire du théâtre, et Ahmed nous dit : “On est légitime.” On chope direct ! », s’enthousiasment-elles.

« Il est important que cette parole soit portée par cette jeunesse : l’exil, les migrations, les déplacements ont toujours fait partie de l’humanité », rappelle le metteur en scène. « Je ne suis pas un auteur contemporain, je suis un auteur d’ici et maintenant », fait-il remarquer, expliquant que chacune de ses pièces, écrites à partir des histoires personnelles des jeunes gens et des jeunes filles, ne peut être qu’unique et ne saurait être la même en étant jouée des années plus tard par d’autres interprètes.

Plutôt que de raconter sa propre histoire familiale, Ahmed Madani a eu envie de « mettre les héritiers de l’immigration au centre du plateau » pour qu’ils parlent de leur point de vue au reste de la famille nationale qui a eu tendance à les mettre à l’écart. Avec Illumination(s), créée en 2012, « c’est d’abord la grande Histoire, dans laquelle il y a la petite histoire, celles des hommes : depuis la colonisation, la décolonisation, puis l’immigration ouvrière, le regroupement familial, et enfin la naissance des enfants, qui sont les enfants de la banlieue. » Interprétée par des jeunes de Mantes-la-Jolie, la pièce Illumination(s) met en scène « ces jeunes gens qui sont des garçons qui font peur. On était sur la question de la sécurité et de la peur. C’était un des rares spectacles où l’émotion de peur était éprouvée par le public », évoque Ahmed Madani.

« Avec les jeunes femmes, j’ai souhaité raconter la grande Histoire, à partir de la petite histoire de chacune. Partir de la singularité pour aller vers le pluriel. Alors que Illumination(s) était un spectacle très choral, partant du pluriel vers la singularité, F(l)ammes est plutôt : coryphée, coryphée, coryphée puis un chœur », explique le metteur en scène, non sans émotion durant le débat.

« Mon théâtre est poétique et politique », revendique Ahmed Madani. « Les artistes doivent aller dans ces endroits-là (les quartiers périphériques, les quartiers populaires, ndlr), là où ça fait sens, là on ça interroge la société, là où ça blesse, là où ça fait peur », affirme-t-il.

Après le succès parisien, le spectacle F(l)ammes poursuit sa tournée en 2017 jusqu’au festival d’Avignon, lors de laquelle on lui souhaite de réveiller les consciences à merveille à chacune de ses représentations.

F(l)ammes
Face à leur destin épisode II / Les Filles
Texte et mise en scène : Ahmed Madani

Avec Anissa Aouragh, Ludivine Bah, Chirin Boussaha, Laurène Dulymbois, Dana Fiaque, Yasmina Ghemzi, Maurine Ilahari, Anissa Kaki, Yidi Ndiaye, Inès-Tiphanie Zahoré.

Tournée en 2017 : Mondeville 12/01 ; Nantes 17-24/01 ; Créteil 26-28/01 ; Amiens 30/01 ; Châtenay-Malabry 01/02 ; Martinique 16-18/02 ; Vernouillet 02-03/03 ; Guyancourt 03/03 ; Fontenay-sous-Bois ; 10/03 ; Carros 14/03 ; Grasse 16-17/03 ; Istres 21/03 ; Paris 24-26/03 ; Kremlin-Bicêtre 30/03 ; Aubergenville 21/04 ; Coutances 25/04 ; Petit-Quevilly 27-28/04 ; Avignon en juillet.



Journaliste à Saphirnews.com ; rédactrice en chef de Salamnews En savoir plus sur cet auteur


Loading














Recevez le meilleur de l'actu