Connectez-vous S'inscrire






Société

Etre un enfant musulman

Rédigé par Lazrak Jihen | Vendredi 13 Décembre 2002

Un intérêt nouveau pour les enfants se fait sentir dans la communauté musulmane. On ne relègue plus l’enfant comme acteur passif de cours d’arabe ou de religion, mais il devient un agent actif : un lecteur. C’est en tout cas la place que veut lui donner le petit musulman, journal qui s’adresse aux enfants musulmans. Début d’une presse enfantine qui en est encore à ses balbutiements.



 Un intérêt nouveau pour les enfants se fait sentir dans la communauté musulmane. On ne relègue plus l’enfant comme acteur passif de cours d’arabe ou de religion, mais il devient un agent actif : un lecteur. C’est en tout cas la place que veut lui donner le petit musulman, journal qui s’adresse aux enfants musulmans. Début d’une presse enfantine qui en est encore à ses balbutiements.

Création d’un journal pour enfants

Le « Petit musulman » est un journal d’un caractère nouveau puisqu’il s’intéresse à un pan de la communauté musulmane qui n’est autre que l’avenir de celle-ci : les enfants. Il se présente comme « le premier journal mensuel destiné aux enfants de la communauté musulmane francophone, il propose aux enfants d’apprendre l’islam et de découvrir le monde avec chaque fois des articles, des jeux et une histoire. » Il a été crée, il y a trois ans suite à la constatation d’un véritable vide par rapport aux enfants, explique Fayrouz, une des membres de l’équipe du journal. Ce sont des femmes, qui ont été à l’origine de ce projet, et qui plus est des mères de famille. Autant dire qu’elles savent de quoi elles parlent. Avec peu de moyens dans les premières années, elles ont réussi au bout de ces trois ans à réaliser une véritable revue périodique, accompagné de son site Internet : www.petitmusulman.com. Fayrouz avoue qu’elles ont été encouragées par la communauté musulmane, ce qui les à aider dans leur évolution constante.

ASC : Association sociale et culturelle

 Les instigatrices de ce journal sont issues de l’association sociale et culturelle, crée en 1991, première association de femmes musulmanes, membre de la « ligue de la femme musulmane et de l’UOIF  »(union des organisations islamiques de France). En effet, « le petit musulman » n’est autre qu’une branche de l’ASC. C’est un des paramètres de leurs objectifs qui sont axés plus largement sur la problématique de la femme: « nous croyons fortement à l’importance de la femme musulmane dans la réforme de la société. ». Mais l’enfant tient tout de même une part importante dans ce processus de reconnaissance de la femme musulmane. L’organisation de la journée de l’enfant, la volonté de trouver des solutions aux problèmes des jeunes, des cours d’arabe et d’éducation religieuse pour enfants en sont révélateurs.

Particularité des enfants

« Développer une conscience islamique et aider les enfants à avoir une conscience de leurs identités » sont les buts du « petit musulman » nous explique Fayrouz. Cela se fait de manière particulière puisque le journal s’adresse à des enfants. On remarque la présence de couleurs, d’images, qui permettent de capter l’enfant. Mais aussi dans le fond, l’approche est différente. Le mois du Ramadan, qui vient de s’écouler, a été abordé par le journal de manière adapté à l’enfant. Il y a une prise en compte de ses particularités, dans le dernier numéro du « petit musulman », les points cruciaux qui ont été abordés sont le caractère obligatoire du Ramadan qui est un pilier de l’Islam, l’éthique comportementale et alimentaire. Elles n’ont pas véritablement insisté sur la notion d’abstention de manger et de boire puisque l’enfant n’est pas dans l’obligation de jeûner.« On essaye d’expliquer aux enfants que même s’ils sont pas assez grand pour jeûner, qu’ils améliorent leur comportement, en aidant leurs parents, ou en faisant attention à ce qu’ils mangent… »

Les lecteurs

En ce qui concernent les lecteurs, le journal vise des enfants entre 7 et 14 ans.

« J’aime bien le petit musulman, ça raconte des histoires, y a des jeux dedans, l’histoire de la petite fille qui était contente d’aller à la mosquée était bien. » affirme Imène, 9 ans, fidèle lectrice du petit musulman. Elle apprécie particulièrement les histoires, que ce soit de Amina et son chat ou Amine et le jeûne. Les enfants se retrouvent peut-être à travers les histoires de ces personnages. Personnages qui sont un peu à leur image. Imène ne fait pas que se distraire, elle apprend aussi avec le petit musulman : « j’ai appris des versets du Coran…c’était plus une révision, je l’avais déjà apprise à l’école arabe…  »

 

C’est donc autant l’éducation, l’information que le divertissement que ces femmes veulent développer à travers le petit musulman.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu