Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Etats-Unis : la barbe autorisée dans les prisons au nom de la liberté religieuse

Rédigé par Christelle Gence | Jeudi 22 Janvier 2015



Aux Etats-Unis, Gregory Holt autorisé à faire porter la barbe au nom de la liberté religieuse.
Aux Etats-Unis, Gregory Holt autorisé à faire porter la barbe au nom de la liberté religieuse.
Un homme emprisonné dans l’Arkansas pourra finalement garder sa barbe, a tranché mardi 20 janvier la Cour suprême des Etats-Unis. Des tribunaux inférieurs l’avaient débouté, mais la plus haute juridiction des Etats-Unis a estimé que le règlement pénitentiaire de cet Etat va à l’encontre des libertés religieuses de cet homme de confession musulmane.

Les neuf juges - six de confession catholique et trois de confession juive - ont pris leur décision à l’unanimité, concluant que les autorités de l’Arkansas violent la loi fédérale qui protège les pratiques religieuses. Le juge Samuel Alito a estimé que l’établissement carcéral le force à choisir d'« adopter une conduite qui viole gravement sa croyance religieuse et contrevenir au règlement qui régit l'apparence physique et risquer une action disciplinaire ».

Gregory Holt, alias Abdul Maalik Muhammad, emprisonné à perpétuité pour violence domestique, réclamait le droit de porter une courte barbe d’un centimètre. Une longueur de « compromis » selon lui, entre la barbe d’un demi-centimètre autorisée dans les prisons de l’Arkansas pour les détenus souffrant de problèmes de peau, et la longue barbe recommandée dans sa religion.

Le port de la barbe était jusqu’alors interdit dans l’Arkansas pour prévenir toute tentative d’évasion, ou pour empêcher la dissimulation d’objets dangereux dangereux ou interdits (carte SIM, lame de rasoir, fléchette artisanale ou d’autres armes…). « Il est difficile de croire sérieusement que l'intérêt sécuritaire (de la prison) serait remis en cause en autorisant un prisonnier à porter une barbe d'un centimètre », a estimé la Cour suprême.

Eric Rassbach, l’avocat de Gregory Holt, a salué une victoire pour « la liberté religieuse ». « Ce n'est pas seulement une victoire pour un prisonnier de l'Arkansas mais pour tous les Américains qui chérissent la liberté religieuse », a-t-il affirmé.

Lire aussi :
L’armée américaine face aux signes religieux et aux « humanistes »
Etats-Unis : le droit de réciter des prières chrétiennes au conseil municipal préservé
Etats-Unis : la justice donne raison à une salariée licenciée pour port du voile
Etats-Unis : la liberté religieuse, une promesse qui dure




Loading












Recevez le meilleur de l'actu