Connectez-vous S'inscrire






Société

Enseignement du fait religieux : des situations variées en Europe

Rédigé par Christelle Gence et H. Ben Rhouma | Lundi 16 Février 2015

Dans le cadre de la « refondation de l'école laïque » voulue par le gouvernement après les attentats de Paris, la ministre de l'Education nationale a annoncé un renforcement de l'enseignement laïque du fait religieux, officiellement au programme depuis 2005. Comment enseigne-t-on le fait religieux dans les écoles publiques ailleurs, en Europe ? Saphirnews vous fait un petit tour du continent.



Enseignement du fait religieux : des situations variées en Europe
En Europe, l'enseignement religieux est au programme de tous les pays. Il existe une grande variété de situations, presque autant que d'Etats. Deux grands cas de figures se distinguent dans les écoles publiques : l'enseignement confessionnel et non confessionnel, celui qui prévaut en France, en Suède ou en Finlande. Le cas français est toutefois unique : il est transdisciplinaire alors qu'ailleurs, il donne lieu à des cours spécifiques dont la forme et le contenu varient ensuite selon les contextes et le processus de sécularisation.

La place accordée aux religions dans les écoles publiques européennes reflète l'histoire des pays avec l'Eglise dominante. Elle témoigne aussi de la grande diversité de relations Etats-religions qui existe sur le continent. Si, en France, Eglise et Etat sont séparées depuis 1905, c'est loin d'être le cas de tous ses voisins. Dans certains pays aussi, identité nationale et religion sont fortement imbriquées: l'Italie, Malte et l'Irlande avec le catholicisme, le Danemark avec le luthérianisme, la Grèce avec l'orthodoxie... L'intégration du fait religieux islamique en Europe ont aussi poussé les pays à revoir l'organisation et la structuration des cours de religion, confessionnels ou non.

Autre facteur générant des situations différentes à l'échelle européenne : la plus ou moins grande centralisation de l'éducation. En France, les programmes et les enseignements sont déterminés au niveau national. En Allemagne, ces questions sont régionalisées, tandis qu'en Angleterre, une large marge de manœuvre est laissée aux autorités locales et aux chefs d'établissement.

Ces enseignements font régulièrement débat dans certains pays.

Enseignement du fait religieux : des situations variées en Europe
En Belgique, les élèves des écoles publiques ont le choix entre suivre le cours de religion d’un des six cultes reconnus dans le pays (catholique, protestant, anglican, orthodoxe, juif et musulman) et le cours de morale non confessionnelle, deux enseignements inscrits dans la Constitution. Le contenu de l'enseignement religieux et le recrutement des enseignants sont du ressort des instances religieuses. En janvier, le débat autour de la suppression des cours de religion a été relancé. La ministre de l'Education s'est prononcé pour leur maintien.

Tel n'est pas le cas au Luxembourgle débat est vif. Jusqu'à présent, le choix des élèves porte entre un cours d’éducation morale et sociale ou un cours d’instruction religieuse catholique, l'Etat étant un archevêché. Le gouvernement entend le supprimer dès la rentrée 2016/2017 au profit d'un cours de valeur unique. Les représentants des communautés religieuses s'y opposent, réclamant un cours durant lequel toutes les religions seraient enseignées, et pas uniquement le catholicisme.

En Allemagne, l'éducation relève de la compétence des 16 régions (Lander). La séparation entre l'Eglise et l'Etat est moins marquée qu'en France, et la Constitution prévoit des cours de religion à l'école. Ils sont même obligatoires, mais les enfants peuvent suivre à leur place des cours de philosophie et d'éthique, ou en être dispensés si les parents le souhaitent. L'instruction religieuse est placée sous la responsabilité de l'Etat, mais son contenu relève de la responsabilité des Eglises. Les élèves sont séparés selon leur confession et le cours, choisi.

L'introduction de cours de religion musulmane fait débat depuis plusieurs années depuis 2001. Des Lander ont tout de même déjà franchi le cap ces dernières années comme celui de Hambourg en 2012 et la Hesse en 2014.

En Grande-Bretagne, l'anglicanisme est religion d'Etat en Angleterre, le presbytérianisme (protestantisme) en Ecosse, tandis que l'Irlande du Nord et le Pays de Galles n'en ont pas. La loi sur l'éducation de 1988 précise que l'éducation religieuse « doit refléter le fait que les traditions religieuses en Angleterre sont principalement chrétiennes, tout en tenant compte de l'enseignement et de la pratique des autres grandes religions représentées dans le pays ».

Avec les années, l'instruction religieuse est devenue une éducation religieuse multiconfessionnelle dans laquelle sont introduits des éléments propres aux principales religions présentes dans le pays (judaïsme, islam, hindouisme, bouddhisme, religion sikh).

En Irlande, pays catholique dont la religion a largement défini l'identité par rapport à la Grande-Bretagne, les écoles dispensent un enseignement religieux sur lequel les instances religieuses ont toute autorité. Il existe trois sortes d'écoles publiques financées par l'Etat : les écoles religieuses, les écoles pluriconfessionnelles et les Gaelscoileanna, où les cours sont dispensés en gaélique. La plupart des écoles primaires et secondaires sont des écoles de confession religieuse unique, catholiques romaines en majorité. Les écoles multiconfessionnelles se développent cependant de plus en plus. Les enfants ne sont pas tenus d'assister aux cours de religion, les parents peuvent les en dispenser.

La Pologne est un des pays les plus catholiques d'Europe. L'instruction religieuse est enseignée dans les écoles publiques depuis la signature du Concordat avec le Saint-Siège en 1998 mais ne se limite pas au catéchisme. Les cultes reconnus ont le droit d'en organiser tant qu'une présence minimum de sept élève est assurée. Comme l'Eglise, ils sont tenus de s'occuper eux-mêmes de la forme et du contenu des cours de religion mais les enseignants sont payés par l'Etat. Un cours de morale non religieux existe aussi en place et lieu de l'enseignement religieux mais ni l'un ni l'autre n'est obligatoire.

Le catholicisme n'est plus religion d'Etat depuis 1984 en Italie, mais l'Eglise catholique jouit toujours d'un statut privilégié. Un enseignement religieux est dispensé dans les écoles publiques, de la maternelle au lycée. Même s'il ne porte pas sur les sacrements, cet enseignement est placé sous la responsabilité de l'Eglise catholique. Il est facultatif, mais reste très largement suivi. Les notes obtenues dans cette matière comptent autant que les autres.

En Espagne, les liens entre l'Etat et l'Eglise catholique demeurent importants même si le catholicisme n'est plus la religion officielle depuis 1978. Les grandes lignes de l'enseignement religieux sont fixées par un accord avec le Vatican. Les cours d'instruction religieuse sont dispensés dans toutes les écoles, publiques comme privées sous contrat. Le statut de cette matière oscille au gré des majorités politiques. Le Parti socialiste avait rendu cette matière facultative en 2006. En 2013, le gouvernement de droite de Mariano Rajoy est revenu sur cette disposition en rendant les cours de religion - majoritairement catholique, mais aussi évangélique, juive ou musulmane - ou de « valeurs culturelles et sociales » obligatoires à la rentrée 2014.

En Grèce où la société est moins sécularisée qu'en Europe occidentale, la religion orthodoxe est considérée comme partie intégrante de l'identité nationale. La religion figurait sur la carte d'identité jusqu'en 2001, en dépit du droit européen. Selon l'article 1 de la Constitution de 1975, l'orthodoxie est la « religion dominante ». Le clergé est financé par l'Etat, et les cours de religion orthodoxe à l'école publique était obligatoire jusqu'en 2011 pour les élèves orthodoxes. Seuls les élèves d'autres confessions pouvaient en être dispensés. Cette évolution a provoqué d'intenses débats en Grèce. Le clergé orthodoxe s'est prononcé pour le maintien d'un enseignement obligatoire de la religion, tandis que de nombreuses voix se sont élevées pour plaider un abandon du catéchisme pour un enseignement plus général abordant l'ensemble des religions.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu