Connectez-vous S'inscrire
SaphirNews.com | Quotidien d’actualité | Ramadan 2017
En vers et contre tout
Ils voulaient porter leur drapeau
Et l'associer à la victoire
Tant d'hommes avaient donné leur peau
C'est notre devoir de mémoire.

C'était bien avant ma naissance
Mais cette France coloniale
N'a pas su trouver la décence
Et nous a laissé les mains sales.

Mais pour enfin construire la paix
Moi, j'ose demander pardon
Il faut se souvenir des faits
Pour faire avancer nos nations.

Parce qu'une blessure mal soignée
Laisse suppurer des toxines
Et l'on peut voir proliférer
Des terroristes et des « Marine ».

Asseyons-nous pour un repas
Tout en partageant nos mémoires
Sétif, nous ne t'oublions pas
Faisons la paix avec l'Histoire.

Lundi 8 Mai 2017
Entre le pantin des marchés
Et la Walkyrie xénophobe,
Je ne peux vraiment pas opter
Excusez-moi, je me dérobe.

Des deux maux, je ne veux choisir
J'en ai un furieux mal de tête
La démocratie en délire
Je m’abstiendrai mais ça m’embête,

Entre le pognon et la haine
Je ne trouve pas mes valeurs
J'ai l'impression que l'on m’enchaîne
La précarité, le malheur

Dans l'illusion d'avoir un choix
Enterrement ou crémation
Juste entre peste et choléra
Funérailles de ma nation

Lundi 1 Mai 2017
L'horreur a un visage
C'est celui d'un enfant
Qui, attaqué au gaz,
Se meure en suffoquant

L'horreur a un visage
C'est l'inhumanité
Mais quel affreux présage
Le chaos va régner

Il y a juste 100 ans
Le gaz, la der des ders
Mais un siècle passant
Et c'est la même guerre

Des peuples qu'on massacre
Pour vendre des canons
Et puis ces simulacres
De concert des nations

Mercredi 5 Avril 2017
Les perce-neiges, j’aime vraiment
Bien plus qu’annoncer le printemps
Ils traversent même la froidure
Ils nous disent : « Oui les temps sont durs

Mais juste avec quelques efforts
Même pas besoin d’être fort
On peut faire régner la beauté
Même dans le froid on peut percer. »

Les perce-neiges, j’aime vraiment
Ils donnent le courage au printemps
Ils entrainent les primevères
Et magnifient la fin d’hiver.

Tags : France
Mardi 21 Mars 2017
Ecoute le silence
Une fleur qui s’étiole
Et ton cœur qui s’affole
Une larme salée

Ecoute le silence
Un nuage qui passe
Une branche qui casse
Et l’arbre est désolé

Ecoute le silence
Tu perçois un soupir
Bien trop de souvenirs
Le temps semble figé

Mais malgré le silence
Tu ressens sa présence
Au-delà de l’absence
Un parfum est resté

Et même le silence
Commence à s’évanouir
Le temps va repartir
Et les fleurs repousser

Et le vent qui se lève
Et les arbres murmurent
Et même si c’est dur
Tu veux encore pleurer

Le silence est ailleurs
Quelque part dans ton cœur
Subsiste une douleur
Mais ça va pas durer.

Tags : société
Vendredi 10 Mars 2017
Ma Valentine s’est égarée
Au fil du temps, elle s’est trompée
A vécu des histoires d’amour
Qui finissaient au petit jour.

Ma Valentine, moi aussi,
Je t’ai cherché dans d’autres vies
Sur d’autres regards, d’autres voix
Sur d’autres peaux, d’autres émois

Mais ma Valentine, où es-tu ?
Es-tu au coin d'une de ces rues ?
Les années passent et on s’égare
Même que, peut-être, il est trop tard !

J’ai pourtant tant de choses à dire
J’ai tant de bonheur à t’offrir
De la folie de la douceur
Des parfums suaves et des fleurs.

Ma Valentine, viens à moi
Je cherche mais ne te trouve pas
Es-tu déjà dessous la terre ?
Es-tu trop loin dessus les mers ?

Fais-moi signe et moi, je viendrai
Ce monde, je l’inventerai.
Je te couvrirai de caresses
D’espoirs nouveaux et de promesses.

Pour toi, j’abolirai le temps
Et l’éternité en diamant
Moi, je t’en ferai des rivières
Pour te baigner ou pour me plaire.

Mardi 14 Février 2017
Des coups durs sur la porte
Tout au bout de la nuit
Une voix dure et forte :
« Ouvrez, gendarmerie ! »

Et ma peur qui s’enflamme
Mais sortir de mon lit !
L'angoisse, mais est-ce un drame ?
Recommencent les cris.

Ma voisine est discrète
Et la perquisition
C'est chez elle qu'elle est faite
Je suis plein de frissons

Ma porte est bien fragile
Mon fauteuil roulant
je me sens malhabile
Je me sens tout tremblant

Et la peur est amère
Et mon café est froid
Mon cœur qui se resserre
Ça sera bientôt moi.

Quand un pouvoir fasciste
Viendra pour me faire taire
Je serai terroriste
Séditieux sont mes vers

Fragiles sont mes poèmes
Devant des hommes armés
Dérisoires mes « je t'aime »
Ma peur est éveillée !

Tags : société
Mardi 7 Février 2017
Donnez moi des géants que j'aille les pourfendre
Où sont les opprimés ? J'ai besoin de défendre !
Donnez-moi des montagnes, offrez-moi des défis
Offrez-moi le plus dur qu'il donne sens à ma vie.

Je remarche à nouveau, mon fils est rassuré
J'ai connu la douleur et je l'ai terrassée
Mais mon côté guerrier n'aime pas le repos
Au milieu de l'ennui, mes vers ne sont pas beaux.

Je suis de ces furieux qui vivent de challenges
Mais quand la mer est calme, et que ma vie s'arrange
S'il n'est plus de périls alors ma vie m’embête
Je suis un capitaine qui vit dans ses tempêtes.

Lundi 16 Janvier 2017
Je n’ai pas trouvé l’arc-en-ciel
Le jour où tu t’es endormie
Et elles n’ont pas poussé mes ailes
Pour te rejoindre dans ce pays

Mon Styx à moi, c’était la Seine
Mais là-bas, les Champs Elysées
N’étaient que commerces obscènes
Et je ne t’y ai pas trouvé.

Je cherche et, dans ma solitude
J’attends un amour et un corps
Et je n’ai pas pris l’habitude
Tu sais c’est vrai, je souffre encore.

Je rime à m’en désespérer
Je hurle au vent qui veut m’entendre
J’écris des larmes sur papier
Et quelquefois des choses tendres

Mais je n’ai pas mon arc-en-ciel
Mes étoiles filantes ont filé
Je passe des amours partielles
Mais je ne suis pas diplômé.

Quelque part delà l’horizon,
Je veux croire qu’il y a du bonheur
J’y mets toute ma déraison
Et aussi des morceaux de cœur .

Tags : solidarité
Jeudi 5 Janvier 2017
Prendre soin, la voilà l’expression de ma vie
Prendre soin, mon chemin, mon destin, mes envies
Prendre soin des patients, leur accorder du temps,
Prendre soin des mourants, prendre soin des absents.

Prendre soin, c’est mon choix mais aussi servitude
Et prendre soin des autres devient une habitude
Prendre soin d’étrangers, encore tendre la main
Prendre soin, témoigner et espérer demain.

Prendre soin, c’est ma vie et parfois ma douleur
Prendre soin, c’est souvent partager les malheurs
Et de cette empathie, je ne sais plus quoi faire
Besoin de m’isoler mais je ne sais me taire.

Alors je continue, je prends soin de mon chien
De mon fils, d’inconnus, et ça m’amène loin.
Parce que c’est mon destin et ma fatalité
Parce que prendre soin, c’est ce dont je suis fait.

Mais je sais bien au fond, qu’à tant tendre la main
Je m’use un peu le cœur, même si ça fait le bien.
Parce qu’à m’activer comme un homme aux abois
J’aimerais simplement qu’on prenne soin de moi.

Et là je comprends mieux la nature égoïste
Car même si je suis des chemins altruistes
En prenant soin des autres, je recherche l’amour
Comme un petit garçon isolé dans sa cour

Parce que ma « différence » au fond m’a isolé
Parce qu’à prendre soin je cherche à être aimé.
Alors moi, j’éclabousse en fontaine d’amour
Rêvant d’être mouillé juste un peu en retour.

Lundi 26 Décembre 2016
Ce nouveau millénaire que j'espérais si fort
Lorsque j'étais enfant, quand j'y croyais encore,
Ce nouveau millénaire devenu temps du sang
Qui coule un peu partout, fautifs ou innocents.

Pourtant, au siècle avant, un défilé d'horreurs
Dans un siècle dément, Holocauste et terreur,
Pourtant, on espérait que l'Homme avait compris,
Oui mais de temps d'horreurs est venu temps d'oubli.

Et recommence encore l'abominable chaîne
De pauvres gens qui fuient le feu, la mort, la haine
Et recommence encore injustice et folie
Lorsque des enfants brûlent ou se noient dans la nuit.

Pourtant, c'est si facile de se mettre à aimer
Mais aux actes de guerre, il faut les faire payer !
De violences en tueries la spirale infernale
Ce nouveau millénaire ouvre la porte au mal.

Tags : monde société
Mardi 20 Décembre 2016
Servir Dieu, servir l’humain
Concept Jihad citoyen
Éduquer et faire le bien,
Tendre la main et prendre soin.

Se ressourcer dedans sa foi
Faire de l’humanité sa loi
Et encore se remettre en cause
Pour les petites ou grandes choses

Et rechercher dans ses prières
Le chemin qu’il convient de faire
Sans exclusive ou préjugés
En un mot juste s’engager

Moi, c’est surtout avec des rimes
Que mon engagement s’exprime
Et si elles font du bien parfois
Je dis grâce à Dieu, inchaAllah .

Lundi 19 Septembre 2016
Défendre la cause animale
Je mets ça sur un piédestal
Les traiter avec du respect
Et surtout sans brutalité.

Mais user de ces arguments
Pour cracher sur les musulmans
Encore libérer le racisme
Au nom d’un pseudo humanisme.

Franchement, ça me met en rage
Al-Adha est jour de partage.
Eh non, les moutons n’aiment pas
Pas plus que Noël pour les oies.

Tags : Aïd
Mercredi 14 Septembre 2016
C’est pénible parfois et souvent, ça fait mal
Lorsque la mort s’en vient, ce sentiment brutal
Qui remet en mémoire une infinie violence
Ce poignard dans mes chairs qu’on appelle l’absence.

L’amour est toujours là et là, il se confond
Avec d’autres absences et surgit du tréfonds
De mon âme meurtrie une immense tristesse
Je l’avoue mes amis : aimer, c’est ma faiblesse.

Et j’exècre le temps qui encore me sépare
De ceux que j’ai aimé et qui sont quelque part
Ailleurs trop loin de moi, et le cœur lacéré
De silhouettes évanouies, je ne sais que pleurer

Alors reviens encore l’envie de les rejoindre
Ces pulsions suicidaires, je les sens encore poindre
Ce besoin de violence, cette envie d’en finir
Cette peur de demain qui me fera souffrir

Alors j’écris mes maux, et je les mets en rime
J’extirpe de mon sang ces envies d’auto-crime
Je calme de mes mots cette infinie violence
Qui répond en écho à l’infinie souffrance

C’est ma folie à moi, j’ai vu bien trop de morts
Et je sais que demain m’en montrera encore
Sur des écrans distants à Gaza, en Syrie
A chaque être qui meurt, je perds un peu ma vie.

Je ne sais faire qu’aimer et ça me rend gentil
Mais vous savez, j’ai mal trop souvent mes amis.

Tags : société
Mardi 6 Septembre 2016
Oh titre racoleur, c’est exprès mes amis
Je joue avec les peurs, l’hystérie d’aujourd’hui
La notion de jihad a été dévoyée
Je voudrais simplement juste un peu l’expliquer.

En fait, c’est un combat de l’homme avec lui-même
Pour se rendre meilleur, se purifier, et même
Entraîner par l’exemple sa famille et ses proches
C’est se changer un peu et ça n’a rien de moche.

Je suis un jihadiste, même pas musulman
Pour faire cette démarche, ce n’est pas important
C’est juste reconnaître que l’on n’est pas parfait
Et c’est juste essayer d’un peu y remédier

Je suis un jihadiste, mais pas un terroriste
Et voir les amalgames, vraiment cela m’attriste
Comme pour un catholique, ce serait l’insulter
De le dire cannibale parce qu’il va communier.

Je suis un jihadiste, j’ai choisi mes combats
C’est contre la bêtise surtout que je me bats.
C’est contre l’ignorance, contre les préjugés
Mais les plus radicaux sont les moins informés

Tags : islam société
Jeudi 1 Septembre 2016
Dans ce monde inhumain, chacun est étranger
On peut tendre des mains, rassurer et prier
On peut être gentil, et propager l’espoir
Ce sont les gens qu’on aime qui savent vous décevoir.

Est-ce à dire mes amis qu’il ne faut plus aimer ?
Que chaque trahison on doit la supporter ?
Remercier le Seigneur même quand le monde est noir ?
Ce sont les gens qu’on aime qui savent vous décevoir.

Je sais qu’on me demande de tendre l’autre joue
Mais je suis fatigué de recevoir des coups
Respirer bien à fond caresser mon chien noir.
Ce sont les gens qu’on aime qui savent vous décevoir.

Bah, je suis comme ça moi j’ai l’amour facile
Ce qui par conséquence rend mon âme fragile
Envie de m’endormir et de ne plus rien croire
Ce sont les gens qu’on aime qui savent vous décevoir.

Vendredi 26 Août 2016
C’est en ces temps troublés où la peur s’épanouit
Où croissent les colères, où l’on entend des cris
Que je m’en vais naïf apporter mes poèmes
Croquer des chocolats et vous dire je vous aime.

Oh je pressens l’échec, oh pas de multitude
En ces temps de chagrin, le fond de l’air est rude
Je m’en vais néanmoins, c’est promis témoigner
Ecrire des mots jolis, en un mot espérer.

Ami, si tu es là, viens t’asseoir à ma table
Et si tu n’es pas là sous mon imperméable
Je rimerai encore à tort ou à raison.

Croquer des chocolats et puis parler de paix
Et si tu ne viens pas moi j’aurais essayé !
Par mes actes de faire vivre ma déraison

Jeudi 28 Juillet 2016
Il était en vitrine une belle poterie
Un vase très précieux, très ancien et poli,
Sa patine élégante, ses couleurs délicates
A toucher en gants blancs, surtout pas les mains moites.

Il était une cruche, juste du joli grès
Une anse bien pratique, un corps qui garde au frais
L’eau claire que l’assoiffé associe au nectar
Entre ces deux objets, dites-moi, où est l’art ?

Oui, la beauté précieuse nous donne du plaisir
Ephémère et joyeux, mais je dois bien vous dire
Que mon talent à moi, c’est plus de modeler
Je suis un peu poète, je suis un peu potier

Moi je veux faire des cruches, pour pouvoir t’abreuver.
Et la dynastie Ming, je ne sais qu’admirer.
Et si parfois, mon Dieu, quelques mots sont jolis.
Je les offre joyeux, à des milliers d’amis

Moi, je fais de la soupe, mais elle est nourrissante
Et j’aime à mélanger les choses rassurantes.
Je n’ambitionne pas l’Académie française.
Alors ami lecteur, je retourne à ma glaise.

Tags : arts culture
Mardi 26 Juillet 2016
Demandez, réclamez, : moi, j’offre de l’espoir
Lorsque le ciel est gris, lorsque les cœurs sont noirs
Je parle d’un Naïm, tout beau comme le jour
Je navigue et je rime, et je chante l’amour

Naïf et ridicule dans ce monde qui fait mal
Quand les gens vous bousculent, quand nos villes sont sales
Je regarde une fleur et suis émerveillé
Je rassure une sœur, mari incarcéré.

Moi, mon état d’urgence, c’est d’aimer tant et plus
Par-delà la démence, des bisous en bonus
Je dis « Je t’aime » à tous, je parle de pardon
Oui, je suis un peu fou, je vis à ma façon.

On peut rire de moi, et ça me rend heureux
Car rire, à chaque fois, c’est juste merveilleux
Si je suis bisounours, c’est pour faire des câlins
Je suis un gros nounours et je vous veux du bien.

Moi, j’écris des poèmes, et des textes gentils
J’éloigne l’anathème, ce qui n’est pas joli
Je parle religion quand elle parle de paix
Sans tribu ni nation, juste l’humanité.

Tags : société
Vendredi 22 Juillet 2016
J'aurais voulu t'offrir
Des rivières de cristal
Des barrières de corail
Et des robes de soie

J'aurais voulu t'offrir
La neige des montagnes
La lumière de l'Espagne
Et des rires aux éclats

J'aurais voulu te dire
Le verbe le plus fou
Le verbe le plus doux
Mais tu ne m'entends pas

J'aurais voulu partir
Sans laisser une trace
Me fondre dans l'espace
Et oublier ta voix

J'aurais voulu mourir
M'engloutir sous la terre
Redevenir poussière
Et pourrir loin de toi

J'aurais voulu vomir
Les pires obscénités
A jamais t’écœurer
Et puis pleurer tout bas

J'aurais voulu te dire
Que je te trouve belle
Que je te sais cruelle
Que je souffre parfois

J'aurais voulu t'offrir
Tous mes airs de guitare
Et même si c'est trop tard
Ne les chanter qu'à toi

J'aurais voulu bâtir
Pour toi un autre monde
Et hurler à la ronde
Que je n'aime que toi

J'accepte de tenir
N'importe quel rôle
Je pourrais être drôle
Si tu pleures parfois

J'accepte de mentir
De cacher mes prières
De taire mes colères
Si tu es près de moi

J'accepte de souffrir
De garder mes rancunes
De hurler sous la Lune
Si tu ne m'oublies pas

J'aurais voulu te dire
Le verbe le plus fou
Le verbe le plus doux
Alors écoute-moi

Tags : femmes société
Lundi 18 Juillet 2016
1 2 3 4 5



L'actu vue par Yace