Connectez-vous S'inscrire






Société

En Europe, le voile ne dérange pas toujours, mais la méfiance règne

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Jeudi 23 Août 2007

Au Royaume-Uni, le modèle du voile et les employées le portant est largement accepté et ne constitue pas un obstacle à l'évolution professionnelle des salariées musulmanes voilées. On peut difficilement en dire de même concernant la France et le milieu du travail français. Pourtant, selon le site d'information espagnol Webislam.com, un sondage révèlerait que les Anglais restent pour une une bonne part plus méfiants que les Espagnols et les Français à l'égard de leurs compatriotes musulmans.



Le modèle de voile porté par les employées musulmanes d'IKEA
Le modèle de voile porté par les employées musulmanes d'IKEA

Travail et voile

Tandis qu'en Angleterre les différents corps professionnels s'emploient à doter leurs employées musulmanes voilées de foulard à l'effigie et aux couleurs de leur métiers, en France, des associations en sont encore à batailler pour que soit possible le travail et l'embauche de jeunes filles et femmes diplômées voire surdiplômées au sein des entreprises françaises.

Selon un rapport publié en 2006 par l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes et intitulé "Discrimination et islamophobie", "au Royaume-Uni, la réglementation de 2003, relative à l’égalité en matière d’emploi (religion ou croyance)s’applique à la discrimination fondée sur la religion, aussi bien au travail que dans la formation professionnelle. Cette réglementation "recommande aux employeurs de vérifier si leurs politiques, règles et procédures ne comportent pas de mesures discriminatoires à l’encontre des salariés de religions ou croyances particulières et si c’est le cas,
s’il est raisonnablement possible d’y apporter des modifications".

Ainsi récemment, une filiale du célèbre magasin de meubles suédois IKEA à Edmonton en Angleterre "a mis au point un foulard orné du logo de l’entreprise pour la tenue vestimentaire de son personnel féminin de confession musulmane", indique toujours le rapport de l'Observatoire. IKEA a pour cela fait appel à une enseigne spécialisée dans la vente de foulard à l'endroit des femmes musulmanes, The Hijab Shop, afin que cette dernière lui propose un modèle de voile convenant à toutes ses employées de confession musulmane voilées, quel que soit le poste qu'elle occuperaient. Confort et sécurité étaient les maîtres mots dans la confection de ce foulard estampillé IKEA.

De gauche à droite, Boujema Hadri, Jérôme André et Armel Fresnay, les trois managers de la société VIT
De gauche à droite, Boujema Hadri, Jérôme André et Armel Fresnay, les trois managers de la société VIT

Very important training

La société VIT (Very important training), basée à Levallois dans le département des Hauts-de-Seine, propose des formations pour les recruteurs et autres directeurs des ressources humaines consacrées au recrutement des personnels issus de la diversité. Pratiques discriminatoires, stéréotypes et préjugés, législations en vigueur, tout y est passé au crible.

Pour Armel Fresnay, directeur du recrutement au sein de la société VIT, le fait que les jeune femme voilées aient des difficultés à trouver un emploi, "c'est plus une question de rapports entre le recruteur et le client final. Le recrutement est un métier de confiance et de relationnel. Et le client, s'il fait appel à un cabinet de recrutement, c'est qu'il lui fait confiance, et il va considérer qu'une personne présentée à un poste l'est parce qu'elle a toutes les compétences pour mener à bien sa mission. Donc ce qui compte d'abord, c'est la compétence. Après il ne faut pas se leurrer. Il y a des métiers où le fait d'être en front office, en lien direct avec les clients, peut être mal perçu pour une femme voilée".

"On oublie que dans les années 70, le foulard n'avait rien d'islamique", et "la femme de celui qui pourrait devenir président de la république en Turquie est en train justement d'étudier des voiles qui soient un peu plus 'à la mode' que les voiles traditionnels, donc il peut y avoir aussi dans ce domaine-là des choses qui changent", ajoute M. Fresnay. "Je ne pense pas qu'il y ait un rejet de la part des entreprises françaises" et "l'évolution se fait des deux côtés : le milieu de l'entreprise évolue et il y a de la part des personnes qui portent un voile quelques concessions qui se font également, donc c'est quand on fait un pas les uns vers les autres que ça peut s'arranger".

Boujema Hadri, dirigeant de la société VIT, précise lui que pour les DRH, "leurs craintes se situe d'abord par rapport aux jeunes femmes maghrébines qui peuvent changer, c'est-à-dire que ces dernières au moment du recrutement ont une tenue vestimentaire classique, et leur crainte c'est de se dire que 'demain elle peut porter le voile'. La crainte est là. Donc tous les recruteurs ont des préjugés. C'est humain ! Mais on évolue dans un cadre professionnel réglementé, et on ne doit pas discriminer". Pour lui, "cette crainte n'existait pas avant, mais elle est dûe à certaines affaires ayant défrayé la chronique".

Boujema Hadri "espère seulement que la situation ne va pas s'aggraver", car "malheureusement en France, on fonctionne beaucoup sur les codes", mais malgré tout, ce que cherchent les entreprises, c'est avant tout de la compétence, après ce qu'il faut c'est atténuer un peu les préjugés et les rassurer".

Sondage

Par ailleurs, dans sa livraison du 19 août dernier, le Financial Times britannique publiait un sondage intéressant réalisé par l'entreprise Harris Interactiver et montrant que les Britanniques sont plus méfiants, plus suspicieux à l'égard de leurs compatriotes musulmans que les Français ou les Espagnols, voire même les Américains.

Ainsi, à la question suivante posée par le sondeur, 'La présence de musulmans dans votre pays constitue-t-elle une menace pour la sécurité nationale ou pas ?', environ 43% des Britanniques répondent "non" contre près de 70% des Français et 58% des Américains.

S'agissant du délicat sujet du mariage interreligieux, 38% environ des Anglais s'opposerait au mariage de leur enfant avec un(e) conjoint(e) de confession musulmane, contre 19% des Français, 20% des Espagnols ou 40% des Américains.

Par ailleurs, le sondage indique que près de 50% des Français pensent que leurs compatriotes musulmans font l'objet de critiques et de discriminations injustifiées, contre 39% des Britanniques et 46% des Américains.

S'agissant des signes religieux dans le milieu du travail, 41% des Anglais pensent qu'il faut les exclure, contre 65% des Français et 19% des Américains.

Enfin, 59% des Britanniques pensent que l'on peut être à la fois Anglais et musulman, tandis que 80% des Français pensent que l'on peut être Français et musulman.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu