Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

En Allemagne, l'intégration des imams passe par l'apprentissage de la langue

Rédigé par pouf.badaboum@gmail.com | Vendredi 8 Janvier 2010



"Est-ce que vous fumez ?" Dans un allemand hésitant, Ibrahim Aslan, un imam turc, s'applique avec le plus grand sérieux à formuler des phrases interrogatives. Elégamment vêtu d'un costume-cravate gris, ce religieux, qui paraît plus âgé que ses 43 ans, prend gratuitement des cours de langue à Nuremberg (Bavière) tous les matins du lundi au jeudi avec sept autres coreligionnaires dans les locaux de l'IBA, une organisation qui aide des jeunes issus de l'immigration.

Développé par l'institut Goethe, l'institut fédéral des migrations et le DITIB (l'Union turque islamique des affaires théologiques), ce nouveau programme applique une recommandation de la conférence sur l'islam, une commission qui réunit chaque année des représentants de l'islam et de l'Etat allemand, en vue d'apporter des réponses aux problèmes d'intégration de la population musulmane.

Depuis le 14 décembre, des cours d'allemand sont proposés à des imams et responsables religieux musulmans dans les villes de Nuremberg et de Cologne. Les autorités allemandes espèrent beaucoup de cette mesure. "Ils peuvent servir de pont entre la communauté musulmane et la société allemande", explique Angela Kaya, une frêle blonde, responsable de cette initiative au sein de l'institut Goethe. Cafer Acar, attaché religieux au consulat turc de Nuremberg et l'un des participants au cours, souligne "le rôle de modèle" que ces religieux doivent avoir au sein de la communauté musulmane.

Les intéressés se montrent eux, pour l'instant, plus réservés. "Il est très important de pouvoir s'entretenir avec des invités allemands", se contente de dire en turc M. Aslan qui s'est installé il y a moins de trois mois avec sa femme et ses deux enfants dans la région. Kudret Cimen, une jeune femme de 29 ans voilée, qui enseigne la religion dans la mosquée de son quartier, veut, elle, "avant tout simplifier sa vie quotidienne".

La plupart des imams qui sont envoyés en Allemagne par le DITIB ne possèdent que des connaissances très rudimentaires de l'allemand. Pourtant, ils ne peuvent pas bénéficier des cours d'intégration destinés aux étrangers qui habitent durablement en Allemagne, car leur poste est limité dans le temps, au maximum quatre ou cinq ans. Or, souvent, "leurs salaires ne leur permettent pas de financer des cours de langue", souligne Mme Kaya.

Pendant le cours, ces élèves d'un nouveau genre font preuve d'une grande motivation. A peine leur enseignant, Hakan Altinok, un Allemand d'origine turc, leur pose-t-il une question que les réponses fusent dans un mélange d'allemand, de turc et d'anglais. "Ne pas dormir dans le cours !", lance hilare M. Acar dans un allemand très approximatif pour prouver qu'il maîtrise l'impératif. Quant à Kudret Cimen, de loin la plus avancée dans le groupe, sa curiosité semble insatiable : "Qu'est ce que c'est le train ?" Et quand M. Altinok leur propose de réciter l'alphabet allemand en chantant, ils s'exécutent tous avec enthousiasme. "C'est vraiment un plaisir d'enseigner à un tel groupe", raconte ce trentenaire en bras de chemise, les cheveux longs noirs coiffés en natte.

Coopération exemplaire

"L'objectif, c'est qu'ils acquièrent des connaissances fondamentales de manière à pouvoir s'exprimer sans difficultés au quotidien", souligne la responsable de l'institut Goethe. En plus du cours de langue, douze séances d'éducation civique sont prévues au programme. Au menu : l'apprentissage du système politique allemand, l'histoire contemporaine et l'égalité entre les sexes. Même sur ce dernier point, la coopération avec le DITIB a été exemplaire. "Ils voulaient par exemple que les imams sachent quels numéros d'urgence les femmes victimes de violences peuvent composer", raconte-t-elle.

Le cours est adapté aux besoins spécifiques des élèves. "Le vocabulaire commercial ne leur sert à rien. En revanche, savoir présenter une mosquée ou s'entretenir avec d'autres institutions religieuses est indispensable pour eux", observe Hakan Altinok. Il a également prévu de les emmener dans un hôpital ou une prison.

D'ici à trois ans, 150 imams devraient pouvoir bénéficier de ce programme. "Nous nous concentrons d'abord sur les grandes agglomérations", explique Mme Kaya. L'institut Goethe souhaiterait ensuite étendre cette mesure à l'ensemble du territoire allemand. Mais cela dépendra des moyens que les autorités publiques accepteront de débloquer. Pour l'instant, l'institut Goethe n'a reçu de l'argent que pour trois ans.


Auteure : Cécile Calla, Nuremberg, envoyée spéciale
Article paru dans l'édition du 31.12.09
Source : LE MONDE




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu