Connectez-vous S'inscrire






Monde

Elections Algérie : des prêches pour inciter les émigrés à voter

| Jeudi 2 Avril 2009

Dans quelques jours, à l'issue du scrutin du 9 avril, les algériens auront un nouveau président. Pour contrer l'abstention des électeurs vivant en France, les imams des mosquées dites "algériennes" ont été sollicités par le gouvernement algérien, pour consacrer leur prêche de ce vendredi 4 avril, à la "sensibilisation des électeurs algériens".



Le candidat et président sortant Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.
Le candidat et président sortant Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.
Selon le quotidien en ligne, TSA (Tout sur l’Algérie)*, des prêches consacrés à la présidentielle algérienne doivent avoir lieu ce vendredi 4 avril dans les mosquées de France. L’objectif de ce dispositif est de convaincre les Algériens de France de se rendre massivement aux urnes, du 4 au 9 avril prochain.

Sur les vingt millions d’électeurs algériens, environ un million réside à l’étranger, dont 776 218 en France. Le poids de la communauté électorale émigrée est donc important dans ce scrutin.

L’administration du pays a tout mis en œuvre pour éviter une « forte abstention comme lors des deux dernières consultations électorales »**, en 2007 pour les législatives et en 2004 pour les présidentielles. Pour mettre en œuvre le dispositif des prêches, une réunion a lieu le 29 mars dernier à la Mosquée de Paris, durant laquelle le ministre des affaires religieuses, Bouabdallah Ghoulamallah a demandé aux imams « des mosquées contrôlées par les Algériens », de « consacrer leurs prêches « à la sensibilisation des électeurs algériens ».

Selon TSA, « c’est la première fois que les mosquées algériennes en France sont officiellement sollicitées pour jouer un rôle politique ».

Parmi les autres moyens mis en œuvre dans cette campagne d’incitation au vote, 76 bureaux de vote délocalisés viennent s’ajouter cette année aux 58 existants, soit 134 au total sur tout le territoire l’hexagonal, de quoi encourager les électeurs à se déplacer sans parcourir trop de kilomètres. Le magazine Jeune Afrique nous apprend également que « des bus seront mis à disposition des associations communautaires, qui se sont impliquées dans le processus électoral ».

D'autre part, bien qu'aucun des six candidats ne tiendra de meeting en France, tous disposent dans leur campagne d'une « structure spécialement chargée de l'émigration ».

Le ministre de l'intérieur et principal organisateur du scrutin,Noureddine Yazid Zerhouni évalue cette année le budget consacré à l'organisation du scrutin à l'étranger, à « 600 millions de dinars » soit un peu plus de 6 millions d'euros**, affirmant qu'il sera « similaire » à celui de 2004.





*TSA, article du 30/03/2009.
**Jeune Afrique, « Une diaspora très courtisée », 30/03/2009.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu