Connectez-vous S'inscrire






Société

Deuxième tour des élections du culte musulman

Rédigé par Bakhtaoui Chahira | Lundi 14 Avril 2003

Ce dimanche 13 avril a eu lieu la deuxième journée de vote pour élire les représentants du conseil français du culte musulman, dans 17 régions. Lors du 6 avril dernier, l'élection qui concernait 9 régions avait déjà un taux de participation de 87 %. Il y avait pour ce vote 816 grands électeurs. Pour ce dimanche, les 17 régions représentaient 3226 électeurs pour élire le reste des cadres et des 25 conseils régionaux du culte musulman (CRCM) et appartenant à 792 lieux de culte. Le taux de participation était de 88 % en Rhône-Alpes.



Ce dimanche 13 avril a eu lieu la deuxième journée de vote pour élire les représentants du conseil français du culte musulman, dans 17 régions. Le 06 avril dernier, l'élection qui concernait 9 régions avait déjà eu un taux de participation de 87 %. Il y avait pour ce vote 816 grands électeurs. Pour ce dimanche, les 17 régions représentaient 3226 électeurs pour élire le reste des cadres et des 25 conseils régionaux du culte musulman (CRCM) et appartenant à 792 lieux de culte. Le taux de participation était de 88 % en Rhône-Alpes.

L'UOIF en tête en Rhône-Alpes

La liste de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) est arrivée en tête dans la région Rhône-Alpes lors du second tour des élections des dirigeants du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), a annoncé dimanche soir la préfecture du Rhône. Sa stratégie première était le rassemblement.

Avec 185 voix, l'UOIF, menée par Azzedine Gaci, a devancé la liste de la Mosquée de Paris qui a obtenu 132 voix. Cette dernière, menée par le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, était pourtant annoncée favorite.



Les autres résultats.

La Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF) et une liste représentant la communauté turque ont respectivement obtenu 56 et 44 voix. En Rhône-Alpes, à l'issue du scrutin de dimanche, l'UOIF doit obtenir cinq sièges au bureau du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM), la liste de la Mosquée de Paris quatre, la FNMF deux et la liste turque un. Par ailleurs, les trois premières listes obtiennent chacune un représentant au conseil d'administration du CFCM.
Selon la préfecture, le taux de participation est de 88,58 %, soit un point de plus que la moyenne nationale. Quelque 427 grands électeurs sur 482 de la région se sont déplacés dimanche pour voter dans le bureau de vote installé à la mairie du sixième arrondissement de Lyon. A l'annonce de ces résultats, le recteur de la Grande Mosquée de Lyon a annoncé son intention d'introduire un recours concernant le déroulement de l'élection. 'Il y a eu des irrégularités concernant l'inscription de certains délégués', a expliqué à l'Associated Press Kamel Kabtane, qui doit annoncer lundi matin les modalités de ce recours.'Je reste sportif. Je reconnais que nous avons été battus', a-t-il néanmoins commenté. Selon lui, 'l'UOIF a réussi à davantage mobiliser'. 'Il y a eu notamment des alliances faites avec des turcs extrémistes et certains marocains qui ont pu peser', a expliqué M. Kabtane.

 
Le rôle du CFCM et du CRCM

Le conseil français du culte musulman est une instance nationale, censée représenter la religion musulmane légitimement en France. Ainsi il est appellé à donner une visibilité à l'islam de France et à en faire une 'religion comme une autre'. Il reste cependant que certaines organisations musulmanes sont en désaccords appelant même au boycott des votes. Certains musulmans pensent que cette instance n'est pas assez démocratique, ni assez représentative de l'ensemble de la communauté musulmane. Il n'en reste qu'il est le premier pas de reconnaissance de la religion musulmane en France. Les musulmans attendent la suite.
Quant au CRCM c'est le conseil régional du culte musulman. Il apparaît plus concret en ce qui concerne le culte musulman au niveau local dans la mesure où les conseillers régionaux seront les interlocuteurs des pouvoirs publics. Ce sera donc à propos des constructions de mosquées, des carrés musulmans dans les cimetières, l'abattage rituel, etc.
Tout le monde y voit son importance. Le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, un des piliers de la consultation sur l'islam menée depuis 3 ans par le ministère de l'Intérieur, avait présenté sa candidature pour sa région plutôt que pour l'instance nationale.


Ainsi même, Lhaj Thami Breze, président de l'Union des Organisations de France (UOIF), avait préféré conduire une liste en Ile de France centre (Paris et petite couronne).


Les trois grandes fédérations (UOIF, Fédération Nationale des Musulmans de France, proche du Maroc, et Mosquée de Paris, soutenue par l'Algérie) se sont déjà répartis l'essentiel des postes au niveau national ainsi que les présidences de région.



Un début difficile pour le CFCM qui se construit petit à petit. Les divergences entre les différentes organisations, et un fort sentiment de nationalisme règnent encore. Ce problème n'est donc pas résolu à l'achèvement des votes. Les résultats seront connus entièrement à partir de lundi. Ainsi se termineront ces élections avec beaucoup de questionnements dans nos esprits pour l'avenir de ce nouveau conseil sur la scène française.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu