Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Des intellectuels réclament à Sarkozy l'envoi d'un navire-hôpital à Gaza

Rédigé par lila13@hotmail.co.uk | Mercredi 14 Janvier 2009

"La situation sur le terrain l’exige", insistent Raymond Aubrac, Carole Bouquet, Rony Braumann, Monique Chemillier-Gendreaux, Régis Debray, Stéphane Hessel, Mireille Mendès-France et Gilles Perrault.



Des intellectuels interpellent Nicolas Sarkozy sur la catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza, appelant le président à envoyer sur place un navire-hôpital afin de secourir les blessés.
Dans une lettre au président de la république, que nouvelobs.com s'est procurée mardi 13 janvier, Raymond Aubrac, Carole Bouquet, Rony Braumann, Monique Chemillier-Gendreaux, Régis Debray, Stéphane Hessel, Mireille Mendès-France et Gilles Perrault réclament "l’envoi sans tarder au large des côtes de Gaza du navire-hôpital de la Marine nationale." "La situation sur le terrain l’exige", insistent-ils. "Le droit d’initiative humanitaire reconnu par les Conventions de Genève vous y autorise", affirment les signataires.

Voici la lettre envoyée à Nicolas Sarkozy

Paris, dimanche 11 janvier 2008

Monsieur le président de la République,

Nous nous adressons directement à vous en tant que chef d’un État qui a pour doctrine officielle le respect des droits de l’homme, où que ce soit, et pour coutume de prendre au sérieux le droit international. Vous n’êtes pas, quoi qu’on puisse penser de vos prises de position, resté personnellement inactif devant la tragédie qui se déroule en ce moment sur les rives de la Méditerranée. Vous êtes le seul en France qui puisse donner une suite effective à notre requête : l’envoi sans tarder au large des côtes de Gaza du navire-hôpital de la Marine nationale. Le droit d’initiative humanitaire reconnu par les Conventions de Genève, et déjà maintes fois mis en pratique par notre pays, vous y autorise. La situation sur le terrain l’exige.
Étant donné le niveau de mortalité par violence directe aujourd’hui atteint sur ce territoire archi-comble (et qui n’a d’autre équivalent, d’après les premiers chiffres, que celui atteint à Grosny lors des bombardements russes de 1999) ; étant donné la quantité de blessés civils qui meurent sur place faute de soins ; étant donné l’importance des séquelles et des pathologies de toute espèce qui se feront jour après toute éventuelle cessation du conflit, ce bâtiment, qui s’est déjà déplacé sur les côtes libanaises dans des circonstances moins dramatiques, aura une rude et lourde tâche.
Indépendamment du nombre de vies qu’il pourra sauver, un tel geste témoignerait de plus, avec éclat, face à des opinions publiques ici et là qui en doutent de plus en plus, qu’un pays occidental n’a pas nécessairement deux poids deux mesures quand il invoque le droit international et humanitaire ; que la France sait rester fidèle à ses meilleures traditions ; et que l’Union pour la Méditerranée dont vous avez pris l’heureuse initiative, loin d’être un vain mot, peut se traduire en temps de crise par des mesures concrètes de solidarité humaine.
Les médecins, diplomates, juristes, journalistes ou simples témoins des conditions de survie régnant à Gaza, qui signent cet appel, veulent croire que vous aurez à cœur de lui donner suite en toute urgence.
Veuillez agréer, Monsieur, le président de la République, l’expression de nos sentiments très attentifs.

Raymond Aubrac,
Carole Bouquet,
Rony Braumann,
Monique Chemillier-Gendreaux,
Régis Debray,
Stéphane Hessel,
Mireille Mendès-France,
Gilles Perrault


NOUVELOBS.COM




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu