Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Des dessins contre les caricatures islamophobes dans la presse belge

Rédigé par La Rédaction | Samedi 5 Septembre 2015



Un dessin islamophobe paru dans "De Gazet Van Antwerpen", en Belgique, a été dénoncé en cette rentrée scolaire. Il montre un enfant de retour de "vacances" en Syrie avec une bombe en main dans la cour de récré auprès de ses camarades.
Un dessin islamophobe paru dans "De Gazet Van Antwerpen", en Belgique, a été dénoncé en cette rentrée scolaire. Il montre un enfant de retour de "vacances" en Syrie avec une bombe en main dans la cour de récré auprès de ses camarades.
L’initiative nous parvient du Collectif contre l'islamophobie en Belgique (CCIB). L’association a lancé, vendredi 4 septembre, un appel à réaliser des caricatures contre l'islamophobie dans la semaine de lutte contre ce phénomène de haine qui a lieu du 11 au 21 septembre. Une initiative en réponse aux dessins de presse antimusulmans parues dans des journaux néerlandophone appartenant à un même groupe de presse à l’occasion de la rentrée scolaire.

Le dessin (plus haut), publié dans De Gazet Van Antwerpen, montre un écolier présenté comme musulman, de retour de vacances de Syrie, dans une cour de récréation avec une bombe dans la main tandis que ses camarades ont en main une simple pomme.

Une autre caricature islamophobe publiée dans "Het Belang Van Limburg".
Une autre caricature islamophobe publiée dans "Het Belang Van Limburg".
Avant lui, la caricature signée Canary Pete et publiée dans le quotidien néerlandophone Het Belang Van Limburg donne à voir un enfant de maternelle de Molenbeek, dans la région de Bruxelles, crier « Allahu akbaaaar » et prêt à trancher la gorge d'un ours en peluche, à côté d’enfants criant « maamaaa ».

Le CCIB a pris acte des excuses publiques des journaux, qui ont évoqué une « erreur de publication ». Cependant, le collectif souligne cependant que les caricatures participent à « racialiser » l’islam et à promouvoir la haine contre les musulmans en présentant leurs enfants comme des (potentiels) assassins.

« Leur symbolique est d’une extrême violence, car elle présente la religion musulmane comme une "race" qui marquerait les comportements de ses fidèles depuis leur plus jeune enfance », explique-t-il

« Il est urgent que les médias et les artistes prennent toute la mesure de l'impact de leurs propos et de leurs actions dans la promotion de la haine et du rejet de l'autre. (…) La large audience de ces médias et la créativité des caricaturistes pourraient très bien être mises au service du vivre-ensemble et du respect mutuel », explique le CCIB, qui espère la réception de nombreuses réponses à son appel lors de la semaine baptisée #Islamophobia21.

Lire aussi :
Le sirop de Liège halal, un emblème belge à l'épreuve de l'islamophobie
Le CCIB lutte pour la reconnaissance légale de l’islamophobie




Loading












Recevez le meilleur de l'actu