Connectez-vous S'inscrire






Monde

Des choix difficiles et des sacrifices supplémentaires

| Jeudi 21 Décembre 2006

Mercredi, M. Bush a prévenu les Américains que 2007 exigerait des "choix difficiles et des sacrifices supplémentaires" en Irak. Le président devrait annoncer une nouvelle stratégie pour le début de l’année.



Le président américain M. Bush
Le président américain M. Bush

Des choix difficiles et des sacrifices supplémentaires

"Je ne vais pas faire de prédictions pour 2007 en Irak - si ce n'est qu'il va falloir faire des choix difficiles et des sacrifices supplémentaires, parce que l'ennemi est violent et sans pitié", a déclaré M. Bush lors d'une conférence de presse.

Dans un entretien accordé au Washington Post paru mercredi, il avait pour la première fois déclaré: "Nous ne gagnons pas, nous ne perdons pas", reprenant à son compte les mots du chef d'état-major de l'armée, le général Peter Pace.

Juste avant la défaite électorale de son camp aux élections parlementaires du 7 novembre, il déclarait encore: "Absolument, nous sommes en train de gagner" en Irak.

Le succès des ennemis

M. Bush a admis mercredi en conférence de presse que "2006 (avait été) une année difficile pour nos soldats et pour le peuple irakien". Il a même reconnu le "succès" des ennemis dans leurs tentatives de déstabilisation.

Se voulant "lucide", il a dit ne pas envisager la nouvelle année avec le même "optimisme" qu'en 2006, qui avait débuté après la réussite des élections générales irakiennes.

Il a toutefois réaffirmé sa confiance dans la victoire: "Je crois que nous allons gagner (...) Voilà ce que vous devez savoir. Nous allons réussir".


L'idée est de sortir, d'écouter les officiers sur le terrain

M. Bush a dû se résigner à un changement de cap en Irak après la défaite électorale du 7 novembre, à laquelle la guerre a fortement contribué. Il a sacrifié son secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, remplacé par Robert Gates.

M. Bush devrait annoncer une nouvelle stratégie en janvier. M. Gates s'est rendu mercredi en Irak deux jours seulement après avoir prêté serment.

"L'idée est de sortir, d'écouter les officiers sur le terrain, de parler avec les Irakiens, et de voir ce que je peux apprendre", a déclaré à la presse M. Gates, mercredi à Bagdad.

L'ancien directeur de la CIA et successeur de Donald Rumsfeld vient comprendre la situation pour apporter des éléments au président Bush.

Pour M. Bush, la voix de M. Gates serait "importante", mais qu'il écouterait toutes les propositions.

Il a confirmé que l'une d'elles consistait dans l'envoi de troupes supplémentaires, malgré la résistance à laquelle une telle éventualité semble se heurter de la part des généraux et la réprobation qu'elle risque de rencontrer dans l'opinion américaine et la nouvelle majorité démocrate.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu