Connectez-vous S'inscrire






Religions

Démissionne, démissionne pas…

Rédigé par Mom Nicolas | Lundi 30 Juin 2003

C’était un vendredi rocambolesque pour le Conseil français du culte musulman (CFCM). Le recteur de la mosquée de Paris, Mr Dalil Boubakeur a semé le trouble au sein du conseil, démontrant une fois de plus sa fragilité. Dans une succession de communiqués, le recteur a dans un premier temps émis une lettre de démission dans la matinée, puis a ensuite démenti dans l’après midi même. Une journée plutôt riche en rebondissements.



Né dans la polémique, avec une « démocratie » plutôt controversée, le bureau du CFCM a été nommé lors des accords de Nainvilles-les-Roches en décembre 2002. Et ce, avant même la tenue des élections du CFCM et des Conseils régionaux du culte musulman (CRCM). Cette méthode, mise en place par le ministère de l’intérieur, avait suscité nombre de polémiques au sein de la communauté musulmane, surtout le fait de mettre une personnalité aussi peu populaire que Dalil Boubakeur à la tête du bureau… Dernièrement, les élections des CRCM avaient placé en tête l’UOIF, occupant la vice-présidence du conseil, écrasant de loin la mosquée de Paris… Coup dur pour le président-recteur Dalil ! Mais qui allait tout de même avoir son poste de président du conseil officialisé le 4 mai dernier…

Il en va de la crédibilité de cette jeune instance !

En plus de cette déroute, le président Dalil a la santé fragile. Souffrant d’un diabète chronique, il semblait plutôt faible ces derniers temps. C’est ainsi que juste avant de partir dans un colloque aux alentours de Genève, il écrit un communiqué destiné à l’AFP, où il mentionne qu’il « suspendait sa participation du Conseil français du culte musulman (CFCM), pour raison de santé ». Et il ajoutait : « Cette situation provisoire devra dans les meilleurs délais déboucher sur une nouvelle présidence, afin que le poste ne demeure pas vacant et empêche le fonctionnement de cette noble institution que je remercie pour sa confiance. » Bref, tout est clair, Dalil Boubakeur démissionne de ses fonctions de président.

De son côté, Lhaj Thami Breze regrettait sa décision, ajoutant : « Je pense que ce n'est pas responsable, je suis très étonné de son attitude, dit-il. Depuis qu'il est président, il n'a pas cessé d'annoncer sa démission. Je ne sais pas quel est le vrai mobile ou s'il ne subit pas les pressions de ceux qui ne veulent pas qu'il y ait de représentation des musulmans de France. »

Cinq heures plus tard, nouveau retournement : Dalil renvoie un communiqué démentant sa démission... Cette instabilité marque une nouvelle fois la fragilité du CFCM et surtout remet en question sa crédibilité.




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu