Connectez-vous S'inscrire






Communiqués officiels

D'une laïcité de liberté à un laïcisme d'interdiction

Rédigé par Comité 15 Mars et Libertés | Vendredi 29 Mars 2013



Il y a quelques années, qui paraîtront des siècles pour certains, la France se présentait comme championne des droits de l’Homme. Elle reprochait aux sociétés du tiers-monde leurs archaïsmes et le manque de libertés.

La laïcité de l’époque était synonyme de Liberté, Egalité, Fraternité et la liberté servait de vecteur de destruction des sociétés traditionnelles, de sirènes charmant les jeunesses progressistes.

La colonisation a laissé place à la mondialisation, les sociétés traditionnelles ont implosé. La laïcité française n’a plus besoin de la liberté.

Ceux qui prétendent l’incarner oublient la liberté cherchent à soumettre les derniers individus qui refusent de se plier à un athéisme imposé.

Celles et ceux qui refusent de renoncer à leurs pratiques religieuses subissent constamment les assauts d’une société qui de libertaire est devenue laïcarde.

D’une laïcité de liberté, on est passé en quelques décennies à une laïcité d’interdiction. Interdiction des signes religieux « ostensibles » à l’école... pour protéger nos enfants, nous a-t-on prétendu à l’époque… Interdiction du voile intégral en public… pour nous protéger de l’intégrisme, nous a-t-on susurré…

Le débat tourne aujourd’hui sur l’interdiction de porter le foulard « islamique » dans des lieux de travail privés. « Il s’agit de clarifier la laïcité » déclarent hypocritement les promoteurs de la question.

Les juristes de la Cour de cassation ont clairement affirmé qu’il était interdit d’interdire, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a condamné la France pour sa loi du 15 mars 2004 interdisant le port de signes ostensibles à l’école mais les laïcards se moquent du droit.

L’urgence n’est pas à donner à la population des conditions de vie décentes en développant la solidarité face à la crise financière qui frappe l’Europe. Non, l’urgence est de frapper une population minoritaire, n’ayant pas de représentation politique pour amuser le peuple faute de pain… Pour eux, nous avons juridiquement tort car nous sommes politiquement minoritaires.

Les Romains étaient les inventeurs de cette politique du « bouc émissaire ». Depuis lors, tout le monde sait que le sacrifice du bouc émissaire ne résout aucun des problèmes réels. Elle permet simplement de défocaliser l’attention des sujets priés de ne plus s’intéresser pendant un temps aux vraies questions qui les touchent.

Quitte à vider les mots de leur sens en faisant d’une « laïcité clarifiée » une notion d’interdiction et d’exclusion. Dans cette novlangue française George Orwell y reconnaîtrait les siens.

Non au ministère de l’Amour de « 1984 », Non à la « laïcité clarifiée » qu’ils veulent nous faire ingurgiter. Oui à la laïcité des Droits de l’homme, la seule vraie.

Comité 15 Mars et Libertés
Le 29 mars 2013





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu