Connectez-vous S'inscrire






Religions

Comment les salafistes détruisent le patrimoine de l’islam

Rédigé par Fouad Bahri | Vendredi 8 Février 2013

Zaouias, cimetières, mosquées : ces derniers mois, la destruction de lieux saints musulmans par des groupes proches ou issus de la mouvance salafiste a connu une hausse inquiétante. Aucun lieu ne semble épargné, pas même à La Mecque, où le gouvernement saoudien aurait démoli des sites religieux, officiellement par crainte de l’apostasie.



Comment les salafistes détruisent le patrimoine de l’islam
Tombouctou, Tunis, Marrakech. Depuis plusieurs mois, la liste des attaques par des mouvements salafistes de sites du patrimoine mondial protégés par l’UNESCO ou d’anciens mausolées soufis ne cesse de s’allonger.

En Tunisie, la zaouia Saïda Manoubia, près de Tunis, ou celle qui est dédiée au saint Abdelkader Jilani, vieille de 230 ans, ont déjà été endommagées. Dernière destruction en date : l’incendie d’un mausolée à Sidi Bou Saïd. Selon les associations soufies de Tunisie, il s’agirait de la 35e destruction en huit mois.

Au Maroc, qui n’est pas épargné non plus, c’est un site archéologique de plus de 8 000 ans qui a été détruit le 17 octobre. Ce type de phénomène n’est pas nouveau : on se souvient de la célèbre destruction par les talibans des Bouddhas de Bamyan, en mars 2001 en Afghanistan.

Riyad et la destruction du patrimoine musulman

Mais, fait significatif, il semble ne plus se limiter à des cibles occidentales ou non musulmanes. « Ces mouvements sont axés sur une lecture littéraliste du Coran. Il s’agit des salafistes qui vont casser les zaouias et les stèles funèbres dans les cimetières musulmans. Ces gens suivent les Compagnons du Prophète et leur combat contre le paganisme. Ils sont contre la ‘ibâda (« adoration », réservée à Dieu seul en islam, et que les salafistes reprochent aux soufis de pratiquer à l’égard de leurs saints, ndlr) », explique Khadija Mohsen Finan, enseignante à l’université Paris-I et spécialiste du Maghreb.

Pourtant, cette pratique ne se réduit pas aux seuls mouvements salafistes. L’Arabie Saoudite elle-même, qui jouit pourtant du statut de gardien des Lieux saints de l’islam, procéderait sur son territoire à la destruction de tout un ensemble de lieux précieux du patrimoine musulman. Ainsi, comme le revèle The Telegraph, « la maison d’une des femmes du Prophète a été démolie pour faire place à des toilettes publiques ». Une destruction qui aurait commencé il y a dix ans, d’après The Independent, par la démolition à la dynamite d’« une mosquée qui appartenait au petit-fils du Prophète ». Outre les raisons religieuses précédemment invoquées, des considérations économiques liées à la maximisation de l’exploitation financière de son espace touristique motiveraient Riyad.

Salafisme contre soufisme populaire

En Tunisie, cette lecture de l’islam vient heurter d’autres conceptions plus populaires de l’islam. « Ces actions de destruction ne sont pas du tout populaires en Tunisie, poursuit Khadija Mohsen Finan, les gens sont contre. Il y a un islam populaire qui est celui des zaouias », dit-elle.

Plus au sud, au Mali, les habitants de Tombouctou, décrétée capitale culturelle du monde musulman en 2006, sont, eux aussi, confrontés à ce type de menace. Des mausolées qui figurent au patrimoine de l’Unesco et la mosquée Sidi Yahya, ont déjà été endommagés par des groupes radicaux.

Lazare Eloundou Assomo, spécialiste à l’UNESCO des questions du patrimoine au Mali, témoigne. « Ce patrimoine qui célèbre des saints qui ont joué un rôle important dans l’âge d’or de Tombouctou a été fortement détruit en partie », raconte-t-il. « Une partie de l’histoire de l’Afrique et la compréhension de la manière dont elle s’est appropriée la religion de l’islam sont parties en fumée », confie-t-il.

La conséquence de ces destructions rejaillit par ailleurs négativement pour l’ensemble des sites à protéger dans ce pays soumis à des problèmes sécuritaires. « La situation globale dans le Nord fait qu’il n’y a plus de conservation de ce patrimoine dans son ensemble », précise Lazare Eloundou Assomo. « Il s’agit de mosquées en terre qui ont besoin d’entretien régulier mais cet entretien n’est plus possible aujourd’hui », fait-il remarquer.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu