Connectez-vous S'inscrire






Société

Citoyennes et citoyens, aux urnes !

Rédigé par Zaïri Rachid | Mardi 30 Décembre 2003

Pour pouvoir participer aux scrutins du printemps 2004 - cantonales et régionales les 21 et 28 mars, européennes le 13 juin -, il est impératif d'être inscrit sur les listes électorales. La date limite pour le faire est le 31/12/2003. Il ne reste donc plus que deux jours en comptant cette journée, si cela n'est déjà fait, pour s'inscrire sur les listes. Ainsi, si l'on a déménagé récemment et que l'on veut voter sur le lieu de sa nouvelle résidence, cette démarche est impérative. Seuls, les jeunes qui ont eu ou auront 18 ans, entre le 1er mars 2003 et le 29 février 2004, sont inscrits d'office dans leur commune de résidence, mais comme aucune confirmation n'est envoyée, le mieux est de s'en assurer auprès de sa mairie.



Pour pouvoir participer aux scrutins du printemps 2004 - cantonales et régionales les 21 et 28 mars, européennes le 13 juin -, il est impératif d'être inscrit sur les listes électorales. La date limite pour le faire est le 31/12/2003. Il ne reste donc plus que deux jours en comptant cette journée, si cela n'est déjà fait, pour s'inscrire sur les listes. Ainsi, si l'on a déménagé récemment et que l'on veut voter sur le lieu de sa nouvelle résidence, cette démarche est impérative. Seuls, les jeunes qui ont eu ou auront 18 ans, entre le 1er mars 2003 et le 29 février 2004, sont inscrits d'office dans leur commune de résidence, mais comme aucune confirmation n'est envoyée, le mieux est de s'en assurer auprès de sa mairie.

On estime à 2 millions le nombre de Français qui ne sont toujours pas inscrits, ce qui pourrait, selon certains, laisser présager un taux d'abstention record à l'occasion des élections du printemps prochain. Ceux qui ne se seront pas inscrits avant le 31 décembre ne pourront plus voter avant... mars 2005.

Mes idées passent par mon vote et je ne laisserai pas les autres décider pour moi

 

En 2004, auront lieu les élections cantonales, régionales et européennes. Pour voter, le Citoyen doit être inscrit sur les listes électorales. Pour cela, il doit se présenter à la mairie principale (service des affaires électorales) ou dans les mairies annexes jusqu'au 31 décembre 2003 muni d'une carte d'identité et d'un justificatif de domicile de moins de 3 mois (facture de téléphone ou d'électricité, avis d'imposition).

 

Au soir du 31 décembre ou plus précisément demain soir, il ne pourra plus aller s’inscrire sur les listes électorales de sa commune. Les non-inscrits et les personnes ayant récemment déménagé ont donc à effectuer cette démarche au plus vite. Faute de quoi, ils ne pourront faire entendre leur voix aux nombreux rendez-vous électoraux prévus en 2004 : cantonales, régionales et européennes.

 

Les Français sont difficiles à mobiliser. Malgré le choc du 21 avril 2002, plus de deux millions de personnes se privent d'élections. Cette année encore, nombreux seront les Français qui ne prendront pas le temps de faire cette inscription. Pourtant, après le choc du 21 avril, on aurait pu s'attendre à un regain de l'esprit civique. Pas du tout. Le nombre de cartes d'électeurs n'a pas connu de hausse importante depuis cette date.

On risque donc de voir l'abstention faire son grand retour en 2004. Les scrutins à venir étant de plus traditionnellement boudés par les électeurs. Aux dernières élections régionales en 1998, le taux d'abstention s'élevait à 42 %.

Régionales, cantonales et européennes : c’est quoi au juste !

Elections européennes

L'Union européenne s'est dotée d'un parlement élu au suffrage universel direct.
Le Parlement européen comprend actuellement 626 membres. Les dernières élections européennes ont eu lieu en juin 1999. Les députés européens sont élus au suffrage universel direct, chaque pays fixant les règles particulières d'organisation du scrutin. 87 députés français siègent actuellement au Parlement européen. Le scrutin s'effectue par listes à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel, en un seul tour, dans le cadre de huit grandes circonscriptions. Le nombre de sièges par circonscription est fixé par décret. Ces circonscriptions sont au nombre de sept pour la métropole, comprenant une ou plusieurs région. La huitième regroupe les départements, collectivités et territoires d'Outre mer.  Les sièges sont répartis entre les listes ayant obtenu plus de 5 % des suffrages exprimés. Ils sont attribués selon l'ordre de présentation sur la liste.

Elections régionales

Les Citoyens élisent les conseillers régionaux pour six ans, au scrutin de liste, selon un système mixte combinant les règles des scrutins majoritaire et proportionnel, en un ou deux tours, sans panachage ou vote préférentiel, tout bulletin modifié en quoi que ce soit par un électeur étant déclaré nul. Les listes sont déposées au niveau régional, mais les candidats sont répartis entre les départements (on parle de 'sections départementales') constituant la région.
Le nombre de sièges à attribuer pour chaque liste est calculé globalement au niveau régional, puis réparti entre les sections départementales en fonction du nombre de suffrages obtenus dans chaque section.

Avec la décentralisation, la région s'est vue reconnaître de nouvelles attributions.
Après chaque élection, le conseil régional élit un président, qui assure les fonctions d'exécutif régional. Le conseil élabore et approuve le plan régional. Il détermine les objectifs à moyen terme du développement économique, social et culturel de la région. La région peut octroyer certaines aides directes ou indirectes aux entreprises concourant au développement régional et à l'emploi, telles que la prime régionale à l'emploi, la prime régionale à la création d'entreprise... La région élabore des programmes et actions en matière de formation professionnelle et apprentissage. En matière d'enseignement, la région a la responsabilité de l'équipement et du fonctionnement (non pédagogique) des lycées, établissements spécialisés...

Elections cantonales

Les citoyens élisent un conseiller général par canton au suffrage universel direct, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, pour six ans. Le conseil général est renouvelé par moitié tous les trois ans. Après chaque renouvellement, le conseil général élit un président.
Il n'y a pas d'élections cantonales à Paris. Le territoire de la ville de Paris recouvre aussi le département de Paris. Les affaires des deux collectivités sont réglées par le conseil de Paris, dont le maire de Paris assure l'exécutif. Le conseil de Paris fait donc office de conseil général et de conseil municipal.

Le président du conseil général prépare et exécute les délibérations du conseil général, engage les dépenses du département, dirige les services départementaux. Le conseil général et son président définissent l'action du département pour l'aide sociale, le logement, la voirie et le transport, l'environnement, le tourisme, l'équipement des communes.

Absence d’une campagne de sensibilisation

Et cette année, Matignon n'a pas organisé de campagne nationale pour inciter les Français à s'inscrire sur les listes électorales. Pour la première fois, depuis 1958, le gouvernement n’a financé aucune campagne nationale officielle pour inciter les Français à s'inscrire sur les listes avant le 31 décembre. 2004 sera pourtant une année électorale importante avec ses trois rendez-vous

Le gouvernement prétexte un manque de financement, un coût de 400 000 euros. Mais alors, comment justifier toutes les campagnes gouvernementales? La lettre du Premier ministre à tous les Français, au cœur du débat sur les retraites, est un exemple.

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault s'était insurgé contre la décision du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin de 'faire l'impasse sur la campagne officielle d'incitation' à s'inscrire sur les listes électorales. 'Traditionnelle depuis 1958, cette incitation n'aura pas lieu pour des raisons d'économies budgétaires, alors qu'au cours de l'année 2004 de nombreux scrutins vont avoir lieu: cantonaux, régionaux, européens', avait souligné le député-maire de Nantes dans un communiqué. Qualifiant cette décision de 'politique du civisme zéro', Jean-Marc Ayrault avait demandé 'instamment' au gouvernement 'de rétablir' cette campagne d'information.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu