Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Charlottesville : les grandes plateformes de crowdfunding refusent la solidarité aux néo-nazis

Rédigé par | Mardi 15 Août 2017



© SFGate
© SFGate
Après l’attaque perpétrée à Charlottesville, en Virginie, par un néo-nazi contre une foule de manifestants antiracistes, les principales plateformes de crowdfunding ont fait savoir qu’elle refusait aux suprématistes blancs et aux néo-nazis l’ouverture de cagnottes en ligne en faveur de l’auteur de l’attentat James Fields.

GoFundMe, qui refuse - comme d’autres - la promotion des discours de haine via son site, a fait savoir auprès de Reuters qu’elle a refusé de valider, lundi 14 août, plusieurs demandes d’hébergement de cagnottes dont l’argent collecté aurait servi à financer la défense de James Fields face à la justice.

Cette même plateforme a abrité en revanche, et ce jusqu'à lundi, une cagnotte visant à soutenir la famille de Heather Meyer, la trentenaire tuée après avoir été renversée par James Fields. Ce sont 225 000 dollars (191 000 €) qui ont pu être collectés à cet effet.

Ces refus poussent les nostalgiques du Ku Klux Klan et du IIIe Reich à déployer d’autres moyens pour faire valoir leur cause abjecte. L’organisateur de la manifestation raciste à Charlottesville Jason Kessler a d’ores et déjà pu collecter près de 3 000 dollars (2 500 €) via une petite plateforme de crowfunding favorable aux ultranationalistes et qui déclare être « libre de toute censure politique », afin de soutenir James Fields dans sa défense. Ce dernier a été inculpé de meurtre.

Lire aussi :
Grande-Bretagne : le risque d'attentats contre des musulmans par des néo-nazis est élevé
Charlottesville : James Fields inculpé pour meurtre, Trump dénoncé pour son silence
Attentat à la mosquée du Minnesota : quand la Maison blanche justifie le silence de Trump
Etats-Unis : ce qu'on sait de l'attentat à la bombe visant une mosquée du Minnesota


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur



Loading














Recevez le meilleur de l'actu