Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Centrafrique : des centaines de civils menacés de mort exfiltrés d'une mosquée

Rédigé par Imane Youssfi | Mardi 16 Mai 2017



Centrafrique : des centaines de civils menacés de mort exfiltrés d'une mosquée
Plus de 2 000 civils, pris au piège dans une mosquée, une église et un hôpital de Bangassou, ont été libérés, lundi 15 mai, par la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

Bangassou, au sud-est de la Centrafrique, est au centre d’attaques de centaines d’hommes armés ces derniers jours. Les civils tentait d’échapper à des attaques de miliciens anti-balaka. Les personnes ont été mises à l'abri, selon France 24, sur le site de l'église qui compte en son sein 7 000 déplacés à ce jour.

« Je vous confirme que la mosquée (où se trouvaient quelque 500 civils, ndlr) est vide. Les 250 hommes qui étaient encore à l'intérieur cet après-midi ont été exfiltrés », a déclaré Hervé Verhoosel, porte-parole de la Minusca. Un camp de cette mission onusienne a aussi été pris pour cible et des casques bleus supplémentaires ont du être déployés. Six soldats de cette force, quatre Cambodgiens et deux Marocains, ont été dernièrement tués dans cette région.

Les soldats onusiens ont réussi à rétablir le calme dans une partie de la ville dans la soirée de dimanche mais des combats se poursuivaient lundi dans d'autres secteurs. « La situation est extrêmement déplorable et nous faisons tout pour reprendre rapidement le contrôle de Bangassou », a-t-il déclaré à Reuters. « Nombre de combattants sont des enfants soldats qui semblent sous l'emprise de drogues », a-t-il ajouté.

Selon l’ONU, plus 20 personnes ont été tuées en trois jours à Bangassou. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit « scandalisé » par ces attaques. « Toute la lumière devra être faite sur ces actes odieux, qui peuvent constituer des crimes de guerre et dont les auteurs doivent être traduits en justice », a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay. La France a estimé qu’elles pouvaient même « constituer des crimes de guerre ».

Lire aussi :
Centrafrique : des musulmans contraints d’abandonner l’islam
Centrafrique : un candidat à la présidence qui rassemble chrétiens et musulmans





Loading














Recevez le meilleur de l'actu