Connectez-vous S'inscrire






Monde

COP22 : les leaders religieux s'activent pour le désinvestissement des énergies fossiles

L'intégralité de la Déclaration interconfessionnelle

Rédigé par Saphirnews | Lundi 14 Novembre 2016

Dans le cadre de la 22e conférence internationale pour le climat (COP22), plus de 200 dirigeants religieux, spirituels, et confessionnels représentants de multiples croyances ont signé la Déclaration interconfessionnelle. Par le biais de cet appel remis officiellement jeudi 10 novembre aux représentants de la COP22, et publié sur Saphirnews en exclusivité, les leaders religieux demandent aux « États d'être liés par la décence éthique et la bonne foi d'honorer leurs engagements pris » dans l’Accord de Paris et d’adopter des politiques nouvelles « pour protéger notre climat précieux ». Pour donner l'exemple, plusieurs organisations religieuses ont déjà promis de cesser d'investir dans les énergies fossiles, « faisant partie d'un mouvement de désinvestissement dont la croissance est extrêmement rapide », signifie-t-on dans la déclaration que voici en intégralité.



Une cérémonie officielle a été organisée le 10 novembre à Marrakech dans le cadre de la COP22 afin de remettre aux Etats la déclaration interreligieuse sur le changement climatique. © Twitter/Einar Tjelle
Une cérémonie officielle a été organisée le 10 novembre à Marrakech dans le cadre de la COP22 afin de remettre aux Etats la déclaration interreligieuse sur le changement climatique. © Twitter/Einar Tjelle
En ce moment historique, au fur et à mesure que l'Accord de Paris entre en vigueur, un consensus mondial sans précédent a produit un cadre universel pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et à accroître la résilience aux impacts sur le climat. Nous sommes profondément reconnaissants pour la gestion qui a produit le présent Accord et nous sommes conscients de la complexité et des défis à venir. Maintenant, il est temps de passer à une action urgente.

Dans toutes les religions, nous partageons une obligation morale de ne pas nuire à autrui, d'être juste et de prendre soin de personnes vulnérables. Le changement climatique a déjà des répercussions mondiales, qui touchent de façon disproportionné les communautés pauvres et marginalisées et nous pleurons leurs perte et souffrance. Comment nous tournons la page pour régler les pires effets du changement climatique dépend du travail que nous ferons dans les dix, cinq, même deux ans à venir. Chacun d'entre nous doit agir sur la réalité de la crise climatique, afin que les dommages que nous infligeons à notre Terre sacrée cesseront et les écosystèmes dont dépend toute vie pourront guérir.

En ce moment critique, où les gouvernements mettent en œuvre l'Accord, nous devons approfondir notre conscience et discerner ce que cela signifie d'être dans la bonne relation les uns avec les autres, notre Terre et tous les êtres vivants. Notre désir de croissance et puissance illimitée a des conséquences dévastatrices, laissant notre Terre polluée, appauvrie, et vulnérable. Nous demandons bien respectueusement à ceux qui prennent des décisions sur la façon dont des systèmes d'énergie sont financés, procurés, et distribué de fonder leur décisions sur une vénération humble et compatissante pour l'interconnexion des êtres vivants.

Si nous continuons à endommager notre système de soutien vital par la surexploitation, la contamination et la destruction du climat qui nous protège, des minéraux qui donne la vie, du sol qui nous nourrit, des océans et des sources d'eau douce, nous le faisons à nos risques et périls. Nous devons prendre des mesures rapides, guidés par nos religions et travailler ensemble comme une communauté globale de service à la Terre.

L'utilisation de combustibles fossiles et d'autres industries extractives par la société mondiale tout en sachant les dommages qu'ils causent est indéfendable du point de vue éthique. Nous devons nous détourner délibérément d'investir dans les combustibles fossiles et nous sommes ensemble dans l'appel à un changement collectif par les fonds souverains et les fonds de pension publics de combustibles fossiles vers des solutions pour le climat. Cela enverra un signal nécessaire et significatif aux emprunteurs privés et publics et aux investisseurs dans le monde entier et aidera à mettre fin à l'ère des combustibles fossiles.

A Marrakech, le 10 novembre pour la remise officielle de la Déclaration interconfessionnelle dans le cadre de la COP22. © Green Faith
A Marrakech, le 10 novembre pour la remise officielle de la Déclaration interconfessionnelle dans le cadre de la COP22. © Green Faith
Nous demandons aux États d'être liés par la décence éthique et la bonne foi d'honorer leurs engagements pris dans le présent Accord. Nous demandons donc, pour la sécurité de tous, une augmentation urgente de l'action climatique et ambition par tous les gouvernements, avec réduction rapide des émissions conformément à la limitation de la hausse de la température mondiale à 1,5° C au-dessus des niveaux préindustriels.

En plus des articles substantiels de l'Accord, nous demandons à tous les États, lorsqu'ils prennent des mesures pour lutter contre le changement climatique, à respecter les obligations contenues dans le préambule de l'Accord. Nous demandons aux États de respecter leurs obligations en matière de droits de l'homme, y compris les droits des peuples autochtones, l'égalité des sexes, une transition juste, la sécurité alimentaire et l'équité intergénérationnelle. Nous soulignons que la participation pleine et égale des femmes, des sociétés autochtones et des jeunes dans la lutte contre le changement climatique accélèrera les efforts vers une économie faible en carbone et contribuera de manière significative à la réalisation de l'Objectif de développement durable 7 (SDG), qui vise à mettre fin à la pauvreté énergétique avant 2030.

Nous demandons instamment que les flux financiers mondiaux soient augmentés et compatibles avec l'objectif de 1,5 C° et qu'ils soient coordonnés plus étroitement avec les ODD pour reconnaître la relation intrinsèque entre le changement climatique, l'éradication de la pauvreté et le développement équitable et durable. Encore plus de ressources financières seront nécessaires pour soutenir davantage les communautés les plus pauvres et en particulier les plus vulnérables touchées par le changement climatique. Nous trouvons cela profondément injuste que les pays les moins avancés (PMA) seront basculés dans la spirale de l'endettement, obligés de payer un problème qu'ils auront hérité. Nous prions donc instamment les gouvernements à appuyer une augmentation équitable dans les flux financiers mondiaux pour permettre davantage à l'adaptation humaine et écologique, en particulier pour compenser les pertes et dommages, le transfert de technologie et le renforcement des capacités.

En même temps, nous sommes préoccupés par les accords commerciaux qui peuvent saper l'urgence de l'action climatique. Nous demandons des contrôles plus stricts sur les mécanismes de règlement des différends au sein des accords commerciaux qui contiennent des dispositions qui autorisent les sociétés de contester les politiques gouvernementales dans les exécutions extrajudiciaires.

Lors de notre appel aux dirigeants du monde d'adopter des nouvelles politiques pour protéger notre climat précieux, de nombreux groupes confessionnels ont déjà promis de cesser d'investir dans les combustibles fossiles, faisant partie d'un mouvement de désinvestissement dont la croissance est extrêmement rapide. Des groupes confessionnels s'investissent également dans des solutions pour le climat et nous travaillons côte à côte avec les peuples des communautés pauvres dans le monde entier pour minimiser les impacts du changement climatique et pour accroître la résilience. Nous demandons ainsi à nos propres groupes confessionnels de se commettre à se détourner de combustibles fossiles et à investir dans les énergies renouvelables et dans l'engagement ciblé avec des entreprises sur le changement climatique. Nous devons bâtir ce travail dans la poursuite d’une transition juste vers les énergies renouvelables.

Tout au long de l'histoire, nos traditions religieuses ont apporté le soutien et l'inspiration pendant les périodes de grand défi ou transformation. Nous devons nous engager à des nouvelles façons de vivre qui honorent la relation dynamique entre toute forme de vie pour approfondir la conscience et la dimension spirituelle de nos vies. Nous devons nous appuyer sur le courage, l'espoir, la sagesse et la réflexion spirituelle pour permettre à nos jeunes et aux générations futures d'hériter un monde plus solidaire et durable. C'est le moment d'avancer et agir comme fiduciaires à la Terre Mère. Ensemble, en soutenant les progrès des uns et des autres, nous pouvons aller plus loin et plus vite.

Nous aimerions donc :

• Demander instamment aux États d'accroître rapidement les promesses pour réduire les émissions, conformément à l'objectif de 1,5 °C ;

• Appeler à un changement collectif par les fonds souverains et les fonds de pension publics de combustibles fossiles en énergies renouvelables et autres solutions climatiques ;

• Demander fortement l'augmentation des flux financiers mondiaux pour mettre fin à la pauvreté énergétique avec des énergies renouvelables et de permettre davantage le soutien pour l'adaptation humaine et écologique, en particulier pour compenser les pertes et dommages, le transfert de technologie et le renforcement des capacités ;

• Lancer un appel à tous les États, lorsqu'ils prennent des mesures pour lutter contre le changement climatique, d'assurer les engagements figurants dans le préambule de l'Accord relatives aux droits de l'homme, y compris les droits des peuples autochtones, l'égalité des sexes, une transition équitable, la sécurité alimentaire, l'équité intergénérationnelle et l'intégrité de tous les écosystèmes soient bien reflétés dans toute décision adoptée lors de la COP22 ;

• Demander des contrôles plus stricts sur les mécanismes de règlement des différends au sein d'accords commerciaux qui utilisent les exécutions extrajudiciaires pour contester les politiques gouvernementales ;

• Demander, y compris au sein de nos propres groupes confessionnels, plus d'engagements à se détourner de combustibles fossiles et à investir dans les énergies renouvelables et dans l'engagement ciblé avec des entreprises sur le changement climatique. Nous devons bâtir ce travail dans la poursuite d’une transition juste vers les énergies renouvelables.

La Déclaration interconfessionnelle a été signé par 226 leaders de foi éminents de 43 pays avec des représentants bouddhistes, chrétiens, hindous, jaïns, quakers, musulmanes, sikhs, unitariens universalistes, ainsi que les leaders indigènes et spirituels. Certains dirigeants de foi éminents qui ont signé sont, entre autres, sa Sainteté le Dalaï Lama, l'archevêque Desmond Tutu, Ven. BhikkhuniThich Nu Chan Khong de Village des Pruniers Communauté internationale de bouddhistes engagés, Rév. Dr Olav FykseTveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, et Gretchen Castle, secrétaire général du Friends World Committee for Consultation.

La liste complète des signataires en anglais ici.






Loading














Recevez le meilleur de l'actu