Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Bobigny : une fillette sauvée in extremis par un jeune, non par la police

Rédigé par | Dimanche 12 Février 2017



Une manifestation a été organisée à Bobigny pour réclamer justice pour Théo, samedi 11 février. © Madjid Messaoudène
Une manifestation a été organisée à Bobigny pour réclamer justice pour Théo, samedi 11 février. © Madjid Messaoudène
La préfecture a reconnu, dimanche 12 février, que c’est un manifestant - et non des CRS - qui a porté secours à une fillette laissée seule dans un véhicule qui a pris feu, en marge d'un rassemblement pacifique organisé la veille à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour réclamer justice pour Théo.

Une déclaration qui contredit leur communiqué de bilan adressé à la presse samedi soir. « Des effectifs de police ont dû intervenir pour porter secours à une jeune enfant se trouvant dans un véhicule en feu », pouvait-on lire. Il n’en fallait pas tant pour Le Parisien, qui a appuyé la version policière en ces termes : « Des passants ont découvert qu'une fillette de 6 ans se trouvait à l'intérieur d'un véhicule enflammé par les casseurs et ont immédiatement appelé les CRS à l'aide. Les forces de l'ordre sont rapidement intervenues et ont sauvé la fillette de justesse. »

Les témoignages ont rapidement afflué dans la soirée pour contredire cette version. Une poubelle enflammée par des jeunes s'est retrouvée devant une voiture alors en circulation. A l’intérieur, une mère de famille prend panique et sort de son véhicule arrêté en prenant un de ses enfants. Elle oublie de prendre sa fillette, âgé de cinq ou six ans et très apeurée. C’est là qu’un manifestant âgé de 16 ans se décide à réagir pour la sortir de la voiture autour de laquelle des projections de feu ont lieu.

Emmanuel Toula.
Emmanuel Toula.

« Il ne faut pas s’attribuer les mérites des gens »

Emmanuel Toula raconte auprès du Bondy Blog être intervenu seul, en l'extirpant de son siège arrière après lui avoir enlevé sa ceinture de sécurité. Il se réfugie dans un parc et « de là, je voyais les jeunes retourner le véhicule de la maman. Ils l’ont déplacé et en avaient pris un autre qu’ils avaient retourné de la même façon. Ils ont pris un bidon d’essence et ont mis le feu à la voiture. Le véhicule de la mère, lui, a explosé ». Le drame est évité de justesse.

Aidé alors de deux hommes, il se dirige vers les gendarmes pour leur expliquer la situation. « On nous a dit de ne pas nous approcher. Je leur expliquais alors ce qui s’est passé, qu’on cherchait la maman de cette petite fille. On a été obligé de forcer 4/5 fois. Un gendarme nous a finalement dit de venir vers lui. La petite fille est restée avec les deux hommes et le gendarme, moi, je suis allé à la recherche de la maman. » Au bout du compte, ce sont les gendarmes qui remettent la fille à sa mère, que le jeune n’a pas réussi à trouver, bloqué par les cordons de sécurité.

« J’ai sorti cette petite de la voiture mais je ne suis pas un héros, je veux juste rétablir la vérité et la justice. Il n’y avait aucun policier lorsque j’ai sorti la petite fille de la voiture. Il y avait des tirs de gaz lacrymogènes en direction du groupe de jeunes autour mais aucun policier à moins de 30 mètres. (…) Il ne faut pas s’attribuer les mérites des gens », poursuit-il. « Mais je dis aussi à ceux qui ont mis le feu qu’il faut arrêter de faire des conneries car ça retombe ensuite sur des mères de famille comme celle-là. Je me demande ce qu’il se serait passé si personne n’avait rien fait. »






Loading














Recevez le meilleur de l'actu