Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Bernard Stephan : « "Témoignage chrétien" s'engage pour une démocratie de la fraternité »

Rédigé par Pauline Compan | Lundi 21 Novembre 2011

Créé en 1941 au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, « Témoignage chrétien » est l’une des dernières publications issues de la Résistance à être encore éditée. Victime d’une baisse considérable de son Audimat, l'hebdomadaire fête ses 70 ans en faisant peau neuve. Avec une rédaction rajeunie, l’hebdomadaire veut réussir sa « transition générationnelle » et centrer sa ligne éditoriale sur des formes concrètes de « démocratie de fraternité ». Un mot quelque peu vidé de son sens dans le climat actuel, mais qui a été au centre des débats des 1res Assises nationales de la diversité culturelle.



Bernard Stephan : « "Témoignage chrétien" s'engage pour une démocratie de la fraternité »
Disponible désormais sur abonnement, Témoignage chrétien a lancé un appel à la générosité des lecteurs pour reconstituer le fonds du magazine. Le premier appel de ce type avait déjà été un succès. Il permet aujourd’hui de se concentrer sur le développement de son site Internet et sur l’organisation de rencontres et débats avec le public.

Une nouvelle façon de concevoir la pratique journalistique, illustrée par l’organisation, samedi 19 novembre, des 1res Assises nationales de la diversité culturelle*, en partenariat avec Salamnews, afin de prendre position en faveur d’une société interculturelle, riche et solidaire. Saphirnews a pu poser quelques questions au directeur de la publication de l'hebdomadaire, Bernard Stephan.

Saphirnews : Quel héritage gardez-vous aujourd’hui du contexte de la création du journal « Témoignage chrétien » ?

Bernard Stephan : Les Cahiers du Témoignage chrétien, en 1941, répondaient à un double impératif. Il y a avait tout d’abord l’idée que le régime de Vichy et le régime nazi bafouaient la dignité humaine, ce qui est insupportable pour les croyants des Evangiles. Ensuite, la création de cet organe d’information s’inscrivait dans une désobéissance aux injonctions de la hiérarchie catholique de l’époque. Nous avons gardé cette volonté d’indépendance mais aussi notre préoccupation pour l’humain. De nos jours, un tiers de l’humanité est privé d’une vie digne. Avec la financiarisation et la mondialisation du monde, l’être humain devient un objet. La question de la dignité doit être remise au centre des préoccupations.

Dans un article du « Monde », la journaliste qualifie vos lecteurs de « chrétiens de gauche », êtes-vous d’accord avec cette affirmation ?

B.S. : Beaucoup de chrétiens qui se reconnaissent dans Témoignage chrétien se décrivent comme des « chrétiens de gauche ». Mais il n’y a pas de relation automatique entre la foi et la tendance politique. Cela a été 30 ans de bataille jusqu’aux années 1970 pour faire reconnaître l’existence de chrétiens de gauche mais, aujourd’hui, le débat est dépassé et le pluralisme politique domine. Notre public est désormais composé de chrétiens en recherche d’humanité mais aussi d’athées, également en quête d’une information plus humaine et de formes de démocratie de fraternité.

Cette assignation de l’identité politique des chrétiens peut être mise en parallèle avec le mythe d’une communauté musulmane unanimement à gauche…

B. S. : C’est un parallèle intéressant. Il n’est pas opportun de réduire l’identité des gens à leur confession, ce n’est pas le seul déterminant. J’imagine qu’il existe une diversité politique chez les musulmans et cela, les médias ont du mal à l’admettre.

La campagne présidentielle va bientôt commencer, quels sont, selon vous, les thèmes clés de ces futures élections et quels regards « Témoignage chrétien » peut-il apporter sur ces questions ?

B. S. : J’espère fortement me tromper en disant que les identités nationales et l’échec du multiculturalisme reviendront dans le débat. C’est aussi le sens de nos 1res Assises nationales de la diversité, organisées samedi 19 novembre. Il s’agit de sortir de la peur et de mettre en garde la société contre de vieux démons. Sinon, je ne suis pas directeur de la rédaction et je tiens à cette indépendance, mais je crois que nous sommes d’accord au sein du journal pour dire que la question centrale est celle de la précarité sociale. Car il faut s’interroger : comment se fait-il que, depuis 30 ans, de plus en plus de personnes tombent dans la précarité ? Voulons-nous encore d’une société solidaire ou en avons-nous fait le deuil pour valoriser le culte de la performance et de l’individualisme ? Nous contestons cette dernière vision, même si l’on peut nous traiter de « doux utopistes ».

Vous n’êtes plus distribué en kiosque et appelez désormais vos lecteurs aux dons, votre situation financière semble un peu préoccupante…

B. S. : Au mois de juin dernier, c’était effectivement très préoccupant. Nous avons donc décidé de poser la question aux lecteurs et lancé une campagne de dons soutenue par quatre personnalités, dont Stéphane Hessel, très attaché à notre magazine (avec le journaliste Bruno Frappat, le président de la Cimade Patrick Peugeot et le président du CCFD-Terre solidaire Guy Aurenche, ndlr). Cet appel a été entendu et nous avons récolté 120 000 euros en huit semaines et presque 500 nouveaux abonnés. Aujourd’hui, cet appel continue pour nous permettre de réussir notre « transition générationnelle ». Le site Internet grandit bien et nous avons pour ambition de devenir un média de lien en organisant régulièrement des rencontres et des débats avec les lecteurs. Il nous faut développer la « marque » Témoignage chrétien.

Les 1res Assises nationales de la diversité qui se sont tenues samedi dernier s’inscrivent dans cette idée…

B. S. : Oui et nous sommes très heureux de le faire en partenariat avec Salamnews, le mensuel gratuit des cultures musulmanes, et avec le soutien de plus de 25 associations, pour bien refléter cette ambition d’une société commune et interculturelle. D’ailleurs, c’est une bonne surprise car nous avons fait salle comble avec plus de 400 personnes qui sont venues à ces Assises nationales de la diversité culturelle et qui ont été enthousiasmés par l'Appel pour une société interculturelle que nous lançons et faisons signer.

* Premières Assises de la diversité culturelle, le samedi 19 novembre 2011 : comptes rendus live et Appel pour une société interculturelle sur www.assisesinterculturelles.com






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu