Connectez-vous S'inscrire






Religions

Benoît XVI, « un homme de convictions »

Rédigé par Bouali Houda | Mercredi 20 Avril 2005

Le président de la Conférence des évêques de France Mgr Jean-Pierre Ricard s'est montré plutôt confiant mercredi quant au choix du nouveau pape. Il a ouvertement certifié que «de nouveaux aspects de la personnalité» de Benoît XVI «apparaîtront au cours de son pontificat».
Connu pour être conservateur, le cardinal Ratzinger «est un homme de convictions assez fortes mais je l'ai vu dans le travail nuancer sa pensée», a expliqué sur Europe-1 l'archevêque de Bordeaux



Le président de la Conférence des évêques de France Mgr Jean-Pierre Ricard s'est montré plutôt confiant mercredi quant au choix du nouveau pape. Il a ouvertement certifié que «de nouveaux aspects de la personnalité» de Benoît XVI «apparaîtront au cours de son pontificat». Connu pour être conservateur, le cardinal Ratzinger «est un homme de convictions assez fortes mais je l'ai vu dans le travail nuancer sa pensée», a expliqué sur Europe-1 l'archevêque de Bordeaux.

 

Des craintes  dissipées


 L'élection de Benoît XVI avait soulevé une crainte générale. Mgr Ricard  se devait de donner des précisions. Le  cardinal Ratzinger est «extrêmement précis, aigu sur la doctrine». «Ses convictions, il les garde, mais comme pape, il est aussi chargé de la relation, du dialogue».
 « Je ne pense pas, sur des questions disciplinaires ou éthiques, que le pape Benoît XVI change radicalement par rapport au cardinal qu'il était» mais «il aura peut-être une autre façon de présenter le message», a-t-il insisté. «Il sera confronté à des situations nouvelles, il y aura des solutions nouvelles à trouver».
Le président de la Conférence des évêques de France a  rajouté que «c'est à cause de l'image qu'on a véhiculée du cardinal Ratzinger, une image qu'(il) n'a pas vérifiée au contraire» que certains catholiques ont étés décus.
 « J’ai pu découvrir l'homme et le préfet de la congrégation» dont fait partie Mgr Ricard: «ce qui m'a frappé c'est la simplicité de sa relation» chez un homme «timide, souriant, chaleureux, un homme d'écoute», a-t-il ajouté
 Ce qui vient rassurer la communauté musulmane.

Le pape  se veut rassurant

Les dirigeants musulmans ont instamment prié le nouveau pape de suivre la ligne tracée par son prédécesseur entre catholicisme et islam afin d'éviter les conflits entre les deux plus grandes religions du monde. Ratzinger hérite de la politique oecuménique de Jean Paul II, dont les funérailles ont déplacé des chefs d'Etat juifs et musulmans. Mais l'usage qu'il en fera reste un sujet de préoccupation. Le nouveau pape a célébré ce matin sa première messe pontificale dans la chapelle Sixtine en présence des 115 cardinaux qui l'ont élu après l'un des conciles les plus courts du siècle. Benoît XVI a d’ailleurs exposé sa première tâche : travailler à l'unification de tous les chrétiens. Il s'est dit décidé à entretenir les contacts avec les autres églises et communautés religieuses. Le successeur de Jean Paul II a aussi annoncé qu'il se rendra à Cologne, en août, pour les Journées mondiales de la jeunesse.

Jean Paul II s'était fait une réputation de prosélyte de la paix, soutenant la cause palestinienne et critiquant l'invasion de l'Irak par la coalition américaine en 2003.  Il était aussi le premier pape à avoir pénétré dans une mosquée.

« Qu'il ait pris ce nom de Benoît, cela veut dire il n'a pas voulu être étiqueté comme disciple de Jean XXIII, Paul VI ou Jean Paul II», a analysé l'archevêque de Bordeaux. «Benoît XV son prédécesseur c'est l'homme de la paix: il y a un petit clin d'oeil qu'il fait».





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu