Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Belgique : l’interdiction de l’abattage sans étourdissement approuvée en Wallonie

Rédigé par | Mardi 9 Mai 2017



Après la Flandre, la Wallonie. La Commission Environnement du Parlement wallon a approuvé, vendredi 6 mai, une proposition de décret visant à interdire l’abattage des animaux sans étourdissement préalable.

Cette nouvelle disposition devrait entrer en vigueur le 1er juin 2018 mais une période transitoire est accordée jusqu’au 1er septembre 2019 pour l’abattage rituel. Ensuite, les abattoirs qui vendent de la viande halal ou casher devront avoir recours à l’étourdissement préalable qui pourra néanmoins être réversible, une technique qui ne provoque pas la mort de l’animal. Les animaux ne pourront être saignés qu’une fois inconscients. Les députés wallons ont estimé qu’il avait trouvé là un équilibre entre bien-être animal et liberté religieuse. Le délai transitoire accordé prend fin quelques jours après la date approximative de l’Aïd el-Kébir prévu en août 2019. Les parlementaires espèrent ainsi que le personnel des abattoirs aura le temps d'être formé pour répondre aux nouvelles normes.

« C'est avec grande émotion que je salue la décision des députés wallons membres de la commission Environnement qui ont fait preuve de sagesse et de bon sens. Je salue particulièrement Christine Defraigne (MR) et Josy Arens (cdH) pour avoir eu le courage de défendre leurs propositions avec ténacité, sans oublier le précieux soutien du ministre wallon du Bien-être animal, Carlo Di Antonio », a déclaré Michel Vandenbosch, président de l’Association de défense des droits des animaux GAIA. Celle-ci dit faire appel « à la sagesse et au sens citoyen des communautés religieuses » et tendre « la main à toute personne désireuse de mener à bien un dialogue constructif avec l'ensemble des parties concernées, en vue de faciliter la transition pratique vers l'abattage avec étourdissement ».

Juifs et musulmans mécontents

Dans la communauté juive, la nouvelle est loin d’avoir été bien reçue. Il s’agit d’un « moment grave dans l’histoire du judaïsme belge » selon Philippe Markiewicz, président du Consistoire central israélite de Belgique. « Nous avons pris note du vote, la communauté juive prendra les dispositions qu'elle juge nécessaires », a-t-il néanmoins affirmé.

Côté musulman, plusieurs institutions s’étaient déjà prononcées dans un communiqué de presse commun le 29 mars dernier. L’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) et la Coordination des institutions islamiques de Belgique (CCIIB) ont réaffirmé leur souci du bien-être animal mais précisent qu’« en 2010, le Conseil des Théologiens a émis un avis défavorable à l’étourdissement. Sa position reste inchangée à ce jour ».






Loading














Recevez le meilleur de l'actu