Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Bangladesh : un leader anti-indépendantiste condamné

Rédigé par La Rédaction | Mardi 16 Juillet 2013



A 91 ans, Ghulam Azam a été condamné, lundi 15 juillet, à 90 ans de prison au Bangladesh. Le vieil homme a été reconnu coupable de meurtres et de tortures commis lors de la lutte pour l'indépendance du pays en 1971.

Cette guerre sanglante avait duré neuf mois et a abouti à la naissance du Bangladesh, jusqu'à alors province du Pakistan baptisée Pakistan oriental. A l’époque, M. Azam, alors chef du Jamaat-e-Islami, le plus grand parti islamiste du pays, est accusé d’avoir soutenu l'armée pakistanaise en aidant à créer des milices, responsables en partie de la mort de trois millions de personnes, selon les chiffres du gouvernement bangladais.

Lors de son jugement, l’accusation l'a comparé à Adolf Hitler pour son rôle de « guide » dans des massacres. « Il a été condamné à 90 ans de prison, soit jusqu'à sa mort », a déclaré le procureur, Sultan Mahmud. Ce verdict a été émis par le Tribunal international des crimes (ICT), une juridiction mise en place par le gouvernement pour juger les criminels de la guerre d’indépendance. Le Jamaat-e-Islami accuse le pouvoir d'avoir créé ce tribunal international pour des motifs politiques, la plupart des personnes poursuivies appartenant à l'opposition. Human Rights Watch a aussi critiqué des procédures ne respectant pas les critères internationaux.

La condamnation de Ghulam Azam est le cinquième jugement prononcé par l'ICT. Dès l’annonce de ce verdict, le Jamaat-e-Islami a appelé la population à manifester. Des heurts ont éclaté mardi 16 juillet entre les partisans du parti et la police à Satkhira dans le sud-ouest du pays. La police, qui a tiré sur la foule, a annoncé la mort d’au moins deux personnes.

Lire aussi :
Drame au Bangladesh : Mango accusé d'esclavage
Bangladesh : deux millions de musulmans en pèlerinage
Bangladesh : des temples bouddhistes incendiés, les musulmans en cause
Bangladesh : le port du voile n’est plus obligatoire à l’école




Loading














Recevez le meilleur de l'actu