Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Baby Loup : pour un sénateur PS, « les intégristes ont eu gain de cause »

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 6 Juin 2013



Philippe Esnol, sénateur-maire PS de Conflans-Sainte-Honorine, n’a pas caché sa déception de voir la proposition de loi UMP visant à l’interdiction des signes religieux en entreprise rejetée, jeudi 6 juin.

Après cet échec, « il est clair qu'il faudra faire une nouvelle proposition de loi. On ne peut pas rester là-dessus », déclare-t-il dans une interview au Figaro.

Le sénateur-maire a proposé, dès le jour de la décision de la Cour de cassation dans l’affaire Baby Loup, d’accueillir Baby Loup dans sa commune située dans les Yvelines, une proposition vite acceptée par les responsables de la crèche privée pour échapper aux tensions dont ils s’estiment victimes depuis des mois. Le déménagement devrait avoir lieu en début d’année 2014.

Philippe Esnol juge l’arrêt de la plus haute juridiction française comme « un très mauvais signal, qui laisse le sentiment aux intégristes qu'ils ont eu gain de cause, et ce au détriment des responsables de la crèche, qui, eux, font valoir les lois de la laïcité qui sont celles de la République française. Ceci est d'autant plus incompréhensible que l'on parle d'une crèche, donc d'enfants. Ces derniers auront tout le temps par la suite d'être rattrapés par les convictions religieuses ».

Invalider le licenciement d'une salariée voilée, une victoire des « intégristes » ? Cet amalgame fait bondir d'autant que la Cour de cassation n'a pourtant fait que rappeler que le principe de laïcité ne s'applique pas aux salariée de la sphère privée. Mais le sénateur-maire ne verra aucun mal à soutenir toute nouvelle proposition de loi légiférant le port du voile dans le secteur de la petite enfance.

Lire aussi :
Laïcité en entreprise : le texte UMP rejeté, la gauche temporise
Loi anti-voile en entreprise : la proposition rejetée, gifle pour l’UMP
Laïcité : la religion, un faux problème dans l’entreprise
Laïcité à Baby Loup : amnésie ou mensonge collectif ?
Loi anti-nounous voilées : le retour





Loading












Recevez le meilleur de l'actu