Connectez-vous S'inscrire






Société

Association de bagnolet, une injustice contre les musulmans

Rédigé par Lazrak Jihen | Lundi 28 Juillet 2003

L’Association des Musulmans de Bagnolet (AMB) veut jouer un rôle de taille dans le fief communiste qu’est la ville de Bagnolet. Les activités socioculturelles et éducatives lui ont permis de se faire connaître auprès des musulmans cette ville. Aujourd’hui, l’AMB a besoin d’espace, son petit local de 80 m² ne lui suffit plus. Mais cette entreprise s’avère difficile et les négociations avec la mairie durent depuis deux ans. Mouhoub Belkhiter, président de l’AMB nous explique les tourments de ce projet et l’engagement politique qu’il préconise.



L’Association des Musulmans de Bagnolet (AMB) veut jouer un rôle de taille dans le fief communiste qu’est la ville de Bagnolet. Les activités socioculturelles et éducatives lui ont permis de se faire connaître auprès des musulmans cette ville. Aujourd’hui, l’AMB a besoin d’espace, son petit local de 80 m² ne lui suffit plus. Mais cette entreprise s’avère difficile et les négociations avec la mairie durent depuis deux ans. Mouhoub Belkhiter, président de l’AMB nous explique les tourments de ce projet et l’engagement politique qu’il préconise.

 

AMB, une association utile mais pauvre

L’AMB a été créée en 1990. Le premier président fut M. Abdallah Lemoine, français converti à l’Islam. Son activité principale est  le soutien scolaire qui est assuré  gratuitement par les jeunes du quartiers. Autour de cet axe majeur gravitent des activités telles que le sport ( karaté, musculation, football), des cours d’arabe et des rencontres périodiques autour de repas par exemple. L’association compte aujourd’hui 387 adhérents. Une permanence accueille le public qui est principalement composé de jeunes. Mouhouh Belkhiter souhaite que les musulmans de Bagnolet se sentent chez eux à travers l’AMB. Malheureusement, les moyens matériels font défaut et handicapent considérablement le fonctionnement de la structure. « Nous n’avons même pas la place pour mettre des ordinateurs ! » affirme Mouhoub Belkhiter.

 

Oui à tous et non aux musulmans

En l’an 2001, après une rencontre fortuite de Mouhoub Belkhiter avec le maire, une entrevue est organisée entre les jeunes musulmans et le maire communiste de Bagnolet. Décision difficile à prendre pour le président de l’AMB qui connaît les fausses promesses de la mairie depuis près de 70 ans. Malgré tout, plusieurs demandes ont été faites : la construction d’une mosquée est demandée par l’association « Fraternité et Bienfaisance » tandis que l’AMB demande un local plus spacieux.

Cette année 2001 fut donc le coup d’envoi de longues négociations de l’AMB avec la mairie. Rendez-vous après rendez-vous avec le cabinet du maire, le conseil municipal a voté « oui » pour l’octroi d’un local de plus de 500m². Mais ce « oui » n’annonce pas un déblocage de la situation. Il a fallu attendre 6 mois avant que l’AMB ne puisse avoir un rendez-vous avec l’architecte. En décembre 2002, le maire garantit un planning des travaux qui doivent se terminer l’année suivante. Garantie fixée aussi pour trois autres associations qui avaient besoin d’un local : « Association des Berbères de Bagnolet », « Secours Populaire » et la « Croix Rouge ». Au printemps 2003, ces trois associations entrent dans leurs locaux tandis que l’AMB ne voit aucune avancée de son projet. Indignation de Mouhoub Belkhiter qui lance une mobilisation des musulmans de la ville à travers une pétition en juin 2003. Quelques milliers de signatures ont pu être réunies. Certains fonctionnaires de la mairie figurent parmi les signataires car, selon Mouhoub Belkhiter,  « (les fonctionnaires) sont choqués par l’injustice que subissent les musulmans de Bagnolet ». A cette pétition, la mairie répondra par une simple lettre de confirmation de l'attribution d’une salle.

Le projet de mosquée de l’association « Fraternité et bienfaisance » est aussi sujette à cette injustice. Aujourd’hui, les musulmans de Bagnolet prient dans un foyer de travailleurs et utilisent la salle de la mairie pour la prière de l’Aid. Une situation de précarité à laquelle « Fraternité et bienfaisance » tente de remédier. Mais les obstacles sont nombreux. De l’avis de M Mouhoub Belkhiter, « la mairie surévalue le montant des travaux de construction de la mosquée afin que les musulmans ne puissent pas en payer le prix. » Difficultés que l’AMB essaye de surmonter en jouant de tout son poids sur  l’échiquier politique de la ville.

 

Choisir la voie politique pour se faire entendre

L’apparition sur la scène politique se fait en en 2001, à l’occasion des élections municipales. L’AMB imprime un état des lieux de son association à travers un tract financé par les « verts », parti écologiste de gauche. Les « verts » constituent la seule vraie opposition aux communistes implantés à Bagnolet depuis des décennies. A la suite des élections, Pierre Mathon, ancien candidat des verts devenu maire adjoint s’engage sur le projet.  L’AMB décroche alors une salle de 1000 m². Seulement, le financement de cette salle  pose un problème puisqu’elle entre dans le cadre de trois juridictions : locale, départementale et Régionale…autant d’obstacles administratifs qui retardent le projet.

 

De l’avis de M. Mouhoub Belkhiter,  la voie politique est indispensable aux musulmans pour faire entendre leur voix. Non pas celle d’une intégration d’un parti politique mais dans une interaction avec les élus municipaux.  Le chemin est certes difficile, mais c’est celui qu’à choisi l’AMB pour arriver à ses fins.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu