Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Après Cannes et Villeneuve-Loubet, la ville de Sisco interdit le burkini

Rédigé par Saphirnews | Mardi 16 Août 2016



Après Cannes et Villeneuve-Loubet, la ville de Sisco interdit le burkini
Un arrêté municipal interdisant le port du burkini sur les plages de Cannes a provoqué une polémique mercredi 10 août. Le burkini, contraction de « burqa » et de « bikini », est une tenue de plage pour femmes qui recouvre l’intégralité du corps à l’exception des pieds et du visage. Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), la Fédération des musulmans du Sud ont réclamé auprès du tribunal administratif de Nice, la suspension de l’arrêté mais, samedi 13 août, le juge des référés a rejeté par ordonnance la demande.

Le texte stipule que « dans le contexte d'état d'urgence et des récents attentats islamistes survenus notamment à Nice il y a un mois, l'affichage de signes religieux ostentatoires (...) en l'espèce sous la forme de tenues de plage affichant leur religion, sont de nature à créer ou exacerber des tensions parmi les nombreux usagers du domaine maritime, de toutes confessions, qui fréquentent les plages de Cannes au mois d'août, et un risque de troubles à l'ordre public (...) ». Le CCIF a décidé de faire appel de l’ordonnance auprès du Conseil d’Etat.

Lionnel Luca, le député-maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) a salué la décision du tribunal administratif. Il a lui-même publié, le 5 août dernier, un arrêté antiburkini pour les plages de sa commune. Il en a profité pour fustiger les candidats à la primaire de son parti Les Républicains en vue de la présidentielle.

En Corse, à Sisco, le maire PS Ange-Pierre Vivoni a annoncé, lundi 15 août, qu’il a pris également un arrêté interdisant le burkini sur les plages de sa commune. La décision a été prise la veille, au cours d’un conseil municipal extraordinaire. Le village est dans le collimateur des médias et des personnalités politiques depuis l’éclatement d’une rixe qui a fait cinq blessés samedi 13 août. A l’origine du conflit, une femme en burkini se serait baignée tandis que des touristes l'auraient prise en photo, suscitant la colère des membres de sa famille. Le lendemain, plusieurs dizaines de personnes ont tenté de se rendre à Lupino, dans la périphérie sud de Bastia, pour en découdre avec la famille de la femme en burkini. Ils en ont été empêchés par les forces de l’ordre.

Lire aussi :
Cannes : la mairie attaquée en justice pour l’arrêté anti-burkini

Porter un burkini dans une piscine municipale, est-ce possible ?
Wissous Plage : l’arrêté anti-voile suspendu
Allemagne : une plainte contre l’interdiction du burkini




Loading














Recevez le meilleur de l'actu